Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

extreme-droite

  • Quand Trump encourage l'extrême-droite

    Extraits de l’article de RFI du 16.08

    Donald Trump persiste et signe : les responsabilités des violences à Charlottesville sont partagées. Des propos tenus lors d’une conférence de presse chaotique hier et qui suscitent l’indignation d’une majorité de la presse américaine. D’après le New York Times, le président américain a raté encore une fois une occasion de « condamner les néonazis et les suprématistes blancs ».

    (...)

    « Ces propos reprennent les arguments des nationalistes et des militants de l’extrême-droite, selon lesquels les médias n’accordent pas suffisamment d’attention au mouvement d’extrême gauche », estime le New York Times. Et le journal de conclure : avec de telles prises de positions, Donald Trump encourage l’extrême-droite comme aucun président avant lui.

    Du coup, les suprématistes blancs ont de quoi jubiler. « Hier, c’était un jour fantastique pour David Duke (un ancien dirigeant du Ku Klux Klan NDLR) et les racistes », écrit le Washington Post. Le président donne un nouvel élan aux suprématistes blancs, renchérit le site Politico. D’ailleurs, David Duke a immédiatement réagi en saluant les propos présidentiels.

     

    Lire la suite

  • Un rassemblement contre l’extrême droite à Vouziers.

    Le premier mai est la journée qui célèbre les luttes des travailleurs, en particulier tous les mouvements qui ont eu lieu pour imposer la journée de huit heures. Que ce soit à Chicago ou à Fourmies, ces journées de revendication ont été marquées par des répressions sanglantes à la fin du 19e siècle. C'est aussi en commémoration de ces événements que cette journée a finalement été reconnue comme chômée, sous la pression des syndicats et des organisations de gauche.

    A Vouziers, le premier mai a longtemps été l'occasion d'un rassemblement à l'Hôtel de Ville. Ce premier mai 2017, les circonstances politiques ont motivé un rassemblement contre l'extrême-droite et ses idées. Il s'est déroulé au parc Bellevue, devant l'arbre de la Liberté, planté lors des cérémonies du bicentenaire de la Révolution Française.

    Plus de 50 personnes étaient présentes, et ont écouté le texte lu par le Président de la section locale de la Ligue des Droits de l'Homme. C'est cette section qui était, entre autres, à l'origine de l'appel à la mobilisation. Le texte lu était celui adopté par de nombreuses associations nationales et publié la veille dans le JDD. En voici un extrait :

    Lire la suite

  • Le 1er Mai, faire barrage à l’extrême droite

     

    Communiqué LDH

    Comme tous les ans, le 1er Mai sera l’occasion pour nos concitoyen-ne-s de faire entendre leurs préoccupations en matière de priorités sociales et d’emploi. Face à la montée des inégalités et de la précarité, ils réaffirmeront aussi leur attachement à une société construite sur les solidarités et la défense des libertés publiques et individuelles.

    Pourtant, cette année, et comme en 2002, les manifestations du 1er Mai auront une dimension particulière puisqu’elles s’inscrivent dans un contexte qui risque d’amener l’extrême droite au pouvoir. Une telle éventualité est porteuse de lourds dangers pour la démocratie, et verrait la mise en place de politiques toutes entières tournées vers la haine de l’Autre, la stigmatisation de l’étranger.

    Tout en regrettant profondément  la division des forces progressistes face au danger qui menace la France, la LDH appelle chacun-e  d’entre nous à participer aux différentes initiatives qui visent à faire barrage au FN.

    Paris, le 28 avril 2017

     

    Lire la suite

  • Jet de pont

    IND_15_38_01.gif

    Dessin de Xavier Gorce pour "Le Monde"

  • Vouziers : près de 200 personnes pour bannir le racisme et l'antisémitisme

    Cet après-midi, à l'appel de la section de Vouziers de la Ligue des droits de l'Homme, une manifestation a rassemblé de nombreuses personnes de la ville et au-delà.

    Le point de départ se situait devant le skate-parc de Vouziers, celui dont les installations avaient été recouvertes de tags antisémites et racistes et de sigles nazi et d'extrême-droite. La violence des inscriptions, appelant clairement au meurtre, et la référence à des valeurs nauséabondes ne pouvaient rester sans réponse. Le sujet avait déjà été abordé au dernier conseil municipal, au cours duquel le Maire avait qualifié ces faits "d'inacceptables et de déplorables". Ce jour ce sont les citoyens qui se sont mobilisés pour montrer publiquement qu'ils n'acceptaient pas et ne toléreraient jamais le retour de cette haine destructrice.

    Après un mot des responsables de la section vouzinoise de la LDH, la parole a été donné à un jeune pour bien mettre en évidence que cette idéologie n'était pas partagé par toute la jeunesse, loin de là.

    Manif LDH tags racistes 12.2013 025.jpg



    Il a rappelé son parcours personnel lors de  de sa prise de parole et a insisté sur les valeurs qui sont les siennes :

    "Quelles que soient nos sensibilités nous réagissons ici pour dire non à la haine, au racisme, la xénophobie, l'homophobie et toutes formes de violences envers les minorités."(...)

    "Non, les jeunes vouzinois ne sont pas racistes, non, ils ne sont pas xénophobes, non, ils ne sont pas fascistes, et ce n'est pas cette minorité imbécile qui va nous dicter notre pensée ! Il faut, ensemble, tous les jours, faire en sorte que cela ne se reproduise plus." (...)

    "Aujourd'hui, nous devons réagir, aussi je vous remercie d'être venus si nombreux aujourd'hui, associations, politiques, citoyens, défendons ensemble les valeurs de la République !

    LA HAINE NE VAINCRA PAS !"


    Ensuite le cortège qui comprenait près de 200 personnes s'est mis en marche et à traversé le quartier Paul Drouot et celui de la rue Verte.
    Les manifestants ont ainsi rejoint l'école Dora Levi, lieu hautement symbolique des horreurs de la barbarie nazie qui s'est abattue sur notre pays et notre ville il y a 70 ans.
    Là, c'est Michel Coistia qui a pris la parole avec un discours très fort et très émouvant que nous reproduisons dans la note  qui suit celle-ci (d'un point de vue chronologique, mais qui la précède dans l'ordre de lecture des notes) .

    Manif LDH tags racistes 12.2013 038.jpg

  • Cine-débat d'ATTAC : Mains Brunes sur la Ville

    ATTAC 08 fait toujours et encore son cinéma

    Mardi 17 Septembre : rendez-vous au cinéma Métropolis pour un ciné-débat d'attac08.

    A 20 h : projection du film « Mains Brunes sur la Ville ».

    Ce documentaire présente des villes dont le maire est d'extrême-droite. On y découvre alors comment s' applique un programme d'extrême-droite

    Le film sera suivi d'un débat.

    Mains-brunes-sur-la-ville.jpg

  • Ensemble, s’opposer aux extrêmes droites

    Communiqué LDH
    Le 5 juin, Clément Méric, syndicaliste étudiant et militant antifasciste, a été assassiné à Paris. La Ligue des droits de l’Homme a dénoncé ce meurtre commis à raison des convictions politiques du jeune homme.

    Cet acte s’inscrit dans la suite de trop nombreuses agressions commises par des groupes d’extrême droite, ces derniers mois, et qui sont allés cette fois-ci jusqu’à la mort.


    La Ligue des droits de l’Homme réitère toutes ses condoléances à la famille et aux amis de Clément Méric, et demande aux autorités de faire toute la lumière sur ces actes afin que leurs auteurs soient condamnés.

    Au-delà, il est urgent de porter un coup d’arrêt à ces exactions et aux idées qui en favorisent de près ou de loin le développement. La radicalisation publique et « désinhibée » des droites extrêmes s’inscrit dans un contexte, marqué depuis plusieurs mois par des discours haineux et une véritable avalanche de propos mensongers et agressifs, ne reculant pas devant la désignation de « cibles » à l’occasion de l’adoption de la loi sur le mariage pour tous. Cette agressivité revendiquée est elle-même le fruit d’une dynamique de rapprochement entre l’extrême droite et la droite dite classique.

    L’assassinat de Clément Méric n’est pas un fait isolé. Agressions racistes, homophobes, sexistes,des-membres-des-jeunesses-nationalistes-revolutionnaires_1231465_460x306.jpg violences progressent en France comme dans toute l’Europe. Le mensonge, la haine, la violence, la mort sont les marques de l’extrême droite, de tous temps et en tous lieux. L’extrême droite s’appuie, pour se légitimer, sur les peurs nées du chômage, de la pauvreté, de l’explosion des inégalités et de la précarité.

    Elle se réclame d’une pseudo-opposition à ces phénomènes pour renouer avec ses vieux démons et désigner les boucs émissaires qu’elle a toujours stigmatisés pour semer la haine : étrangers ou soi-disant tels, immigrés, avec ou sans papiers, homosexuels, juifs et francs-maçons...

    Il est d’autant plus important, dans ce contexte, de réaffirmer notre refus ferme de toute politique publique pouvant légitimer, de près ou de loin, ces visions xénophobes et racistes. C’est bien en réaffirmant concrètement les droits des étrangers, des migrants, des Roms et de tous ceux qui sont tenus en lisière des droits fondamentaux, qu’il est possible de rassembler largement contre les périls montants. Car ces droits sont, de façon indivisibles, ceux qui fondent la République telle que nous l’aimons : fraternelle, égale et libre.

    C’est dans la perspective d’un tel rassemblement que la Ligue des droits de l’Homme, avec les habitants, les résidents, les citoyens, continuera à défendre les libertés et tous les droits partout et pour tous, et à agir pour une société de solidarité. C’est dans cet esprit qu’elle appelle les citoyennes et citoyens à manifester leur solidarité, leur vigilance et leurs mobilisations.