Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

communauté de commmunes

  • Paul Verlaine de retour au tribunal de Vouziers

    Quel coup de folie a poussé Verlaine à agresser sa mère ce jour de février 1885 ?

    L'alcool et le besoin d'argent l'ont certainement conduit à ce comportement violent. Jugé pour ces faits au tribunal correctionnel de Vouziers le 24 mars 1885, il fût condamné à un mois de prison.

    137 ans plus tard, cet événement, somme toute mineur, marque encore les esprits. La réputation du poète donne une résonance particulière à cet épisode judiciaire.

    C'est une des raisons qui a motivé la communauté de communes de l'Argonne ardennaise à s'intéresser au tribunal de Vouziers, toujours debout, mais désespérément vide.

    L'appel à manifestation d'intérêt de la ville de Vouziers, propriétaire du bâtiment, n'a pas débouché positivement. La municipalité a alors envisagé d'y transférer la bibliothèque municipale.

    La communauté de communes a rejoint ce projet, en proposant d'installer l'office de tourisme dans ce même lieu et d'y adjoindre une micro-folie.

    verlaine,tribunal,vouziers,bibliothèque,communauté de commmunes,micro-folieEn l'absence de Roland CANIVENQ (Vice-Président en charge de la Commission Sport et Culture ), c'est Danielle ANDREY (Vice-Président en charge des Commis­sions Environnement et Développement touristique ) qui a présenté et défendu le projet devant les délégués communautaires.

    Elle a indiqué que l'office de tourisme était à l'étroit dans son local actuel, et que la micro-folie apporterait un dynamisme culturel pour le territoire (le dispositif Micro-Folie consiste à intégrer un Musée Numérique au cœur d’un équipement déjà existant ).

    Le souvenir du passage de Verlaine devrait, selon l'élue, rendre attractif ce nouveau pôle au cœur de la ville centre de l'intercommunalité.

    Elle a insisté sur la complémentarité des trois activités prévues pour occuper le tribunal : par exemple, les touristes pourront facilement se rendre à la bibliothèque en cas de pluie.

    Lire la suite

  • Benoit Singlit élu à la présidence de la communauté de communes

    Le maire de Bairon et ses environs a été élu au 3° tour à la présidence de l'Argonne ardennaise. Les vice-présidents qui l'accompagneront sont Yann Dugard, Christophe Manceaux, ‎Vincent Fleury, Pierre Laurent-Chauvet, Désiré Nanji, Danielle Andrey et Roland Canivenq.

    Nous reviendrons demain plus en détail sur cette longue soirée.

    P1510520.JPG

    Benoit Singlit, le nouveau président de la communauté de communes

  • Unanimité sur tous les points au conseil de communauté

    Le Conseil de communauté de l'Argonne ardennaise était réuni le mercredi 12 juin à la salle des Fêtes de Vouziers. Il succédait à une réunion des maires du territoire, qui avaient donc déjà passé deux heures studieuses avant cette nouvelle séance. Ceci explique au moins en partie le peu de débats occasionnés par les différents points étudiés. Une unanimité un peu molle ressortait donc de cette assemblée. Le but était peut-être de terminer à temps pour le match de la coupe du monde programmé dans la soirée. On peut aussi remarquer que les questions à l'ordre du jour n'avaient pas de quoi susciter des polémiques particulières.

    Le rapport annuel sur le prix et la qualité du service d'élimination des déchets ménagers a constitué le plus gros morceau de cette séance. On reteindra une poursuite de la baisse des tonnages des OM, et un résultat satisfaisant pour les différents tris sélectifs. Dans ce domaine, des progrès sont encore possibles, puisqu'il existe des écarts importants dans les ratios des différentes communes de la 2c2a.

    Frédéric Mathias, le Maire de Boult-aux-Bois a formulé plusieurs remarques et a suggéré d'équiper les salles des fêtes en poubelles de tri sélectif.

    Le responsable de la collecte a signalé qu'une nouvelle campagne de signalisation allait être mise en place pour améliorer le tri sélectif, avec notamment  des panneaux explicatifs.

    Lire la suite

  • Copieux menu au Conseil de Communauté de décembre.

    Est-ce l'approche des fêtes de fin d'année qui a justifié l'importance de l'ordre du jour du dernier Conseil de Communauté de l'Argonne Ardennaise ? C'est en partie vrai, puisque de nombreuses résolutions devaient être votées avant la fin de l'année. Et la prochaine réunion est programmée au 13 février, c'est-à-dire dans pratiquement deux mois.

    En plus des 9 points inscrits à l'ordre du jour, les délégués ont bénéficié d'une présentation de la part du Capitaine Arbez-Gindre, commandant la compagnie de Vouziers, au sujet de la délinquance dans le secteur qu'il gère.

    Il a dressé un tableau rapide des constats et des résultats 2018 comparés à ceux de l'année précédente.

    Au global, 729 crimes et délits ont été constatés, chiffre stable par rapport à 2017. Le taux de résolution est mesuré à 56 %, en hausse.

    Dans le détail, le Capitaine Arbez-Gindre regroupe les crimes et délits en 3 catégories :

    • Les atteintes aux personnes

    Elles sont en diminution, avec 105 affaires contre 137 l'année passée. Par contre les cambriolages augmentent, avec des équipes spécialisées venant de l'extérieur. Les affaires relevant de la tranquillité publique semblent en diminution.

    • La Police de la route

    On note une diminution des accidents et des tués sur les routes. Les principales causent retrouvées sont l'alcool, les dépassements dangereux et la vitesse excessive.

    • La Police de sécurité au quotidien.

    Le Capitaine Arbez-Gindre a expliqué qu'il souhaitait que ses hommes renouent d'avantage de contacts avec la population, d'autant que l'effectif a été assez largement renouvelé dans l’arrondissement. Il a développé le concept "d’intelligence territoriale", qui permet de mieux connaître le terrain et ses habitants.

    Suite à un questionnement de Benoit Singlit, il a donné quelques éléments de réponse au sujet du trafic de stupéfiants. Celui-ci persiste dans le secteur, étant notamment favorisé par la proximité des frontières. Plusieurs affaires ont eu des résultats positifs, mais les réseaux se reconstituent rapidement.

     

    Lire la suite

  • La Communauté de communes de plus en plus compétente.

    Si l'on en juge par le peu de questionnement qui a suivi la présentation des différents points, ou par le nombre de décisions prises à l'unanimité, on peut considérer que la Communauté de Communes de l'Argonne Ardennaise fait preuve d'une compétence bien maîtrisée dans la gestion de son assemblée.

    Il faut convenir que les différents points à l'ordre du jour ne poussaient pas particulièrement à la controverse.

    On retiendra que la situation financière du service permet de maintenir inchangée la tarification de la redevance pour l'enlèvement des ordures ménagères en 2018.

    La convention pluriannuelle avec la Chambre d'Agriculture a été approuvée pour 2018-2020.

    Le bilan des Maisons de services au public a été approuvé, avec une progression de la fréquentation. Il a été signalé que l'Etat se déchargeait d'une partie de ses responsabilités par l'utilisation de ces permanences.

    Les points à l'ordre du jour ont rapidement été approuvés avant d'arriver au point 8 qui était une réflexion sur l'évolution des compétences communautaires.

    Lire la suite

  • 2C2A : des questions existentielles

    L'ordre du jour du conseil de communauté de la 2C2A n'était pas trop chargé ce mardi 26 mai, mais un débat s'est ouvert qui a mis en lumière des questions de fond qui se posent pour l'avenir de la collectivité.

    Les premiers points à étudier donnaient rapidement le ton. Il s'agissait de remplacer deux démissionnaires des instances de la communauté de communes : Frédéric Mathias en tant que vice-président et Francis Potron en tant que membre du bureau. Ce dernier a expliqué dans un courrier lu par le Président Signoret les raisons de son départ. Il écrit notamment :

    "Mon intégrité d'élu local et de citoyen me contraint à ne pas associer ma présence aux décisions prises en CA de la 2C2A au sein du bureau de cette instance. 

    Les manœuvres politiciennes qui ont actuellement lieu au détriment des finances publiques, de nos enfants, de nos familles et de la cohésion de notre communauté sont autant d'actes suffisamment graves pour que ma démission puise ouvrir les yeux à mes collègues élus locaux, et aux populations concernées.

    (...)

    Je suis aussi peiné de constater que pour des raisons qui m'échappent, le mouvement de défense de l'éducation en milieu rural soit tant méprisé et inconsidéré par le CA de la 2C2A, et n'est ni écouté ni défendu dans un esprit constructif par ses élus".

    Si Frédéric Mathias motivait plus sobrement sa démission par des "raisons personnelles", son positionnement dans la suite des débats ne laissait guère de doute sur son analyse critique du fonctionnement des instances de la 2C2A.

    Ce sont respectivement Jean-Yves Pic, le Maire de Briquenay et Benoît Singlit, le Maire du Chesne qui remplaceront Francis Potron et  Frédéric Mathias dans les instances communautaires. Seuls candidats aux postes libérés, ils recueilleront une large majorité (90 voix sur 104 votants).

    Lire la suite

  • Ardennes : l'intercommunalité en question

    La loi impose  désormais que chaque commune intègre une structure intercommunale.

     

    La mise en place de ces collectivités s'est faite au départ sous le régime du volontariat. Enfin pas toit à fait, puisque Vouziers s'était retrouvée faire partie d'une communauté de communes sans le vouloir : Constatant  le manque de projets communs et de volonté de travailler dans le même sens, les élus de la majorité du conseil municipal avaient refusé d'intégrer la structure. La ville n'a rejoint la communauté de communes que plus tard, sur la base d'un plan de développement économique pour le territoire, qui n'a finalement pas vu le jour.

    Les communes ne vont avoir de marge de manœuvre : c'est le préfet qui va proposer une nouvelle découpe, intégrant donc les communes isolées et regroupant les petites intercommunalités.

    Pour le Sud-Ardennes, peu de changements sont à prévoir. En particulier dans le Vouzinois, toutes les communes sont regroupées, et la taille de la 2C2A est suffisante pour ne pas lui intégrer d'autres communes.

    Dans le nord, la situation est plus délicate, en particulier autour de Charleville et dans la vallée de la Meuse.

    Revin constitue un point particulièrement délicat. La commune souhaite être rattachée à la pointe, cephilippevuilque.jpg que refuse les membres de la communauté de communes. Le maire de Fumay, membre du PS s'oppose au maire de Revin lui aussi membre du PS, car le premier explique qu'il faudrait une communauté de projet pour travailler dans une même collectivité. Le député maire de Revin tient à être membre d'une communauté de communes qui a des moyens financiers importants grâce à la centrale de Chooz.

    C'est le préfet des Ardennes qui va trancher, mais on peut être certain que la décision prise ne pourra satisfaire tout le monde. Comment des gens qui ne veulent pas cohabiter pourront-ils  faire vivre la démocratie dans une collectivité imposée ? Pour la 2C2A, l'intégration forcée de certaines communes laisse encore des traces.

    On voit que les antagonismes ne sont pas que politiques, ils tiennent aussi au contexte historique et aux particularités géographiques et sociologiques : ces éléments sont souvent constitutifs d'une identité locale et ne disparaissent pas si facilement, même après des années de travail en commun.