Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sur votre agenda - Page 4

  • Procès des opposants à l’enfouissement des déchets nucléaires : « Nous sommes toutes et tous des malfaiteurs ! »

    Début juin se tiendra à Bar-le-Duc le procès de dix militants anti-nucléaires, accusés d’« association de malfaiteurs » et cibles de méthodes de surveillance dignes de l’antiterrorisme. Une tribune de soutien est signée par 200 personnalités.

    En juin, cela fera quatre années que les portes des opposant.e.s au projet Cigéo d’enfouissement de déchets radioactifs à Bure ont volé en éclat sous les coups de boutoir d’une instruction pour « association de malfaiteurs ». Vingt domiciles perquisitionnés, dix militants et militantes interdits de se voir pendant deux ans et demi, 100 téléphones placés sous écoute, 16 années cumulées de communications enregistrées, des balises posées sous des voitures, un escadron de gendarmes mobiles harcelant les habitants et habitantes au quotidien... Cette scandaleuse traque d’État a tenté de paralyser ce mouvement de lutte vieux de 30 ans contre le plus gros projet industriel européen, dont les risques sont connus.

    Le 1er, 2 et 3 juin se tiendra le procès des inculpé.e.s « malfaiteurs » de Bure. Nous, universitaires, artistes, autrices, journalistes, syndicalistes, enseignant.e.s, agriculteurs.ices, éditeurs, musicien.ne.s, humoristes, auteurs de bande dessinées, activistes, comédien.ne.s, réalisatrices, architectes, scientifiques, élu.e.s, ami.e.s, affirmons notre profonde solidarité.

    Lire la suite

  • Fin de la trêve hivernale

    29 et 30 Mai, touTEs dans la rue !

    CONTRE les expulsions, les remises à la rue et le logement cher !

    POUR le droit au logement,  la baisse des loyers et plus de HLM !

     Ile-de-France : manifestation le dimanche 30 mai

    À 15h  métro Père Lachaise – Paris

    Après les fortes mobilisations pour le logement du 27-28  mars, dans toute l’Europe et dans 31 villes en France, la fin de la trêve hivernale du 1er juin se rapproche.

    Le cauchemar de l’expulsion « manu militari »  par la police va cette année frapper aux portes de 30 000 familles,  2 fois plus qu’en 2018, parmi lesquelles beaucoup sont prioritaires DALO en attente d’un relogement par le Préfet.

    Au moins 130 000 familles ont reçu un jugement d’expulsion ordonnant de quitter leur logement. Elles sont déjà sous la pression des huissiers et des commissariats …

    Locataires, occupant-e-s et accédant-e-s éreinté-e-s par le logement cher et par la mise à l’arrêt de pans entiers de l’économie sont encore plus nombreux-ses  à ne plus pouvoir payer leur loyer ou leur traite, à être assigné-e-s ou bientôt assigné-e-s au tribunal pour expulsion…

    Le 1er juin, c’est aussi la remise à la rue de dizaines de milliers de sans-abri hébergé-e-s dans des foyers ou des hôtels pendant l’hiver, sans compter ceux qui sont déjà dans la rue, en violation des lois qui mettent en place le droit à l’hébergement jusqu’au relogement : la France compte plus de 300 000 sans-abri, en hausse constante. C’est également les coupures d’énergie, souvent à distance, pour celles et ceux qui ne peuvent plus payer leur facture.

    Lire la suite

  • L'association FLaP et le Festival Mondial des Théâtres de Marionnettes s'associent !

    Communiqué de presse

    Du 17 au 26 septembre prochain, à l’occasion de la 21e édition du Festival Mondial des Théâtres de Marionnettes et avec le soutien de leurs partenaires – Ville de Charleville-Mézières, Ardenne
    Métropole, Conseil Départemental des Ardennes, Région Grand Est, DRAC Grand Est -, les deux plus grands festivals de la Région Grand Est vont coopérer pour la première fois.

    Le Festival Mondial des Théâtres de Marionnettes (FMTM) et FLaP, organisateur du Cabaret Vert, unissent leurs forces en cette année de crise. Le Cabaret Vert annulé, le FMTM maintenu dans un cadre sanitaire qui reste à définir… De ce constat, les deux associations partagent la nécessité de :

    – Réfléchir et agir de concert à la conception d’une offre conjointe artistique, ludique et festive.
    – Participer artistiquement, médiatiquement et touristiquement à une dynamique de territoire
    exceptionnelle.

    Cette coopération est une grande première entre les deux associations. Elle permettra de :

    – Etendre les propositions de spectacles de marionnettes pendant le Festival : le FMTM investira
    la Macérienne (Mézières), lieu culturel éphémère animé par FLaP, de spectacles, conférences et
    autres surprises marionnettiques autour d’une thématique bien spécifique

    – Faire découvrir au public cet incroyable espace qu’est la Macérienne, ancienne usine
    reconvertie pour l’occasion en lieu de vie, et appelée à redevenir un véritable pôle
    d’attractivité pour notre territoire dans les années à venir.

    Dès lors, Charleville-Mézières, Capitale Mondiale de la Marionnette et Cité des Festivals du Grand Est, deviendra-t-elle également en cette fin d’été la Capitale française de la culture ?..

    faceb-marionnettes-1024x512-1.jpg

  • Les 29 et 30 mai 2021 : Rendez-vous au jardin pour compter les oiseaux

    Vous prenez plaisir à observer les oiseaux de votre jardin et souhaitez vous rendre utile ? La LPO et le Muséum national d’Histoire naturelle vous invitent à participer au week-end national de comptage des oiseaux des jardins qui aura lieu à la fin du mois de mai !

    Le week-end national de comptage des oiseaux des jardins… c’est quoi ?

    L’observatoire des oiseaux des jardins vous invite à partager les observations des oiseaux de votre jardin tout au long de l’année, avec deux temps forts : le dernier week-end de janvier pour les oiseaux hivernants et le dernier week-end de mai pour les oiseaux nicheurs. Vous êtes ainsi des milliers d’observateurs chaque année depuis 2013 à faire avancer la connaissance des oiseaux de nos jardins en partageant vos données.

    Les prochaines observations collectées pour le comptage de mai permettront d’identifier les espèces venues se reproduire en France.

    Comment participer ?

    Pas besoin d’être un expert, il suffit d’avoir un peu de temps, d’aimer regarder ce qu’il se passe dans son jardin et de savoir compter. Facile !

    • Choisissez un jour d’observation, le samedi 29 ou le dimanche 30 mai et un créneau d’une heure, idéalement en fin de matinée ou en début d’après-midi, lorsque les oiseaux plus actifs ;
    • Trouvez un lieu d’observation, un jardin ou un balcon, en ville ou à la campagne. Un parc public peut tout à fait servir de lieu d’observation.
    • Comptez et notez durant une heure tous les oiseaux qui visitent le jardin. Pour les reconnaitre plus facilement, des fiches sont disponibles sur le site de l’Observatoire ainsi qu’une fiche d’aide pour le comptage.
    • Transmettez les données sur le site de l’Observatoire des oiseaux des jardins : oiseauxdesjardins.fr.

    Lire la suite

  • 1.2.3 JUIN à BAR-LE-DUC contre Cigéo, le nucléaire et la criminalisation de nos luttes !

    C’est qui les « malfaiteurs » ? Relaxe pour les inculpé.e.s !
    1.2.3 juin à Bar-le-Duc contre Cigéo, le nucléaire et la criminalisation de nos luttes !

    Après 4 années d’instruction pour « association de malfaiteurs », des milliers d’heures d’écoutes par la gendarmerie, un dossier de 15.000 pages, des mètres cubes de matériel saisi, un harcèlement policier omniprésent dénoncé par la Ligue des Droits de l’Homme, l’heure de la mascarade judiciaire a sonné. Les 1er, 2 et 3 juin au Tribunal de Bar-le-Duc se tiendra le procès des sept « malfaiteurs » de la lutte à Bure. Des ami.e.s luttant contre le projet de méga-poubelle atomique Cigéo, ont été privé.e.s de leur liberté de circuler et empêché.e.s de se parler pendant de longues années. Cette procédure a constitué une peine et a tenté de paralyser tout un mouvement de résistance. Ce qu’on musèle chez ces personnes, c’est leur engagement antinucléaire, leurs convictions et leur liberté d’expression.

    Lire la suite

  • Horizons d'Argonne : le n° 97 est disponible

    Horizons d'Argonne est édité par le Centre d’Études Argonnais.

    Le Centre d'Études Argonnais est une association réunissant des hommes et des femmes attachés par leur origine ou par tout autre lien à la région forestière d'Argonne, massif de gaize culminant à 300 mètres et situé, essentiellement, de part et d'autre de la Biesme (rivière petite mais frontière, durant quatre siècles, entre la France et l'empire germanique), entre la vallée supérieure de l'Aisne et celle de l'Aire, avec des extensions orientales vers la Meuse.

    Ce numéro 97 est consacré en grande partie au Moyen Âge qui, en Argonne a laissé des traces plus ou moins visibles (vestiges archéologiques, micro-toponymes, plans anciens), comme dans le Vouzinois. Dans la région de Varennes, des localités reçurent une charte de franchises de leur seigneur. La documentation conservée dans les archives de l’abbaye Saint-Vanne de Verdun permet d’évoquer les origines de Rarécourt.    Mais, conformément à notre principe de diversité, les autres périodes de l’Histoire font l’objet de plusieurs articles. L’étude de la vie rurale à Buzancy au XVIIIe siècle complète celle publiée l’an passé sur les seigneurs de cette localité. La céramique argonnaise permet de relater la diffusion des aventures du maréchal-des-logis Louis Gillet, à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle. Des manifestations officielles furent organisées dans le département de  la Marne à l’automne 1892 pour célébrer le centenaire de la bataille de Valmy. Les deux conflits mondiaux du XXe siècle sont évoqués sous des angles originaux : l’occupation du village de Lametz pendant plus de quatre ans et un tableau de Magritte pour la Première Guerre mondiale ; la participation du 45e bataillon de chars de combat de la gendarmerie à la bataille de Stonne en mai 1940.    Enfin, le Centre d’Etudes argonnais témoigne une nouvelle fois de son souci de protéger le patrimoine local en s’intéressant à deux facteurs d’instruments de musique locaux. Les lecteurs retrouveront aussi les rubriques habituelles : Assemblée générale, Sorties culturelles, Échos d’Argonne et Bibliographie. 

    Lire la suite

  • Pour un 8 mars de combat

    Communiqué LDH

    La pandémie qui affecte le monde depuis un an a fait sortir de l’ombre de nombreux emplois essentiellement occupés par des femmes et ceux-ci ont été enfin valorisés, au moins dans les discours officiels. En réalité, beaucoup de celles qui ont permis que notre société tienne bon face à la crise sanitaire sont toujours confrontées à la précarité et aux faibles rémunérations, et dans bon nombre de secteurs, l’égalité salariale et professionnelle reste encore à conquérir.

    Cette pandémie a aussi amplifié les violences intrafamiliales. Dans tous les pays du monde, le confinement exacerbe les tensions et les violences envers les femmes et les enfants alors que les victimes confinées n’ont jamais eu aussi peu de marges de manœuvre pour se défendre. Cela n’a pourtant pas empêché le gouvernement actuel de projeter de livrer au marché privé le 39 19 et seule une large mobilisation de la société civile a permis de mettre ce projet en échec. Si les chiffres concernant les violences sexuelles et sexistes restent dramatiques, nous devons cependant nous réjouir que des prises de parole, parfois très médiatisées, permettent que notre société sorte enfin d’une forme de déni dans lequel elle s’est trop longtemps enfermée. Parce que toute atteinte à l’intégrité du corps, tout abus sexuel – qu’il concerne un adulte ou un enfant – est insupportable, cette prise de conscience doit offrir à toutes les victimes la possibilité de se faire entendre et de trouver réparation.

    Lire la suite