Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

politique

  • Siège éjectable

    sarkozy dans l'espace.jpg

    Dessin de Coco pour Charlie-hebdo

  • Dernier tour avant les Présidentielles

    Ce deuxième tour des élections régionales présente bien des particularités. Dimanche dernier, nous avons assisté à une poussée forte du FN, et à un baisse importante des votes de gauche. Pour le deuxième tour, des listes PS se sont retirées dans le Nord et en PACA, mais il n'existe pas de "front républicain", puisque la réciproque n'existe pas. Sarkozy et son parti ont choisi la stratégie du "ni, ni", mettant sur le même plan le PS et le FN. Nous savons que l'élection d'un Président de Région du FN entraînerait des conséquences dramatiques pour la vie des habitants, pour la vie associative, pour le lien social déjà bien fragilisé.

    De plus, cette élection serait un tremplin rêvé pour la prochaine présidentielle, les élus FN ayant alors la possibilité de prendre des mesures démagogiques mais spectaculaires (voir Ménard à Béziers). Et le FN est mieux préparé à prendre les commandes d'une collectivité qu'il y a quelques années : dans les mairies qu'il a prises aux dernières municipales, le vote de dimanche dernier ne montre pas de désaveu.

    Lire la suite

  • Warsmann démission ?!

    Jean-Luc Warsmann fait distribuer son premier document de campagne dans les boites à lettres ardennaises.

     

     

    A Vouziers, cette distribution est en cours, vous avez peut-être reçu le document. Et là, surprise, en gros titre, on peut lire «Moins de politique, plus d'action (...)"

    Moins de politique, de la part d'un homme politique national, c'est surprenant.

     

    C'est vrai que l'attaque "anti politique" revient souvent chez les gens de droite. Eux ils seraient là uniquement pour le bien commun, juste pour agir. Il n'y aurait aucune idéologie derrière leurs choix.

    Il est sûr que depuis la dernière crise, ils n'osent plus se réclamer du libéralisme. Pourtant, on l'a entendu le discours pro libéral, Sarkozy et 368773-0098.jpg?t=7870l'UMP libérant la société et les entreprises pour qu'elles puissent donner toute leur puissance, bridée par trop d'état. Elles ont été puissantes dans les licenciements, délocalisations et concentrations multiples.

    Voilà les conséquences d'un choix politique que beaucoup feignent d'oublier maintenant.

     

    Jean-Luc Warsmann fait parti du cercle restreint de ceux qui valident le choix politiques. Afficher «moins de politique" de sa part, c'est comme si votre boucher inscrivait sur sa vitrine "devenez végétarien". Soit c'est de l'humour, soit il veut scier la branche sur laquelle il est assis.

     

    Pour rappel, tiré du site de l'assemblée nationale, les mandats de Jean-Luc Warsmann:

     

    Mandats et fonctions à l'Assemblée nationale

    • Mandat : Réélu le 10/06/2007 (Date de début de mandat : 20/06/2007 (élections générales))
    • Commission :
      • Président de la commission des lois
      • Membre de droit du comité d'évaluation et de contrôle des politiques publiques
    • Délégation et Office :
      • Premier vice-président de la délégation parlementaire au renseignement
    • Groupe d'études :
      • Membre : - Adoption - Agro-alimentaire et filière agricole - Alimentation et santé - Artisanat et métiers d'art - Automobile - Chasse et territoires - Cheval - Conjoints survivants - Construction et logement - Dépendance - Deux-roues motorisés et non motorisés - Eco-construction - Elevage - Energies - Forêt - Frontaliers - Groupes d'intérêt - Hôtellerie, restauration, loisirs - Inondations - Intégration des personnes fragilisées et handicapées - Jardins, paysages et horticulture - Maladies orphelines - Montagne - Participation du public et gouvernance - Pénibilité du travail et maladies professionnelles - Plasturgie - PME - Prisons et conditions carcérales - Professions de santé - Professions libérales - Ruralité - Systèmes juridiques européens - Tibet - Tourisme - Trufficulture - Vie associative - Voies navigables et transports multimodaux

    Organismes extra-parlementaires

    • Membre titulaire du conseil national de l'aménagement et du développement du territoire
    • Membre titulaire de la conférence de la ruralité
    • Membre titulaire de la commission nationale de présélection des pôles d'excellence rurale

    Anciens mandats et fonctions à l'Assemblée nationale

    • Élu le 28/03/1993 - Mandat du 12/12/1995 (remplacement d'un député décédé : M. Claude Vissac) au 21/04/1997 (Fin de législature)
    • Réélu le 01/06/1997 - Mandat du 01/06/1997 (élections générales) au 18/06/2002 (Fin de législature)
    • Réélu le 09/06/2002 - Mandat du 19/06/2002 (élections générales) au 19/06/2007 (Fin de législature)
    • Vice-président de l'Assemblée nationale - du 04/07/2005 au 03/10/2005 - du 04/10/2005 au 19/06/2007

    Mandats locaux en cours

    • Maire de Douzy, Ardennes (1515 habitants)
    • Vice-président du conseil général (Ardennes)

    Mandats intercommunaux

    • Président de la Communauté de communes des Trois cantons de Carignan, Mouzon et Raucourt

     

     

    Si Jean-Luc Warsmann veut réellement moins faire de politique, un conseil tout simple, qu'il démissionne d'un ou de plusieurs mandats qu'il occupe.

     

    34.gif


    La place occupée par Jean-Luc Warsmann à l'assemblée est en rouge : pas d'erreur c'est bien à droite. (Dessin repris du site de l'Assemblée Nationale).

     

  • Un appel unitaire pour le 29 janvier

    Les classes populaires sont durement touchées par la crise. L'inquiétude pour l'avenir grandit. La politique du pouvoir est plus que jamais au service des privilégiés. L'heure est à la riposte. Les organisations signataires de cet appel défendent des propositions pour une autre politique, et s'engagent dans le soutien et la participation aux mobilisations, notamment à la journée interprofessionnelle de grèves et manifestations du Comites_du_29_janvier_LOGO.jpg29 janvier.



    En deux mois, le nombre de chômeurs a augmenté de plus de 100 000. Dans les entreprises privées, sous couvert de crise, les plans de licenciements se multiplient et le chômage partiel touche des secteurs entiers. Les intérimaires et l’ensemble des précaires sont touchés de plein fouet. La remise en cause des droits des chômeurs continue.
Au nom de la lutte contre « les déficits », le pouvoir a réduit les budgets publics, a privatisé, mis en concurrence « libre et non faussée » les services publics. C'est un véritable plan de mutation libérale et de privatisation qui s'accentue avec les suppressions d'emplois publics.



    Le gouvernement, il y à encore quelques mois nous annonçait que « les caisses sont vides ». Depuis il a trouvé des centaines de milliards (plus de 428 milliards d’euros) pour sauver les banques, assurances et autres organismes financiers. Les divers « plans de relance » ici et là dans le monde n'ont qu'un seul objectif: maintenir les profits des grands groupes capitalistes. La crise est une crise européenne et mondiale. Dans ce contexte, nous devons également nous mobiliser pour une Europe sociale, écologique, démocratique, féministe.



    greve.jpgDes résistances existent ! Des salarié-e-s se mobilisent contre les licenciements, organisent des manifestations avec le soutien de la population. Les mouvements dans l'Education Nationale, notamment des lycéen-ne-s et de leurs professeur-e-s montrent qu'il est possible de faire reculer ce gouvernement. Des familles mal logées ou sans logis se battent pour l'application de la loi de réquisition des logements vides. Les salarié-e-s sans papiers poursuivent la lutte pour leur régularisation. Nous sommes parties prenantes de toutes ces résistances et nous nous inscrivons dans les prochaines mobilisations de janvier, Education Nationale le 17, Santé et Hôpital Public le 24, grève interprofessionnelle et manifestations de masse du 29 janvier.



    Une autre politique est possible, en s’attaquant aux profits et à la spéculation financière, en remettant en cause la rémunération du capital. . Il faut donner la priorité aux salaires et aux droits sociaux, mettre à contribution les profits et les dividendes versés aux actionnaires, en remplaçant le « bouclier fiscal » pour les privilégié-e-s et les spéculateurs par le bouclier social permettant au plus grand nombre de vivre mieux.

    Nous exigeons l’augmentation des salaires, du SMIC, du minimum vieillesse et des minimas sociaux. Nous grandjouan_greve1.jpgproposons l’annulation du paquet fiscal de l’été 2007; une redistribution du budget de l’Etat pour répondre aux besoins sociaux et développer les services publics à tous les niveaux; une réforme de la fiscalité afin que les entreprises ne puissent plus, comme aujourd’hui, privilégier la spéculation au détriment de l’emploi et des conditions de travail.



    Nous nous opposons aux licenciements, exigeons le droit de veto suspensif des salarié-e-s sur les licenciements. Nous exigeons le maintien du contrat de travail, le maintien de l'intégralité des revenus et des droits des salariés mis au chômage technique.

    Nous réaffirmons le principe du CDI comme référence du contrat de travail dans le privé et de l’emploi statutaire dans le public. Nous défendons les reprises autogestionnaires d'entreprises par les salarié-e-s. Nous refusons toute aide publique aux entreprises qui licencient.greve.jpg



    Nous agissons pour la suppression des paradis fiscaux, pour une appropriation publique du système de crédit permettant une autre politique d'investissement au service de l'emploi, du logement social, des services publics et de projets prenant en compte l'urgence écologique.



    Nous voulons remettre en cause le pacte de stabilité et les directives européennes de privatisation; agir pour un nouveau type de développement; pour combattre toutes les formes de discriminations qui affectent le champ social; pour créer des emplois utiles sur le plan social et écologique. Nous proposons de dégager les moyens nécessaires à des objectifs de production économes en termes d'énergie et producteurs d'emplois notamment dans le domaine de l'environnement, des transports collectifs, du secteur des énergies renouvelables et du soutien à l'agriculture paysanne.



    Nous voulons rompre avec les logiques financières développées par l’Union européennes et ses institutions, en particulier la Banque centrale européenne.



    786g.jpgNous refusons les suppressions d’emplois dans le secteur public, exigeons l’annulation des 30.000 suppressions de postes décidés, le retrait de la privatisation de la santé (loi Bachelot), la création d’emplois socialement utiles (Santé, l’Ecole, Poste, Recherche, et de nouveaux services publics, du logement, de la petite enfance, etc.) Nous agissons pour la réduction du temps de travail sans flexibilité ni annualisation avec embauches correspondantes.



    Les grèves et manifestations comme celle du 29 janvier expriment les colères et amplifient les luttes. Une riposte populaire d'ensemble est urgente. Nous nous engageons à mettre toutes nos forces au service de la convergence des luttes contre les licenciements, la vie chère, le chômage et la précarité, et pour la défense et l'élargissement des services publics. C'est le moment !

    Déclaration unitaire de :

    AlterEkolo (AE) Alternative démocratie Socialisme (ADS), , Alternative Libertaire, Association des communistes unitaires (ACU), Coordination nationale des collectifs unitaires pour une alternative au libéralisme (CNCU), Les Alternatifs, Nouveau parti anticapitaliste (NPA), Parti Communiste Français (PCF), Parti communiste des ouvriers de France (PCOF), Parti de Gauche (PG),

  • Un cri sur un blog

    Notre( très branché) confrère "L'Union-L'Ardennais" consacre son article en page Charleville à Jean-Charles Vanbervesseles, qui tient un blog intitulé"Debout les Ardennes qui souffrent" .

    Nous apprécions son travail et la passion qu'il y met, puisque son blog est en lien sur le blog de L'An Vert. Ne le dites pas, mais on lui a même photo_d__affiche_003.jpgdéjà "piqué" des photos . Voici un extrait de ce qu'il dit dans l'article de "L'Union-L'Ardennais" :

    « Depuis deux ans, j'ai créé un blog intitulé « Debout les Ardennes qui souffrent » que j'approvisionne quotidiennement. Ça me passionne de donner mon point de vue et de faire des propositions sur divers sujets en fonction de ma sensibilité. Je suis arrivé à fidéliser en moyenne une centaine de lecteurs par jour. Pour moi, c'est la possibilité de briser la pensée unique. Pas du genre robinet d'eau tiède, j'aime pousser des cris de révolte ».

  • les banlieues et Fadela Amara

    Fadela Amara est entrée au gouvernement pour, disait-elle, être là où il es possible de faire bouger les choses . Quel bilan fait-elle de sa participation à l'équipe Sarkozy : voici ce qu'elle déclare au"Monde" .

    Depuis votre arrivée au gouvernement, comment jugez-vous la situation dans les banlieues ?41ae36ecb9b3eee609d05b90c14222fb-1.jpg

    Je dirais qu'elle est la même qu'hier. On a été abandonnés depuis trente ans.

    (...)

    Vous avez, dans ce pays, une partie de l'élite qui ne souhaite pas voir émerger les enfants d'ouvriers. Ça commençait à m'agacer sérieusement de voir qu'en haut lieu certains énarques freinaient des quatre fers. J'ai tapé du poing sur la table en le disant au président de la République, avant son discours sur la diversité. En février dernier, nous avions annoncé l'installation de 350 délégués du préfet dans les quartiers. A l'heure où je vous parle, il n'y en a même pas une quinzaine qui sont en fonctions. C'est quand même scandaleux. Et ce n'est pas faute d'avoir tapé du poing sur la table...

     

    Ces élites oposées au changement dans les banlieues, on ne les voit pas freiner la mise en place de la politique de chasse aux immigrés ou saboter les mesures de régressions sociales . Où peuvent-elles bien militer ? Peut-être à l'UMP "canal clandestin" .

  • Patrick Rémy secrétaire de la section PS Bar-Argonne

    967074-0037.jpg?t=9570

    Nous avons donné la parole au secrétaire de la section de Vouziers du PS. Nous avons demandé également à Patrick Rémy, secrétaire de la section Bar-Argonne de nous transmettre une note sur son analyse de la situation au PS . Voici son texte :

     

     

    << La France a besoin d’un Parti Socialiste fort avec des propositions ambitieuses, réalistes et concrètes et une vision claire. Elu(e)s, militant(e)s et sympathisant(e)s doivent être fiers de ses valeurs, de son histoire et de ses actions. Il n’y a rien à inventer. Nous devons être plus offensifs et audibles face à la droite. Aux discours vagues et aux orientations floues, je préfère des propositions précises et susceptibles de mobiliser le peuple de gauche : sur les salaires, sur les retraites, sur l’école, sur les services publics, sur la réforme des institutions, sur la démocratie dans les médias. Nous devons retrouver le chemin des luttes sociales auprès des syndicalistes et des autres forces de Gauche. Il est inutile de vouloir caresser le rêve de concilier socialisme et libéralisme. C’est l’unité de toute la Gauche qui donnera demain l’espoir. Le Parti Socialiste n’a de raison d’exister que s’il est à Gauche >>

     

    Patrick REMY

    Section BAR-ARGONNE