Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

fukushima

  • Catastrophe nucléaire de Fukushima : les droits bafoués

    Huit ans après le début de la catastrophe nucléaire de Fukushima, un rapport de Greenpeace Japon dénonce les violations des droits humains de la part du gouvernement japonais. Celui-ci fait appel à des travailleurs sous-payés et non protégés pour décontaminer des zones radioactives et lève des ordres d’évacuation malgré des niveaux de radioactivité très élevés, au mépris des risques sanitaires et des recommandations internationales. La crise sanitaire et humaine qui frappe le Japon est loin d’être terminée.

    Des employés sous-payés et mal protégés face aux radiations

    L’enquête menée par Greenpeace Japon dans les zones de décontamination autour de Fukushima est édifiante : les travailleurs et travailleuses en charge de décontaminer des zones où le gouvernement veut réinstaller des familles interviennent dans des conditions inacceptables. « Dans des zones où certain-es de ces employé-es opèrent, les niveaux de radiation enregistrées auraient déclenché une procédure d’urgence s’ils avaient été relevés à l’intérieur d’une installation nucléaire, s’alarme Shaun Burnie, expert en nucléaire pour Greenpeace Allemagne. Ces employé-es n’ont reçu quasiment aucune formation en radioprotection, sont sous-payé-es, exposé-es à des niveaux élevés de radiation et risquent de perdre leur emploi s’ils parlent. Les rapporteurs spéciaux des Nations unies sur les droits humains ont raison de mettre en garde le Japon sur ces risques et violations. »

    Lire la suite

  • Rassemblement à Paris pour la sortie du nucléaire en France et au Japon

    Cette année, le 11 mars sera le huitième anniversaire de la catastrophe de Fukushima.
    Le gouvernement japonais fait tout pour banaliser la radioactivité et les conséquences sanitaires et sociales de l’accident nucléaire de Fukushima, survenu en 2011. Les autorités nippones s’appuient sur des normes établies par les pronucléaires, protègent la santé (économique) de l’industrie plutôt que celle des populations, organisent une politique de retour dans des territoires contaminés et maintiennent des épreuves des Jeux Olympiques en 2020 sur des terres polluées !
    En France comme au Japon, nous dénonçons les relances et les prolongations des réacteurs nucléaires et la poursuite de nouveaux projets qui font subir à la population l’augmentation de l’exposition à la radioactivité et le risque permanent d’accident nucléaire.
    Au programme : commémoration, témoignages, concerts, prises de parole, animations, info-kiosques et goûter (apportez gâteaux, fruits et autres fantaisies : on réfléchit mieux le ventre plein !)

    Lire la suite

  • Fukushima : sept ans déjà !

    7 ans deja.jpg

    Dessin de Dilem pour Charlie-hebdo

  • Fukushima, 7 ans de catastrophe - N’attendons pas un accident en France, sortons du nucléaire !

    Communiqué du réseau"Sortir du nucléaire"

    Ce 11 mars 2018 marquera les 7 ans de la catastrophe de Fukushima. Alors que le risque d’accident n’a jamais été aussi élevé en France, une mobilisation importante est prévue pour exiger une sortie du nucléaire en urgence. Elle sera par ailleurs suivie par la tournée en France de Naoto Kan, Premier ministre japonais en exercice lors de l’accident de Fukushima.

    Fukushima, 7 ans de catastrophe

    Alors que le monde s’apprête à commémorer les 7 ans de l’accident de Fukushima, la catastrophe continue à se déployer au Japon. Les retombées radioactives restent présentes dans les sols, la décontamination s’avérant illusoire.

    Pour ce qui est des seuls examens médicaux pratiqués systématiquement auprès des habitants de Fukushima depuis 2011, à savoir ceux de la thyroïde, les résultats sont alarmants : selon les chiffres les plus récents, le nombre de cancers diagnostiqués s’élève maintenant à 193 (dont 154 avérés après opération) - sur 300 000 enfants et adolescents âgés de moins de 18 ans au moment de l’accident.

    Plutôt que de prendre à bras-le-corps ces problèmes de santé publique, les autorités se montrent indifférentes au sort des victimes. Les populations sont invitées à revenir vivre dans des zones très contaminées et les familles qui ont fait le choix de l’exil ne reçoivent plus d’indemnités. Pire, les personnes qui alertent sur les risques sanitaires sont désormais considérées comme des trouble-fêtes.

    Pendant ce temps, à la centrale de Fukushima Daiichi, la situation demeure impossible à maîtriser et les rejets radioactifs continuent à se déverser dans l’océan.

    (...)

    Lire la suite

  • Fukushima : 6 ans après, pas de retour à la normale

    Communiqué de Greenpeace.

    La catastrophe nucléaire de Fukushima, c’était il y a six ans déjà. Et la catastrophe est toujours en cours : les fuites radioactives se poursuivent et des milliers de personnes ont été déplacées. Le gouvernement japonais veut les contraindre à rentrer chez elles alors que beaucoup de zones sont encore contaminées. C’est le cas des habitants de la région d’Iitate.

     En novembre 2016, Greenpeace a mené une campagne de mesure de niveaux de radiation à Iitate, village situé à environ 35 km de Fukushima, et dans ses environs.
    Les chiffres de cette enquête ont été révélés la semaine dernière par Greenpeace, dans son rapport « No return to normal ».

    Les résultats sont très inquiétants : des valeurs relativement élevées de rayonnements, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des maisons d’Iitate, montrent un risque inacceptable d’exposition pour les citoyens s’ils y retournent. Dans certaines maisons, les doses de radiation mesurées sont cinq fois supérieures aux doses internationales maximales recommandées.

    Or, le gouvernement japonais entend lever l’ordre d’évacuation de la région d’Iitate à la fin du mois de mars et supprimer les compensations financières un an plus tard. Cela signifie que les habitants de la région seront financièrement contraints de retourner vivre dans une zone qui est pourtant toujours dangereuse pour leur santé.

    Lire la suite

  • Nucléaire : des groupes industriels menacés de faillite

    Il n'y a pas qu'en France que les industriels du secteur nucléaire connaissent de grosses difficultés (voir notre article du 14 février pour EDF).

    Le groupe Toshiba est un des principaux acteurs du nucléaire au Japon. Il a également investi aux Etats-Unis, en rachetant Westinghouse. D'après RFI " Le conglomérat s’est aperçu trop tard que la société Stone & Webster, achetée en 2015 par Westinghouse pour construire deux centrales nucléaires en Géorgie et en Caroline du Sud, était très endettée et qu’elle n’avait plus l’expertise nécessaire pour mener ces deux chantiers."

    De plus, le coût de construction des centrales nucléaires a explosé (si l'on peut employer cette expression à ce sujet) depuis la catastrophe de Fukushima. Celle-ci a mis en lumière de nombreuses faiblesses de conception des centrales nucléaires, leur construction doit désormais répondre à des normes beaucoup plus sévères.

    RFI ajoute  :"depuis l’accident nucléaire de Three Mile Island aux Etats-Unis, et l’arrêt de toute construction de centrales nucléaires durant une trentaine d’années, l’industrie nucléaire américaine souffre d’un manque d’ingénieurs et de techniciens spécialisés."

    Le journal économique Boursorama analyse les difficultés financières de Toshiba :

    Lire la suite

  • Niveau de radiations record enregistré à Fukushima

    Six ans après le tsunami qui a frappé le Japon, la catastrophe nucléaire qu'il a occasionnée est très loin d'être terminée. L'évaluation des dégâts n'est même établie, le taux de radioactivité qui règne sur place empêchant toute approche humaine. L'utilisation d'une caméra télécommandée a permis un certain nombre de mesures et de constats, qui sont plus inquiétants que les précédents.

    Le coût du démantèlement a été récemment  réévalué en forte hausse, ces nouveaux éléments laissent à penser que l'on est pas au bout des mauvaises surprises. TEPCO, la compagnie propriétaire des centrales de Fukushima est virtuellement en faillite, seul le soutien de l'état japonais lui permet de continuer son activité.

    le Journal "Sciences et avenir" s'interroge : "Où est le combustible fondu de la centrale de Fukushima ? " Un responsable de TEPCO répond : "Le niveau extrêmement élevé de radiations mesuré à un endroit, s'il est exact, peut indiquer que le combustible n'est pas loin et qu'il n'est pas recouvert d'eau" Et le journal ajoute :" Les examens réalisés sur Fukushima n'ont pas permis jusqu'à présent de localiser précisément le combustible supposé fondu dans ces trois unités."

    Voici des extraits de l'analyse faite par l'Illustré de Suisse

    Lire la suite