Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

élevage

  • L’État se couche devant la violence des éleveurs

    Le 1er septembre 2015, lors d’une réunion publique à Bramans (Savoie), le président du Parc national de la Vanoise, son directeur et le chef de secteur ont été séquestrés par une trentaine d’éleveurs ovins pendant une nuit et une matinée.

    Les éleveurs ont indiqué que les représentants de l’État resteraient séquestrés jusqu’à satisfaction de leurs revendications, à savoir le tir de destruction de 5 loups d’ici la fin de l’année et l’autorisation de tir de destruction du loup dans la zone cœur du parc national de la Vanoise (Savoie). Hier soir, le préfet a signé un arrêté autorisant le tir de 6 loups et a annoncé avoir saisi la ministre de l’Écologie pour obtenir le tir du loup dans la zone cœur du parc national.

    Lire la suite

  • Le blocage des routes ne sortira pas l'élevage de l'impasse

    Communiqué de la FNE.

    Actuellement, toute une partie de l’élevage français s’enlise dans une crise chronique en confondant industrialisation et compétitivité. A la veille de la manifestation des agriculteurs à Paris, FNE veut rappeler l’importance d’avoir une vision à long terme pour l’élevage Français, de changer de cap, en misant sur la qualité pour aller vers une véritable agroécologie.

    Lire la suite

  • Acheter français ne suffira pas

    Une partie de l’élevage français subit une nouvelle crise économique pendant cette période estivale. François Hollande a appelé à acheter des « produits issus de l’élevage français». Un plan d’urgence doit être adopté aujourd’hui par le Conseil des ministres. Au-delà des mesures conjoncturelles, il faut donner un nouveau cap à l’élevage français pour le sortir de la crise chronique dans laquelle il s’enlise.


    Manger des produits français oui, mais pas n’importe quoi

    Pour que le consommateur français privilégie la viande et le lait français, il faut le convaincre de leur qualité. La qualité provient de l’alimentation fournie aux animaux : la part de l’herbe, l’absence d’OGM, l’autonomie de l’élevage … La qualité c’est aussi le respect du bien-être animal (espace suffisant, accès au plein air…).Si l’élevage français affiche sa qualité, le consommateur lui donnera sa préférence et acceptera de payer ses produits un peu plus chers1 .

    Lire la suite

  • Elevage : FNE interpelle le Président de la République


    Des élevages coupés de leur terroir

    Pour FNE, la crise que traverse l’élevage français est essentiellement due à son inadaptation au terroir . Les élevages sont surdimensionnés et concentrés sur des surfaces agricoles insuffisantes pour nourrir les animaux et pour absorber leurs effluents (lisiers, etc.).


    chestres vaches crépuscule 08.2010 014.jpg

    Photo L'An Vert


    FNE rappelle par ailleurs que l’Europe importe 80% des protéines nécessaires à son élevage, notamment sous forme de soja OGM. Quant aux problèmes de pollution liés à ces élevages intensifs, on ne les compte plus. La prolifération des algues vertes en Bretagne en est l’exemple le plus criant. Cette situation devient intenable.

    Pour Jean-Claude Bévillard, responsable des questions agricoles à FNE : « Fragiles sur les plans économique, social et environnemental, ces élevages sont de toute manière condamnés à moyen terme. Les subventions publiques ne peuvent plus continuer dans cette impasse. »

    Vers des élevages plus autonomes et plus durables

    Pour FNE, les subventions publiques, de la PAC notamment, doivent encourager la reconversion des élevages vers une meilleure valorisation des ressources locales. Il s’agit donc de distribuer les aides aux élevages les plus autonomes en intrants (aliments, énergie, engrais, pesticides...) et les plus respectueux du bien-être animal.

    Marie-Catherine Schulz, chargée de mission agriculture, précise : « Ces élevages plus autonomes ne sont pas seulement moins polluants. Ils sont les mieux à même de résister aux aléas économiques et sont plus durables d’un point de vue social.»

    Jean-Claude Bévillard conclut : « Ces élevages doivent être encouragés par les politiques publiques. Chacun est conscient que dans le Massif Central où se rend le Président de la République aujourd’hui, une logique ultra-libérale conduirait inévitablement à l’abandon des terres. »

    FNE demande au Président de la République de saisir l’opportunité de son déplacement en Auvergne pour enclencher en France un changement de modèle d’élevage, plus autonome et plus durable.