Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

amnesty international - Page 3

  • Afghanistan : les crimes de guerre des talibans au Panjshir

    C'était le bastion historique de la résistance aux Talibans. Désormais, dans la vallée du Panjshir, les habitants vivent toujours dans la peur des talibans qui s'en prennent à la population civile dans le but de l'obliger à obéir et à se soumettre.

    Dans la province du Panjshir, les talibans infligent une véritable sanction collective à la population civile. Ils commettent un crime de guerre. C'est ce que nous dénonçons dans un nouveau rapport intitulé ‘Your Sons Are In The Mountains’: The Collective Punishment of Civilians In Panjshir by the Taliban. Il recense de graves violations du droit international humanitaire et relatif aux droits humains, notamment des exécutions extrajudiciaires, des actes de torture et des arrestations et détentions arbitraires massives.

    Depuis que les talibans ont pris le contrôle de l’Afghanistan en août 2021, les membres des forces de sécurité de l’ancien gouvernement afghan ont fui vers le Panjshir avec leurs équipements et leurs armes, et ont rejoint le Front national de résistance. En réaction, les talibans exercent des représailles contre les combattants capturés et s’en prennent à la population civile du Panjshir dans le but de l’obliger à obéir et à se soumettre.

    Des milliers de personnes sont prises au piège de la répression permanente qu’exercent les talibans, dans le but manifeste d’intimider et de sanctionner. La liste des crimes de guerre et des violations du droit international humanitaire perpétrés par les talibans au Panjshir est interminable. Exécutions extrajudiciaires, torture, prise d’otages, 

    détention illégale et incendie d’habitations civiles... Chaque acte individuel est odieux, et ces actes dans leur ensemble constituent une sanction collective – un crime de guerre en soi.

    Les talibans ont procédé à l’arrestation arbitraire, à l’échelle de villages, de tous les hommes adultes et adolescents, les détenant sans inculpation et les soumettant à des passages à tabac et autres violences. Ils ont également instauré le seul couvre-feu nocturne de tout l’Afghanistan, saisi des habitations civiles et restreint l’accès des bergers à leurs pâturages traditionnels.

    Lire la suite

  • Chine : les grandes manifestations depuis Tiananmen

    Le 4 juin 1989, Place Tiananmen, à Pékin, la Chine réprime dans le sang le mouvement de protestation en faveur de la démocratie. Après cet évènement tragique et en dépit d'un environnement de plus en plus répressif, les mouvements de contestation se sont poursuivis. Retour sur les grandes manifestations en Chine depuis Tiananmen.

     

    Trente-quatre ans après Tiananmen, le droit de manifester reste sévèrement limité en Chine. Toute discussion ou commémoration de la répression de 1989 est lourdement censurée, les autorités qualifient les manifestations de « perturbation de l’ordre public » et, sous la présidence de Xi Jinping, les restrictions se sont encore renforcées, rendant les manifestations extrêmement rares.

    Après Tiananmen, certaines personnes ont pourtant continué de se rassembler pour s'exprimer, malgré le risque d'être arrêtées. Ces mouvements de contestation, les autorités chinoises cherchent à les étouffer, à les invisibiliser.

    4 juin 1989 : répression de la place Tiananmen 

    Le 4 juin 1989 est entré dans l'histoire comme le jour où les autorités chinoises ont impitoyablement réprimé les manifestations pacifiques.

    Les troupes chinoises ont abattu des centaines, voire des milliers de personnes qui étaient descendues dans les rues, sur ou autour de la place Tiananmen de Pékin pour réclamer des réformes politiques. Une tache indélébile sur l’histoire de la Chine.

    1999 : Manifestation du Falun Gong à Pékin 

    Plus de 10 000 adeptes du Falun Gong - un mouvement spirituel populaire en Chine dans les années 1990 - ont manifesté silencieusement à Pékin contre le harcèlement exercé par le gouvernement à l'encontre de ses membres.

    En réaction aux manifestations, le gouvernement chinois a interdit le groupe et lancé  une campagne d'intimidation et de persécution, sous la direction d'une organisation spéciale appelée le Bureau 610. Depuis l'interdiction du mouvement, des dizaines de milliers de pratiquants de Falun Gong ont été détenus arbitrairement et nombre d'entre eux ont été torturés.

    Lire la suite

  • Chine : les grandes manifestations depuis Tiananmen

    Le 4 juin 1989, Place Tiananmen, à Pékin, la Chine réprime dans le sang le mouvement de protestation en faveur de la démocratie. Après cet évènement tragique et en dépit d'un environnement de plus en plus répressif, les mouvements de contestation se sont poursuivis. Retour sur les grandes manifestations en Chine depuis Tiananmen.

     

    Trente-quatre ans après Tiananmen, le droit de manifester reste sévèrement limité en Chine. Toute discussion ou commémoration de la répression de 1989 est lourdement censurée, les autorités qualifient les manifestations de « perturbation de l’ordre public » et, sous la présidence de Xi Jinping, les restrictions se sont encore renforcées, rendant les manifestations extrêmement rares.

    Après Tiananmen, certaines personnes ont pourtant continué de se rassembler pour s'exprimer, malgré le risque d'être arrêtées. Ces mouvements de contestation, les autorités chinoises cherchent à les étouffer, à les invisibiliser.

    4 juin 1989 : répression de la place Tiananmen 

    Le 4 juin 1989 est entré dans l'histoire comme le jour où les autorités chinoises ont impitoyablement réprimé les manifestations pacifiques.

    Les troupes chinoises ont abattu des centaines, voire des milliers de personnes qui étaient descendues dans les rues, sur ou autour de la place Tiananmen de Pékin pour réclamer des réformes politiques. Une tache indélébile sur l’histoire de la Chine.

    1999 : Manifestation du Falun Gong à Pékin 

    Plus de 10 000 adeptes du Falun Gong - un mouvement spirituel populaire en Chine dans les années 1990 - ont manifesté silencieusement à Pékin contre le harcèlement exercé par le gouvernement à l'encontre de ses membres.

    En réaction aux manifestations, le gouvernement chinois a interdit le groupe et lancé  une campagne d'intimidation et de persécution, sous la direction d'une organisation spéciale appelée le Bureau 610. Depuis l'interdiction du mouvement, des dizaines de milliers de pratiquants de Falun Gong ont été détenus arbitrairement et nombre d'entre eux ont été torturés.

    Lire la suite

  • Iran : une frénésie d’exécutions pour des infractions liées aux stupéfiants

    Publié le 01.06.2023 par Amnesty International

    Depuis le début de l’année, les autorités iraniennes ont exécuté au moins 173 personnes condamnées pour des infractions liées à la législation sur les stupéfiants, à l’issue de procès systématiquement iniques. C'est près de trois fois plus que l’année dernière sur la même période.

     

    Les exécutions pour des infractions liées aux stupéfiants représentent les deux tiers de toutes les exécutions qui ont eu lieu en Iran au cours des cinq premiers mois de 2023 et touchent principalement des personnes issues de milieux marginalisés et pauvres. Les membres de la minorité ethnique baloutche, persécutée et défavorisée, représentent environ 20 % des exécutions recensées, alors qu’ils ne constituent que 5 % de la population iranienne.

    Le rythme auquel les autorités procèdent à des exécutions pour des infractions liées aux stupéfiants, en violation du droit international, révèle leur manque d’humanité et leur mépris flagrant pour le droit à la vie. La communauté internationale doit veiller à ce que la coopération dans le cadre des initiatives de lutte contre le trafic de drogue ne contribue pas, directement ou indirectement, à la privation arbitraire de la vie et à d’autres violations des droits humains en Iran.

    Diana Eltahawy, directrice adjointe pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord à Amnesty International

    Les États et les organismes intergouvernementaux doivent condamner avec la plus grande fermeté les autorités iraniennes pour ces exécutions arbitraires, réclamer l’instauration d’un moratoire officiel sur toutes les exécutions, envoyer des représentant·es rendre visite aux condamné·es à mort et demander à assister aux procès des accusé·es qui encourent ce châtiment. Face à cette crise d’impunité pour des exécutions arbitraires massives, ils doivent se mobiliser sans plus attendre pour mettre en place des moyens significatifs d’obligation de rendre des comptes. 

    Lire la suite

  • Réchauffement climatique : TotalEnergies à nouveau poursuivie en justice

    Publié le 31.05.2023 par Amnesty International.

    Mercredi 31 mai, la multinationale TotalEnergies se retrouve une nouvelle fois devant la justice dans une affaire liée au climat. Les six associations et 16 collectivités territoriales à l’origine de cette procédure accusent la multinationale de ne pas respecter son devoir de vigilance sur l’environnement. Face à l’urgence climatique, elles lui demandent de faire des choix en adéquation avec les engagements de la France lors de l’Accord de Paris. 

    La pression monte contre TotalEnergies. Mercredi 31 mai au matin, s’est tenue la première audience de procédure au tribunal judiciaire de Paris dans le contentieux climatique engagé par des associations et collectivités territoriales contre TotalEnergies. En tant qu’intervenant volontaire accessoire, nous soutenons et appuyons cette coalition pour faire valoir la défense des droits humains et de l’environnement.  

    Après son passage devant la justice pour défendre son mégaprojet pétrolier Tilenga-Eacop en Ouganda et en Tanzanie, c’est la deuxième fois que TotalEnergies est entendue sur une affaire liée au climat. Survenant quelques jours seulement après la forte mobilisation contre l’Assemblée générale deTotalEnergies, cette audience s’inscrit dans la première action en justice française dont l’objectif est de rehausser les ambitions climatiques d’une entreprise. Lancée début 2020, la procédure a été retardée par la multinationale énergétique qui contestait la compétence du tribunal judiciaire au profit du tribunal de commerce. Durant l'audience, l’entreprise a développé ses nombreux moyens de défense pour contester la recevabilité de l’action judiciaire, y compris notre rôle d’intervenant volontaire. 

    Au regard de l’urgence climatique et des engagements de la France sur une trajectoire 1,5°C, la coalition a demandé au juge de contraindre TotalEnergies à adopter des mesures provisoires telles que la suspension de ses nouveaux projets pétro-gaziers et la réduction des émissions de gaz à effet de serre liées à ses activités mondiales. Selon les associations et collectivités, TotalEnergies est responsable de 0,8% à 1% des émissions mondiales de gaz à effet de serre et prévoit de continuer à investir d'ici à 2030 à 70% dans les énergies fossiles. Le groupe a reconnu que l’usage de ses produits dans le monde génère 0,8% des émissions mondiales. 

    Lire la suite

  • Les cinq pays qui ont exécuté le plus de personnes en 2022

    Communiqué d'Amnesty International le 16.05.2023.

    En 2022, cinq pays ont été responsables de la quasi-totalité des exécutions que nous avons recensées dans le monde. Coup de projecteur sur ces États pris par une folie meurtrière.

    1 – La Chine : des milliers d’exécutions

    Une fois de plus, la Chine demeure le pays qui procède au plus grand nombre d’exécutions. Mais il s’avère impossible d’obtenir des chiffres précis sur l’application de la peine capitale dans ce pays, ces données étant classées secret d’État. Notre rapport annuel sur la peine de mort dans le monde n’inclut donc pas ces milliers d’exécutions. Cependant, nos équipes, parce qu'elle sont en lien avec des militantes et militants, qu'elles recoupent et analysent des informations disponibles, nous permettent d'estimer que des milliers de personnes ont continué à être exécutées et condamnées à mort dans ce pays, en 2022. 

    2 – L’Iran : au moins 576 exécutions

    L’Iran a exécuté au moins 576 personnes (contre 314 en 2021), ce qui représente une augmentation de près de 60 % par rapport à 2021. Cinq personnes ont été exécutées pour des crimes commis alors qu'elles avaient moins de 18 ans. 

    Depuis le début du soulèvement déclenché par la mort en détention de Mahsa Amini, le 16 septembre 2022, la peine de mort est notamment utilisée par les autorités pour étouffer le soulèvement. Depuis le 8 décembre 2022, au moins quatre personnes ont été exécutées en lien avec les manifestations, à la suite de procès iniques et expéditifs.

    Lire la suite

  • Soudan ce qu’il faut savoir sur le conflit

    Publié par Amnesty International le 24.04.2023.

    C’était il y a 20 ans. Le 25 avril 2003, le conflit au Darfour éclatait. Bilan humain : 300 000 morts et près de 2 millions de personnes réfugiées. Après 20 ans d'instabilité et d'insécurité, le pays fait face à une nouvelle flambée de violence. Les auteurs des crimes d’hier, continuent de sévir aujourd’hui.

    Depuis le samedi 15 avril, tous les regards sont tournés vers le Soudan, dans le nord-est de l'Afrique, au sud de l'Égypte. Le pays, l'un des plus pauvres au monde, où la faim touche plus d'un habitant sur trois, est déchiré par la guerre depuis des décennies. Après des semaines de tensions, la lutte de pouvoir entre les deux hommes forts du pays a dégénéré. Elle oppose le chef d’État de facto Abdel Fattah Al-Bourhane, à la tête de l’armée régulière (les Forces armées soudanaises, FAS) et son numéro 2, le général “Hemetti”, chef d’une importante milice paramilitaire (les Forces de soutien Rapide, FSR).  

    Soudan-Darfour-Sud.gifEn 2021, les deux hommes s’étaient alliés pour renverser le régime en place depuis 2019 et qui avait mis fin à 30 ans de dictature d'Omar El Béchir. Mais leur alliance s’est révélée fragile. Les différends entre les deux hommes se sont multipliés et, en pleine négociation dans le cadre de la mise en place du nouveau gouvernement de transition, des tensions ont explosé en raison des désaccords au sujet de la réforme des forces de sécurité. 

    Au matin du samedi 15 avril, de violents combats ont éclaté à Khartoum et dans plusieurs villes du pays. Selon les dernières informations des bombardements, les tirs d'obus et les fusillades se poursuivent sans relâche, en particulier dans la capitale Khartoum. Les Soudanais.es sont pris au piège. Des millions de personnes sont bloquées chez elles et les travailleurs humanitaires sont dans l'incapacité d'acheminer l'aide aux civils. Des rapports font également état de violences sexuelles commises par des soldats des FSR. 

    En quelques jours à peine, selon l’Organisation Mondiale de la Santé , au moins 331 personnes ont été tuées dans tout le pays, dont cinq travailleurs humanitaires, et près de 3 200 ont été blessées. Un bilan qui pourrait se révéler en réalité encore plus alarmant.  Le 24 avril, un cessez-le-feu de trois jours dans tout le pays a été annoncé pour “tenter de mettre fin aux violences. 

    Lire la suite