Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

frédéric courvoisier-clément

  • Frédéric Courvoisier-Clément autrement

    Dans une note publiée sur son blog le 24 janvier (à 22h33 pour être précis !), Frédéric Couvoisier-Clément annonce qu'il a pris des bonnes résolutions pour cette nouvelle année. Il indique avoir décidé "de présenter au Préfet sa démission de ses fonctions de vice-président de la Communauté de Communes de l'Argonne Ardennaise et de Conseiller communautaire".

    Il a été élu à la vice-présidence de la 2C2A en 2014, et son choix constitue donc une surprise pour la vie politique locale.

    Il explique sa décision par deux points principaux :

    Sa position d'opposant à la majorité des élus de droite, largement dominants sur le plan local, départemental et régional ( "Je ne souhaite donc plus être, d'aucune façon et à quelque niveau que ce soit, comptable de choix, de décisions et d'orientations qui ne sont pas les miens").

    Les difficultés de faire coexister une vie professionnelle et familiale avec un mandat d'élu. ("En accord avec mes proches, j'ai personnellement longtemps accepté bien volontiers de faire ces sacrifices. Mais, j'avais alors en retour un sentiment de satisfaction face au travail accompli et aux services rendus aux concitoyens et aux collègues élus qui avaient décidé de me faire confiance. Ce sentiment a malheureusement aujourd'hui disparu …" )

    Cela pose de nouveau le statut de l'élu, problème ancien mais jamais résolu, et d'ailleurs très rarement étudié.

    Sa décision interroge aussi sur la représentation indirecte au sein de la communauté de communes, ouvrant la porte à un consensus mal défini, et forcément mal vécu à certains moments.

    Voici de larges extraits de sa note

    Lire la suite

  • Le projet de pôle scolaire jette un froid entre le Maire de Vouziers et son opposition

    Les relations entre Yann Dugard et Frédéric Courvoisier-Clément s'étaient nettement refroidies ces derniers temps, en particulier depuis les élections départementales au cours desquelles les deux hommes se sont affrontés.

    Le dossier du pôle scolaire de Vouziers, porté par le Maire, risque de rendre glaciales les prochaines rencontres entre les deux hommes.

    Yann Dugard avait inscrit ce projet parmi les dossiers prioritaires dans son programme électoral  lors des dernières municipales. Il veut en faire une réalisation phare de son action, et il s'est trouvé encouragé  à agir rapidement par les responsables départementaux de l’Éducation Nationale.

    Lors du vote du budget 2015, le document officiel spécifiait " une opération spécifique est crée pour le projet de pôle scolaire.  La consultation pour l'assistance à maîtrise d'ouvrage est lancée.

    L'investissement des prochaines années sera axé principalement sur :

    -La mise en accessibilité des bâtiments communaux,

    -la construction d'un pôle scolaire, "

     La consultation  pour l'assistance à maîtrise d'ouvrage a effectivement eu lieu en avril. Mais l'opposition municipale n'accepte pas la façon dont se déroulent les choses.

    Lire la suite

  • Le PS des Ardennes ne soutient pas de candidature au 2e tour pour le canton de Vouziers

    Trois binômes seront présents pour le canton de Vouziers au deuxième tour de l'élection des Conseillers départementaux dimanche prochain. Les tandems formés par Yann Dugard et  Anne Faipont d'une part et  par Frédéric  Courvoisier-Clément et Véronique Duru d'autre part vont s’affronter. Le  FN  sera très surement réduit au rang de spectateur, n'ayant pas de réserve de voix.

    Les soutiens éventuels aux candidats restant en lice sont importants, même si on rappelle souvent que les électeurs sont seuls maîtres de leur choix.

    Dans ce contexte, le choix du PS ardennais était attendu avec attention.

    Dans un communiqué daté du 23 mars et posté sur le site du PS ardennais, Annie Flores (la responsable fédérale) fait la liste des binômes soutenu par son parti.

    Et pour le canton de Vouziers personne ne semble mériter la bienveillance du Parti Socialiste, même pas Frédéric Courvoisier-Clément, ancien responsable de la section locale PS de Vouziers. Il serait intéressant de connaître les raisons de ce choix, et de savoir si les militants socialistes locaux le partagent.

    Voici l'intégralité de ce communiqué, tel qu'il est publié sur le site du PS ardennais.

    Lire la suite

  • Vouziers : vers une triangulaire dans le canton, avec la droite bien placée .

    Les résultats des élections départementales pour le nouveau canton de Vouziers ont été connus assez tard, retard lié à la taille de la nouvelle entité administrative.

    Sur 9 733 inscrits, on compte 5 458 votants soit le taux honorable de 56 %.
    Il y a eu 5228 suffrages exprimés, 174 bulletins nuls et 56 blancs.

    En tête  se situe la liste majorité départementale (droite) de Y Dugard et A Fraipont qui recueille 1927 voix soit 36,86 % des exprimés . La liste du FN suit avec 1363 voix soit 26,07 %. En troisième position on trouve la liste de F Courvoisier-Clément et  V Duru avec 1334 voix et 25,52 % des exprimés. Ces trois listes dépassent le seuil de 12,5 % des inscrits, et peuvent donc se maintenir au deuxième tour.

    En quatrième position se situe la liste de P Potron et G de Rubeis avec 604 voix, soit 11,55 %. Ce score est significatif pour cette candidature jeune et sans concessions.

    Lire la suite

  • Finances de la ville de Vouziers : audit, oh désespoir !

    Ce n'est franchement un vent d'optimisme qui a soufflé ce soir lors de la présentation de l'audit financier de la ville de Vouziers.

    Si on s'attache à la conclusion de la note de synthèse distribuée aux participants, on retiendra : "la réalisation d'investissements nouveaux à partir de 2013/2014 semble difficile"

    C'est Frédéric Delamarre, expert-comptable spécialiste des collectivités locales ( et maire de Liart), qui a réalisé cet audit et qui l'a présenté aux Vouzinois. Une petite centaine de personnes étaient présentes dans la salle, en comptant les élus actuels du Conseil municipal et les candidats et partisans de la liste battue aux dernières élections. Ceux-ci étaient venus assez nombreux à cette réunion, où devait donc être présenté l'audit financier demandé par la nouvelle équipe peu de temps après son élection.

    D'entrée de jeu Yann Dugard précisait qu'il s'agissait d'une information sur la situation actuelle, mais sans procès d'intention. Pour lui, on pouvait ainsi faire un état des lieux permettant  de se projeter dans les années à venir.

    Frédéric Delamarre a donc présenté son travail, qui actualise l'audit qu'il avait réalisé en 2011 pour la ville.

    Il a rappelé les 4 indicateurs importants, qui permettent de juger l'état des finances d'une collectivité :

    -L'épargne brute , c'est-à-dire la différence entre les recettes réelles de fonctionnement et les dépenses réelles de fonctionnement (hors recettes exceptionnelles)

    -l'annuité de l'emprunt, qui doit être remboursée par l'épargne brute.

    -l'épargne nette qui déduit de l'épargne brute le remboursement du capital de la dette.

    -le fond de roulement qui constitue le "bas de laine" de la collectivité pour ses payements courants.

    L'audit montre une baisse de l’épargne brute et de l'épargne nette depuis 2011, malgré une baisse de l'annuité des emprunts et la vente d'actifs.

    Un emprunt de 1 million d'euros a été fait en 2012 pour permettre de maintenir un fond de roulement suffisant dans les 3 années suivantes. Ce recours à l'emprunt ne pourra être renouvelé, et il est donc nécessaire de prendre des mesures pour redresser la situation :  augmenter l'épargne brute, diminuer les investissements.

    Pour F. Delamarre, c'est là le défit pour l'équipe municipale en place : restructurer l'épargne pour pouvoir à nouveau investir.

    Cette présentation faite, un débat s'est ouvert, principalement alimenté par des interrogations d'élus de la précédente équipe municipale, à savoir Françoise Cappelle (ancienne adjointe chargée des finances) et Frédéric Courvoisier-Clément (actuel porte-parole de la minorité municipale).

    Ce débat a tourné principalement autour de deux questions :

    Qu'apporte ce nouvel audit par rapport à celui de 2011 ?

    Quels choix politiques la majorité municipale va-t-elle tirer de ses conclusions ?

    Sur le premier point, les élus de l'ancienne équipe ont insisté sur le fait que les chiffres donnés ce soir ne faisaient que reprendre et confirmer ceux de l’étude de 2011, F Courvoisier-Clément  se posant la question de l'utilité d'une telle réunion, puisque avant même l'élection de  mars 2014 les tendances étaient connues. Le Maire a répondu que tous les Vouzinois ne connaissaient pas ces chiffres, et qu'il était important d'informer la population de la réalité des finances communales.

    F. Courvoisier-Clément a maintenu son point de vue, en déclarant qu'il n'était pas convenable de ne pas dire aujourd'hui ce qui va être fait dans les années à venir. Il a insisté sur le fait que le débat sur les perspectives devait avoir lieu avec tous les élus.

    Françoise Cappelle est à nouveau revenu sur le fait que les conclusions de l'audit avaient été présentées en Conseil municipal, et que les décisions qui en découlaient (emprunt de 1 million) avaient été votées par le conseil précédent. Elle en a conclu que les candidats en mars 2014  devaient connaitre la situation.

    Elle a demandé la communication des résultats de 2014, qui semblent plutôt rassurants : le résultat positif cumulé (fonctionnement et investissement) atteindrait plus de 1,6 million d'euros.

    Frédéric Courvoisier-Clément a repris la parole pour insister sur l'importance de travailler ensemble, en particulier pour le débat d'orientations budgétaires qui doit se dérouler prochainement.

    Le Maire n'a manifestement pas voulu saisir la perche tendue, et a mis fin à la séance sans lui répondre, en signalant qu'il avait bien pris note des remarques faites et en remerciant les personnes qui avaient assisté à cette présentation.

    Cette soirée fut un peu un dialogue de sourds entre la majorité et l'opposition municipale, les habitants "de base" n'ayant pratiquement pas pris la parole de la soirée.

    Le Maire et la majorité avaient la ferme intention de limiter la soirée à une simple présentation de l'audit. L’information, même redondante, reste toujours utile. Mais en n'allant pas au-delà, la présentation de ce soir a ouvert des possibilités de critiques à l'opposition, dont le questionnement a semblé mettre  parfois en difficulté le Maire actuel :

    -Yann Dugard et son équipe découvre-t-il seulement aujourd'hui cette situation, décrite publiquement depuis 2011 ?

    -Quelles méthodes et quelles perspectives envisagent-ils pour résoudre au mieux le problème posé ?

    Il faut remarquer que, si des investissements doivent faire l'objet d'un report de deux ou trois ans, la mise à disposition des équipements correspondants se fera dans quatre à cinq années. Ce qui parait bien tardif pour relancer le dynamisme local.

    vouziers, finances locales, françoise cappelle,frédéric courvoisier-clément,audit financier,yann dugard

  • Conseil municipal de Vouziers : fin du round d'observation

    Élue en mars dernier, l'actuelle majorité municipale n'avait  pas subi jusqu'alors d'attaque majeure de la part de l'opposition.

    Il semble bien que le round d'observation soit fini, et que cette séance marque le début d'une opposition plus tranchée entre les deux camps. La présence plus nombreuse qu'habituellement d'anciens élus ou anciens candidats de la liste menée par  Claude Ancelme  dans le public représentait un signe annonciateur du tour particulier qu'allait prendre ce conseil. L'approche des choix budgétaires pour 2015 constitue une période où les positions se tranchent d'une manière plus marquée. Si le budget n'était pas à l'ordre du jour de ce soir, les débats à venir y apparaissaient déjà en filigrane.

    Conseil municipal 12.2014 003.jpg

    La séance a débuté par quelques informations données par le Maire.

    Yann Dugard a félicité Pauline Cosson, conseillère municipale, pour la naissance de son fils, ainsi que Richard Huet, employé communal, au foyer duquel un heureux événement est également survenu.

    Il a souligné le très bon déroulement du séjour de la délégation vouzinoise à Ratiskovice, et de l'accueil en retour qui s'est fait pour le 11 novembre.

    Il n'y a pas eu d'informations sur le problème du transport scolaire de Condé, mais ce sujet a fait l'objet d'une question écrite de l'opposition et une réponse devrait y être apportée prochainement.

    Curieusement, ni information ni début de bilan n'ont été donnés sur le dossier des centres-bourgs, pour lequel la candidature de Vouziers n'a pas été sélectionnée.

    Le Maire en a profité pour annoncer la date de quelques manifestations à venir.

    L’ordre du jour a été approuvé après l'ajout de 3 points supplémentaires.

    Le compte-rendu du dernier Conseil Municipal a été adopté sans remarque particulière.

    Conseil municipal 12.2014 006.jpgC'est Claude Adam(photo ci-contre), adjoint chargé des finances qui a présenté les points relevant de sa délégation.

    On retiendra que les tarifs municipaux pour 2015 augmenteront de 2 % dans le cas général. Ces tarifs ont entrainé un vote négatif des 5 membres de l'opposition, jugeant injustifiée cette hausse supérieure à l'inflation constatée.

    En affaires scolaires, les conseillers avaient à reformuler une délibération concernant la participation des communes extérieures au fonctionnement des Nouvelles Activités Péri-scolaires. Malgré un accord de principe sur le fond, un désaccord a été soulevé concernant les modalités pratiques de cette participation. Frédéric Courvoisier-Clément a argumenté en faveur d'une disposition jugée plus simple : les communes se verraient présenter la facture globale, quitte à récupérer ou pas la participation hebdomadaire de 2 € par enfant. Au nom de l'engagement que représenterait cette somme versée directement par les familles, le Maire n'a pas souhaité revenir sur sa proposition. Celle-ci a donc été votée sans les voix de l'opposition (5 votes contre).

     

    Le plus gros morceau de l’ordre du jour était à venir avec les délégations de Service Public.

    En ce qui concerne l'assainissement, deux offres s'opposaient, une de Véolia et une de la Lyonnaise des Eaux. Si le choix de Véolia, délégataire sortant, semblait ne pas poser de grosses difficultés, des modalités particulières ont été largement débattues. Il s'agissait notamment de valider une option qui a pour objet de contrôler les branchements des usagers.  F. Courvoisier-Clément (photo ci-dessous)  a combattuConseil municipal 12.2014 016.jpg cette option du fait de son coût et aussi du fait que cette étude a été réalisée pour au moins la moitié des foyers vouzinois lors de la phase préalable aux travaux entrepris sur les réseaux d’assainissement. Nous reviendrons prochainement sur les différents points soulevés par le responsable de l'opposition municipale, ainsi que sur les arguments qu'il a présentés. Toujours est-il que sa position a semblé  ébranler quelque peu la majorité municipale, qui n'a pas eu de réponse à opposer à son point de vue. Et si l'on a compté sans surprise 5 voix contre ce choix de délégation, on a découvert 3 abstentions qui soulignent le malaise existant à ce sujet chez certains membres de la majorité municipale.

    (précision en date du 10.12 : les absentions venaient bien de membres de la majorité municipale, et non de l’opposition comme il était noté par erreur hier. De plus, il apparaît que le décompte exact se monte à 5 abstentions et un vote contre parmi les colistiers de Yann Dugard)

    Le choix du délégataire pour le Multi Accueil a été plus rapide, et plus simple, puisque seule la Croix-Rouge avait postulé. C'est donc sans débat que la reconduction de la délégation de ce service a été votée.

    Quelques points techniques ont complété cette séance, qui s'est terminée autour d'un verre marquant ainsi la dernière séance de 2014 pour les Conseillers de Vouziers.

  • 2C2A : des failles encore bien visibles sur des sujets sensibles.

    Le conseil de communauté de la 2C2A a poursuivi ce soir la mise en place de ses organes de fonctionnement internes, en particulier son bureau et ses commissions.

    Ces élections se sont déroulées dans un certain consensus, ce qui n'a toujours été le cas tout le long de l'assemblée. En préambule, le Président a informé l'assemblée de deux départs que nous avions annoncés samedi. D'abord, la démission de Michel Colin de son poste de vice-président, et la demande de mutation de Sébastien Forget, le directeur de la collectivité.

    L'adoption d'un compte-rendu est en général une formalité, cela n'a pas été le cas pour celui concernant le conseil précédent en date du 24 avril.

    C'est le point concernant les indemnités aux élus qui a soulevé plusieurs objections. Pierra Laurent-Chauvet a fait remarquer que le vote n'avait pas été unanime, puisqu'il y avait eu 2 abstentions et un vote contre. Il a aussi fait remarquer qu'une promesse de non-augmentation avait été faite concernant cette ligne budgétaire, promesse qui n'avait pas été tenue.

    Le président a répondu qu'il y avait une légère augmentation par rapport à la dernière mandature. Il déclaré qu'il n'avait pas à en avoir honte, et que ce n'était pas immérité.

    Francis Potron  lui a répliqué que le problème n'était pas là, qu'il y avait eu des informations fausses dans la présentation des chiffres. Il a déclaré au Président" vous nous avez bien eus".

    Francis Signoret a répliqué que ces indemnités devraient être fixées de manière automatique, que si la2c2a,signoret,michel colin,francis potron,vouziers,frederic courvoisier-clement loi fixait les indemnités, cela éviterait bien des discussions inutiles. Il a ajouté que des adjoints avaient demandé ces augmentations, ce à quoi Michel Colin a répondu qu'il n'avait jamais demandé à être augmenté.

    Finalement, les positions restaient tranchées et le Président mettait le compte-rendu au vote. Il a été adopté malgré une opposition importante (une trentaine de voix contre et une vingtaine d'abstentions).

    L'élection du bureau et des commissions s'est faite dans un calme retrouvé.

    Outre le Président et les Vice-présidents, le bureau comportera les membres suivants :

    Pour le canton de Buzancy : J-P Corneille et F Potron.

    Pour le canton de Grandpré : M Meis et L Philippe

    Pour le canton de Le Chesne (sic) : Cl Debources et B Singlit

    Pour le canton de Machault : R Brusa et Ch Manceaux

    Pour le canton de Monthois: A Mercier et G Soudant

    Pour le canton de Vouziers : T Besançon et O Godart

    Pour la ville de Vouziers : Cl Adam, F Payen, D Carpentier et P Lesueur

    2c2a,signoret,michel colin,francis potron,vouziers,frederic courvoisier-clementPour les sept commissions, le vote a été fait à main levée, évitant sept passages fastidieux devant l'urne et un long dépouillement des votes.

    A noter que Michel Colin n'a pas souhaiter intégrer la commission des finances, même au titre de simple membre.

    Le conseil a également validé la commission d'appel d'offres et les représentants dans divers organismes.

    Il restait alors quelques points à l'ordre du jour :

    La validation des délégations au bureau.

    Une modification des plans de financement pour la piscine et la plate-forme bois, avec des demandes de subventions complémentaires.

    Une demande de subvention pour le programme "habiter mieux".

    Enfin le Président a été autorisé à signer un acte de vente pour un terrain en faveur de la société Fège (environ 1 hectare sur la zone communautaire).

    Mais il restait les questions diverses qui ont été inhabituellement nombreuses et qui ont fait remonter la température.

    J-P Corneille a parlé de l'opportunité d'installer un vote électronique pour les débats de l'assemblée.

    F Potron a demandé des explications sur les raisons de la démission de Michel Colin. Celui-ci a répondu de manière très brève que son départ "sanctionnait une série de désaccords avec le Président"

    Celui-ci a pris la parole pour indiquer que pour lui cela venait de la nouvelle découpe des commissions. Il a déclaré que si quelques prérogatives avaient été enlevées à la commission des finances, c'était bien peu par rapport à l'ampleur de la tâche qui lui était confiée. Il a regretté le départ de Michel Colin, qui avait fait un bon travail dans la mandature précédente.

    A partir de là, le débat a été relancé sur la décision de prendre un vice-président de plus. Des échanges vifs ont eu lieu entre Francis Potron et Francis Signoret. Francis Potron a contesté la légitimité de ce choix, en particulier vis-à-vis du règlement intérieur qui fixe à six le nombre des vice-présidents(un par canton). Le Président a déclaré qu'il assumait sa décision malgré les conséquences et qu'il avait choisi de nommer F Courvoisier-Clément à ce poste par rapport à un travail accompli pendant 6 ans.

    F Mathias a ensuite soulevé le problème des fermetures de classes sur le territoire, demandant un positionnement de la communauté. Ce qui devrait être fait avec la rédaction préalable d'une motion par la commission chargée des ces questions. F Courvoisier-Clément a insisté pour que l'étude des fermetures soit faite cas par cas, des situations différentes pouvant exister selon les écoles.

    Le conseil a donc été mouvementé dans son début et dans sa fin, ce qui témoigne se la persistance de tensions, parfois personnelles, parfois politiques, qui ne semblent pas devoir s’éteindre de si tôt.

    2c2a,signoret,michel colin,francis potron,vouziers,frederic courvoisier-clement