Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

fessenheim

  • Démantèlement

    hollande-jungle-calaisok.jpg

    Dessin de Aurel pour Politis

  • La centrale de Fessenheim doit être arrêtée définitivement

    La plus vieille centrale nucléaire de France encore en service se situe à Fessenheim, en Alsace. Les militants écologiques locaux, les pays voisins et le bon sens demandent l'arrêt définitif de la centrale. Ce fut une promesse de François Hollande, mais elle tarde à être mise en œuvre.

    De nombreux incidents ont émaillé l'exploitation de cet établissement ces dernières années, et le vieillissement des différents composants ne peut qu'augmenter le risque d'un accident grave.

    Un récent contrôle de l'Autorité de Sûreté Nucléaire ( ASN ) a révélé une anomalie liée à la fabrication d'un élément majeur par l'usine Creusot Forge d’Areva. C'est la découverte d'anomalies sur la centrale EPR de Flamanville qui a mis en évidence des dissimulations de malfaçons dans cette usine dédiée en grande partie au nucléaire.

    L'ASN déclare que si elle avait eu connaissance à temps de ces anomalies, elle n'aurait pas autorisé la poursuite de l'exploitation de Fessenheim dès 2012.

    Une telle accumulation de problèmes et de dissimulations conforte notre conviction que la fermeture de Fessenheim est une nécessité urgente.

    Voici le communiqué de l'ASN :

    Lire la suite

  • Fessenheim : EDF fait de la résistance. Ça vous étonne ?

    Communiqué de presse du Comité pour la Sauvegarde de Fessenheim et de la plaine du Rhin, Stop Fessenheim, Stop Transports Halte au Nucléaire, Collectif Les Citoyens Vigilants des environs de Fessenheim, d’Alsace nature avec le soutien du Réseau "Sortir du nucléaire" - 16 juin 2016

    Selon Le Monde, repris par d’autres médias, EDF se refuserait à déposer le dossier de fermeture de la 9044c9f1e98ab6b653e793a0845c304b.pngcentrale de Fessenheim avant la fin juin 2016, ainsi que le lui avait demandé - fort mollement il est vrai - Ségolène Royal, par deux lettres de février et mai 2016.

    A vrai dire, nous ne sommes pas étonnés. Depuis l’élection de François Hollande, nous assistons à un jeu malsain, entre les promesses répétées par les différents ministres de l’environnement ou le cabinet du Président, et l’inertie - voire la complaisance - du gouvernement tout entier vis-à-vis des nucléocrates de tous bords.

    Lire la suite

  • En 2014, EDF a passé sous silence un "incident" grave à Fessenheim

    Communiqué de "Sortir du Nucléaire"

    En avril 2014, une succession d’"incidents" inquiétants, conduisant à la mise à l’arrêt de la centrale, s’est déroulée à Fessenheim dans un silence médiatique quasi total. Il a fallu attendre presque deux ans pour que cet événement révélateur de problème de sûreté criants sorte de l’ombre, la presse allemande s’en étant saisi.

    Une succession de dysfonctionnements inquiétants

    bc8c9aad4e4cbee6f229e663f7631a70.jpgLe 9 avril 2014, des agents chargés de remplir un réservoir l’ont laissé déborder. 3 m3 d’eau se sont alors déversés dans les étages inférieurs, aspergeant des armoires électriques et provoquant un court-circuit. Ce court-circuit a bloqué les systèmes de contrôle et obligé EDF à arrêter le réacteur en urgence. EDF n’a pas pu recourir aux mécanismes habituels, qui étaient apparemment indisponibles en raison des défauts électriques. Sans doute pour ne pas fragiliser la cuve, il n’a pas été envisagé de procéder à un arrêt brutal en laissant retomber automatiquement les barres de commande. EDF a donc été contraint d’arrêter le réacteur en injectant massivement dans l’eau de refroidissement du bore, substance qui a la capacité de freiner les réactions en chaîne.

    Lire la suite

  • Pourquoi le 11 octobre 2015 est une date clé pour la transition énergétique ?

    Communiqué de Greenpeace

    Le 11 octobre 2015 est un moment clé du quinquennat de François Hollande. En effet, c’est à ce moment-là qu’on verra si le chef de l’Etat respecte les promesses du candidat (la fermeture de Fessenheim durant son mandat) et la lettre de la loi sur la transition énergétique, votée à l’été 2015, qui prévoit un plafonnement de la capacité nucléaire installée sur le sol français.

    Pourquoi ? Parce que c’est à cette date, sur laquelle le gouvernement communique bien peu, que la loi de transition énergétique impose à EDF pour déposer auprès du ministère de l’Environnement une demande « d’autorisation d’exploiter » pour l’EPR de Flamanville.

    Or ce dossier, pour être complet, doit aussi contenir une demande d’abrogation de l’autorisation d’exploiter deux réacteurs, pour que le plafond de puissance fixé par la loi de transition énergétique à 63,2GW soit respecté. Pour être dans les clous, EDF doit donc annoncer quels sont les réacteurs qu’il entend fermer.

    Lire la suite

  • Le Japon ferme définitivement 5 réacteurs nucléaires

    Le Japon n'est pas la France, même si les deux pays ont été parmi les plus développés pour l'installation de centrales nucléaires.

    Mais le Japon a connu, et connaît encore, une catastrophe nucléaire avec Fukushima. Depuis la population et les responsables politiques ne voient plus du même œil la présence de centrales nucléaires sur leur sol. Toutes ont été fermées petit à petit après la catastrophe, et très peu ont pu réouvrir. Les plus anciennes ne fonctionneront plus jamais. Cette décision vient d'être prise en raison de la vulnérabilité des centrales anciennes, en cas de catastrophe naturelle

    Le lobby nucléaire français, dont Nicolas Sarkozy, se bat pour maintenir ouverte la centrale vieillissante de Fessenheim. Faudra-t-il un accident majeur pour leur faire prendre conscience des risques liés à exploitation de cette centrale ?

    Voici le compte-rendu du site lematin.ch sur cette actualité japonaise.

    Lire la suite

  • Fessenheim peut et doit être fermée maintenant !

    Communiqué des associations alsaciennes suite à la visite de Nicolas Sarkozy à Fessenheim

    Le 12 mars 2015, presque 4 ans jours pour jour après l’accident de Fukushima, Nicolas Sarkozy s’est rendu à Fessenheim pour mettre en cause la décision de fermeture de la centrale et réaffirmer sa foi inébranlable dans le nucléaire. Réaction des associations alsaciennes.

    - Communiqué d’Alsace Nature, Comité pour la Sauvegarde de Fessenheim et de la plaine du Rhin, Les Citoyens Vigilants des environs de Fessenheim, Stop Fessenheim, Stop Transports Halte au Nucléaire.

    Lire la suite