Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

sécurité

  • Grève à Chooz, la faute à Greenpeace ?

    Les agents de protection de la centrale nucléaire de Chooz ont entamé un mouvement de grève.

    D'après le site " A la pointe de la Gauche", le mouvement est  la conséquence d'un "mécontentement très fort de certains agents de la centrale nucléaire réclamant davantage de personnel pour une meilleure sécurité du site." Le blog du Parti de Gauche de la pointe de Givet ajoute "Afin de faire entendre leur revendication à leur hiérarchie, ils ont donc mis en place très tôt ce matin un barrage filtrant dont l'impact a été d'autant plus important, comme vous pouvez le voir sur les photos ci-dessous, que démarrait aujourd'hui l'arrêt de tranche du réacteur n° 1."

    Pr%C3%A9sentation1.jpg

    La direction demande plus de vigilance pour la protection du site, mais ne semble pas décidée à augmenter le personnel nécessaire à cette tâche.

    Le Figaro cite les déclarations de Laurent Mervaille, délégué CGT du site de Chooz : "Depuis les intrusions de Greenpeace (dans les centrales de Nogent-sur-Seine dans l'Aube et de Cruas dans la Drôme) en décembre 2011, les agents de la protection subissent une plus grande pression sans pour autant voir leur effectif augmenter".

    En plus d'une augmentation des effectifs, le syndicat réclame une augmentation des salaires. Il y a actuellement 30 agents en charge de la sécurité, la CGT en demande 5 de plus. Ces agents travaillent en complémentarité avec le peloton de gendarmerie affecté à la centrale.

    Les déclarations du responsable syndical laissent entendre que l'action de Greenpeace a ouvert les yeux de la direction sur des failles de sécurité. Manifestement cela n'a pas servi à leur faire ouvrir une ligne budgétaire pour recruter des personnes nécessaires à cette mission de sécurité.

  • Les maires doivent être surveillés

    u4686_04.jpg
    Dessin du Canard Enchaîné

  • Accident dramatique : faut-il attendre un deuxième pour réagir ?

    Le décès d'une personne sur un trottoir au coin de la place Carnot a mis en lumière le problème de la traversée de la ville par des camions.

     

    Cet accident dramatique a choqué la population, d'autant que dans ce cas la victime discutait sur le trottoir et ne peut donc avoir en aucune façon une part de responsabilité. Les circonstances ne sont pas élucidées à l'heure actuelle, mais il semble bien qu'il y ait eu rupture accidentelle de l'attache du chargement, qui a basculé brutalement en dehors de sa plate-forme.

    Il faudra attendre les conclusions des experts pour savoir s'il y a eu une erreur ou une négligence humaine à l'origine de ce drame.

     

    Par contre, nous avons déjà signalé le danger qui résulte de la multiplication des convois exceptionnels en transit à Vouziers. Depuis le classement en autoroute de l'axe Charleville Reims, on observe pratiquement chaque jour un passage( ou plusieurs passages) de tels convois en ville.

    Ils sont précédés d'un véhicule qui fait ranger les voitures, mais cela n'empêche pas la remorque d'empiéter très souvent sur le trottoir.hansbubeforum_048.JPG

    Le jour où il se produira une collision avec un piéton, on ne pourra invoquer la fatalité : ces véhicule roulent vite, et donne l'impression que tout leur est dû.

    Les rues de Vouziers ne sont manifestement pas dimentionnées pour ces cortèges (jusqu'à 6 véhicules qui se suivent !) et quand un phénomène exceptionnel devient une routine, des mesures adaptées s'imposent.

    Si ces convois ne peuvent passer ailleurs, il faut au minimum prendre quelques décisions de précaution élémentaire.

    Ces convois doivent respecter une vitesse compatible avec leur passage en ville, ils peuvent se voir imposer des heures de traversée (de nuit par exemple), et il est possible de renforcer les mesures d'accompagnement du convoi (signalisation, encadrement,...)

  • Alerte nucléaire

    ALeqM5gt6yvmJVd3rLgv-Fu0pIZOeJW7cA?size=sLa commission européenne vient d'émettre ce soir un bulletin d'alerte concernant la centrale atomique deslovenie.gif Krsko (prononcez Kersko) en Slovénie . Elle se situe à 120 kilomètres de la capitale Ljubljana . La centrale a du être mis à l'arrêt, suite à une fuite dans le système de refroidissement . Il n'y aurait pas de fuite radioactive détectée .

    Nous espérons donc qu'il n'y aura pas de conséquences sur la santé des populations .

    Malgré tout cet incident sérieux survient dans une centrale récente (mise en service en 1983) et construite par un consortium américano-japonais : elle est donc de technologie occidentale, preuve qu'il n'y a pas que les vieilles centrales de type soviétique qui peuvent avoir des problèmes .

    Les premiers communiqués se veulent rassurants , mais l'on sait qu'il faut être très vigilant dans ce domaine . Nous resterons donc attentifs aux développements possibles de cet incident .

  • Flamanville ,l'EPR cale

     

     

     

    h_4_ill_1050564_epr.jpg

    A Flamanville, près du  Havre, ont débuté les travaux de construction de la centrale de type EPR, celle qui  est prévue pour la génération à venir . L'organisme de contrôle a détecté des anomalies importantes dans le ferraillage de la partie de support du réacteur. Comme c'est la deuxième fois que cela se produit, le coulage du béton a été totalement suspendu .

    Cela nous interroge sur le sérieux avec lequel sont menés les travaux ; l'agence de sûreté dénonce "un manque de rigueur inacceptable de la part d'EDF" . Qu'en sera-t-il au moment de la mise en place des composants plus sensibles du coeur nucléaire ?