Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

parking

  • Place Carnot : on rempile ou on remplace ?

    Une réunion publique sur le réaménagement du centre-ville a eu lieu ce jour à la salle des fêtes de Vouziers. Il s'agissait pour la municipalité d'exposer les objectifs, le diagnostic, et les contraintes du projet, et de recueillir l'avis de la population. Les Vouzinois ont répondu nombreux à cette invitation, montrant bien ainsi l'importance de la validation des options possibles.

    P1560837.JPG

    Cette soirée n'avait pas pour but une validation immédiate, elle devait plutôt donner des éléments suffisants pour lancer le débat qui doit se poursuivre par des tables rondes le 16 mai prochain (sur inscription préalable).

    Après une introduction de Madame Lampson, adjointe chargée de l'information et de la communication, ce sont Leo Maksud (Directeur Général des Services) et le représentant du cabinet de paysagiste Binon (de Valenciennes) qui ont présenté le projet et répondu aux questions.

    Voici les tableaux présentés pour les objectifs retenus par la ville :

    P1560842.JPG

    P1560847.JPG

     

    Lire la suite

  • Fumer ou instruire, il faut choisir.

    Il est possible de considérer que la santé des citoyens (et  le fait de leur donner un maximum de chances de vivre longtemps), constitue une préoccupation majeure des élus locaux comme nationaux. En fait, cet objectif se heurte fréquemment à des intérêts économiques très puissants. Et les dirigeants  de ces groupes n'hésitent pas à utiliser tous les moyens de pression possible auprès des élus.

    Ainsi, la loi Evin qui limite la publicité pour les boissons alcoolisées est souvent l'objet de tentatives de modifications, dans un sens moins restrictif bien entendu.

    De même les mesures prises pour faire baisser le tabagisme entrainent des protestations systématiques des producteurs et marchands de tabac. Ils jugent très souvent que ces mesures mettent en danger leur activité, tout en laissant entendre qu'elles sont inefficaces. Les deux arguments sont d'ailleurs contradictoires, mais c'est malgré tout moins grave que de vendre un produit que l'on sait toujours toxique et parfois mortel.

    Car les buralistes ne considèrent pas que de faire le commerce d'un produit dangereux les obligent à faire le maximum pour que leurs clients s'en détournent. Au contraire, ils veulent des conditions privilégiées, comme si leur profession était d'utilité publique.

    Ainsi à Vouziers, une buraliste s'est adressée au Maire pour obtenir des facilités de stationnement en faveur de sa clientèle.

    Lire la suite