Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Place Carnot : on rempile ou on remplace ?

Une réunion publique sur le réaménagement du centre-ville a eu lieu ce jour à la salle des fêtes de Vouziers. Il s'agissait pour la municipalité d'exposer les objectifs, le diagnostic, et les contraintes du projet, et de recueillir l'avis de la population. Les Vouzinois ont répondu nombreux à cette invitation, montrant bien ainsi l'importance de la validation des options possibles.

P1560837.JPG

Cette soirée n'avait pas pour but une validation immédiate, elle devait plutôt donner des éléments suffisants pour lancer le débat qui doit se poursuivre par des tables rondes le 16 mai prochain (sur inscription préalable).

Après une introduction de Madame Lampson, adjointe chargée de l'information et de la communication, ce sont Leo Maksud (Directeur Général des Services) et le représentant du cabinet de paysagiste Binon (de Valenciennes) qui ont présenté le projet et répondu aux questions.

Voici les tableaux présentés pour les objectifs retenus par la ville :

P1560842.JPG

P1560847.JPG

 

Si la présentation a suscité de nombreuses questions le plus souvent techniques (coût, durée des travaux, type de stationnement,...), les options présentées se résumaient à deux versions : avec ou sans parvis devant la mairie.

P1560856.JPG

Hypothèse sans le parvis.

P1560859.JPG

Hypothèse avec le parvis (pas de rue devant la mairie).

Dans les deux cas, le nombre de place de stationnement est conservé, l'hypothèse n°1 étant très peu différente de l'état actuel.

Le véritable débat était lancé par Michel Coistia ; faut-il maintenir un parking place Carnot, ou aménager ce lieu central de manière piétonne, comme la place Ducale de Charleville ?

Ou bien, comme l'a énoncé Marianne  Loupot, veut-on une place pour les habitants ou un parking de voitures au centre-ville ?

C'est bien ce choix qu'il va falloir trancher, avant d'entrer sur les aspects techniques et pratiques du dossier. Les tables rondes prévues le 16 mai permettront elles ce débat, ou l'option du maintien des places de stationnement au maximum sera-t-il fixé comme objectif ?

Léo Maksud a rappelé qu'il fallait trouver un compromis entre toutes les contraintes et obligations. Mais il s'agit bien d'un choix politique au sens premier du mot (ce qui est relatif à l'organisation d'une cité). On peut à cet égard s'étonner du silence des élus de la ville, qui ne sont pas intervenus dans le débat. Yann Dugard est arrivé en cours de réunion, sortant d'une autre réunion. Il n'a pas pris la parole, laissant à nouveau Nadège Lampson conclure la soirée.

Commentaires

  • Le projet de requalification de la Place Carnot entre dans le cadre d'un programme national de rénovation des petites villes. Vouziers est le centre bourg (c'est le terme consacré) de l'Argonne Ardennaise. Ce programme financera largement les projets présentés. Bien que rien ne ne la rende obligatoire, une consultation des habitantes et habitants de l'ensemble de l'intercommunalité pourrait être intéressante. On entend souvent que les équipements de la ville de Vouziers sont majoritairement utilisés par la population des villages environnants. Ce doit également être le cas de la Place Carnot.
    Concernant les hypothèses de travail, elles sont en effet peu stimulantes. Cette place devrait être le cœur battant de la ville au lieu d'être un parking tout droit sorti des années 1970. Une grande halle couverte pour y accueillir marchés et manifestations, des espaces renaturés propices aux déambulations piétonnes et accueillantes aux enfants seraient plus enthousiasmants.
    Enfin, les images présentées ne disent rien de ce que serait la réalité de la liaison avec le Champ de Foire.

  • Une concertation pour quels choix, pour quels objectifs?

    D'emblée les limites de" la concertation" étaient fixées. L'essentiel du projet est ,arrêté, quelques aménagements restent à définir! En bref, la place reste un parking de même taille que celui d'aujourd'hui, on déplace les statues, on végétalise un peu les espaces bordant le parking, on crée ou non un parvis devant le monument aux morts.
    les choix importants préalables à l'élaboration du projet sont faits: un parking de 115 à 120 places, un espace modulable pour accueillir la fête patronale et la foire de l'Ascension.
    Ces 2 manifestations qui durent au total une grosse semaine conditionneraient donc un projet pour les 51 autres semaines! Et ça ne se discute pas! Que soit pris en compte le marché qui rythme hebdomadairement la vie commerciale de la cité, rien de plus normal d'autant que cela ne fige rien globalement. Comme le dit Frédéric Mathias, la liaison de la place avec le champ de foire, le parc Béluriez et la place de la paix n'est pas soumise à la concertation.La fermeture de la rue de Glasgow est actée. Tout cela ne peut engendrer le moindre enthousiasme. Et pourtant, ce futur projet constitue un aménagement essentiel, au minimum, pour les 50 prochaines années. Il faut donc que les décideurs soient plus visionnaires que conservateurs. Sera-ce le cas? Le débat semble mal engagé!

Écrire un commentaire

Optionnel