Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les portraits d’Emmanuel Macron mazoutés devant le Parlement européen pour dénoncer son bilan climatique

Strasbourg, 19 janvier 2022. Alors qu’Emmanuel Macron inaugure la présidence française de l’Union européenne, des activistes d’Action non-violente COP21 ont plongé des portraits officiels du président dans du simili-pétrole aux abords du Parlement européen pour dénoncer son bilan climatique et social désastreux. Soutenus par Greenpeace France et les Amis de la Terre, ils pointent le sabotage climatique du quinquennat d’Emmanuel Macron et le scandale de ses pratiques de greenwashing au service des lobbies et de la finance. Une douzaine d’actions similaires ont lieu en ce moment partout en France.

Ce matin à Strasbourg aux abords du Parlement européen, peu avant le discours d’inauguration de la présidence française de l’Union européenne (PFUE), les portraits présidentiels d’Emmanuel Macron sont réapparus, près de trois ans après les premiers décrochages dans les mairies par le mouvement Action non-violente COP21 [1]. Les activistes les ont brandis tête en bas et plongés dans un fût de simili-pétrole. Des banderoles “Sabotage climatique : Macron coupable” en français et en anglais ont été déployées pendant que les porte-paroles ont dressé le bilan désastreux d’Emmanuel Macron en matière de lutte contre le dérèglement climatique. L’action s’est terminée juste avant l’intervention des forces de l’ordre qui ont évacué les activistes. Les portraits mazoutés ont été abandonnés sur place.

Montrer le vrai visage d’Emmanuel Macron à l’Europe

Alors qu’Emmanuel Macron finit son quinquennat par la prise en main de la présidence de l’Union européenne, ANV-COP21, rejointe par Greenpeace et les Amis de la Terre, dresse son bilan climatique et social. Le constat est sans appel. « En ce jour symbolique, nous montrons à l’Europe entière le vrai visage d’Emmanuel Macron. Ses cinq années de présidence ont été un grand gâchis pour la lutte contre le dérèglement climatique. Le gouvernement a méprisé les alertes des scientifiques, de la jeunesse, de la justice et a accumulé les sabotages.», a déclaré Zoé Mary, porte-parole d’ANV-COP21. 

Les activistes rappellent que tous les rapports du Haut Conseil pour le climat, institution mise en place par Emmanuel Macron lui-même, pointent l’incohérence des politiques publiques avec les objectifs affichés de réduction des gaz à effet de serre. L’État français a en effet été condamné en 2021 à deux reprises pour inaction climatique dans l’Affaire du siècle et lors du recours de la ville de Grande-Synthe. Les deux jugements ont reconnu l’insuffisance de la politique climatique gouvernementale pour atteindre les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre et enjoignent l’État à réparer les conséquences de sa carence en matière de lutte contre le changement climatique.

Emmanuel Macron, un frein pour l’atteinte des objectifs climatiques

Les activistes dénoncent également un mandat présidentiel marqué par la collusion du chef d’État avec de multiples lobbies, notamment au niveau européen pour son alliance scandaleuse avec les pays producteurs de gaz. Pour Pauline Boyer, chargée de campagne transition énergétique à Greenpeace, « Alors qu’en France le charbon doit cet hiver venir suppléer la fabrication d’électricité d’un parc nucléaire déficient et vieillissant, Emmanuel Macron a passé un pacte avec les pays pro-gaz fossile en s’entêtant dans l’illusion du nucléaire. Pourtant, le recours au nucléaire dans la transition énergétique est disqualifié par le gouvernement français lui-même lorsqu’il estime qu’aucune nouvelle centrale ne produira de l’électricité avant 2040. Polluant, défaillant et trop lent face à l’urgence climatique, le nucléaire n’est ni une énergie ‘verte’, ni une énergie ‘de transition’ et ne doit pas être inclus dans la taxonomie européenne. » [2]

« Emmanuel Macron va encore tenter d’embellir son image auprès de la communauté internationale et en particulier de l’Europe. Or, ses décisions politiques ont fait prendre à la France un retard dramatique dans la lutte contre le dérèglement climatique, et risquent ces six prochains mois de ralentir les négociations sur les politiques publiques à mettre en place à l’échelle européenne pour atteindre les objectifs climatiques de l’Europe », ajoute Frédéric Amiel, porte-parole des Amis de la Terre. 

« Nous ne pouvons pas nous permettre de perdre encore cinq ans. La mobilisation citoyenne va continuer avant, pendant et après les élections ! », poursuit Zoé Mary d’ANV-COP21. Des actions similaires sont en cours dans une douzaine de villes de l’Hexagone par des groupes du réseau Action Non-Violente COP21. Alors que la course à l’élection présidentielle a commencé, le mouvement annonce de nombreuses mobilisations pour le climat dans les prochaines semaines.

 

[1] Plus de 150 portraits du président Macron ont été décrochés dans les mairies de tout l’Hexagone pour dénoncer la politique climatique et sociale du gouvernement. Ces actions ont mené 84 activistes dans les tribunaux, certains procès sont encore en cours. Plus d’informations sur https://decrochons-macron.fr/

[2] Taxonomie, le double discours de la France enfin révélé. 

phot-PE-780x520.jpg

Écrire un commentaire

Optionnel