Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

première guerre mondiale

  • Après sa restauration, inauguration de la chapelle allemande de Falaise

      Un patrimoine au service du devoir d’histoire et d’amitié entre deux peuples et plus généralement  en faveur de la paix

    En ce dimanche 20 Juillet, sous un ciel  tourmenté mais en fin de compte clément, une foule était réunie au cimetière allemand de Chestres : délégation militaire française, réservistes allemands de  la ville de Püttlingen, porte-drapeaux et représentants  des associations patriotiques, délégation de jeunes sapeurs-pompiers de Vouziers, consul honoraire représentant Madame  l’Ambassadrice  d’Allemagne en France, parlementaire ardennais  et élus locaux, Sous-Préfet de l’arrondissement de Vouziers, membres de l’association des Falaîrats d’Argonne, habitants de Falaise…

    falaise,chapelle allemande,première guerre mondiale

    Par des dépôts de gerbes un hommage est rendu aux soldats allemands et français morts pendant la première guerre mondiale. Dans ce cimetière ont été transférées vers 1930, parmi d’autres, une partie des sépultures des soldats initialement inhumés à Falaise, dans un cimetière provisoire ouvert  dès le début de la guerre dans un clos, au cœur du village, à proximité du cimetière civil.

    Falaise, commune d’étape de soldats de la IIIe armée, engagés sur le front de Champagne tout proche, était desservie par des trains circulant sur une voie étroite de 0,60m qui se terminait d’ailleurs  à Falaise. Ce lien ferré  conférait une importance au cantonnement militaire allemand  où les relèves du front venaient se réconforter à un rythme régulier. Les soldats trouvaient là  des structures d’accueil, de repos et de soins dont un hôpital  de campagne. Les blessés et malades qui y mourraient recevaient une sépulture sous une croix de bois.

     

    falaise,chapelle allemande,première guerre mondiale

    La chapelle

     

    Construite vraisemblablement   dans la seconde moitié de l’année 1917 et au début de 1918, ce petit édifice qui mêle de la belle pierre de taille jaune d’or à de la brique locale couverte de crépis est décoré par deux bas-reliefs symboliques. Sur le fronton de la façade, un légionnaire tient dans sa main droite une couronne de laurier et sa main gauche ne brandit plus le lourd glaive rangé dans son étui. Honneur aux combattants et aspiration à la paix. Au dessus des plaques de pierre gravées des noms des morts, au fond de la chapelle, le second bas-relief représente une mère, une épouse et son enfant éplorés de part et d’autre d’une urne funéraire. La guerre est une épreuve cruelle qui plonge des familles dans la peine. La chapelle ne porte aucun signe religieux, c’est une construction dont le caractère laïc témoigne du  respect envers  tous les soldats quelles que soient leurs convictions.

    Depuis 2005, sous l’impulsion de David Murzin, un historien local tenace et persévérant, un projet de restauration prend corps. Il va au fil du temps réunir un groupe de bénévoles qui s’organise au sein de l’association des Falaîrats d’Argonne présidée aujourd’hui par Mireille Michelet. Simultanément, par l’heureux intermédiaire de Karl Freudenstein et par un réseau de connaissances, l’amicale des réservistes de la ville de Püttlingen, en Allemagne, avec à sa tête, l‘enthousiaste Bernd Längler, s’engage dans le projet de restauration de la chapelle. Depuis 2010 par des chantiers conjoints des Falaîrats conduits par Dominique Forêt et des réservistes allemands autour des frères Längler , la restauration complète du bâtiment est  réalisée.

    Aujourd’hui au cours d’une cérémonie émouvante la chapelle fut inaugurée. C’était la première manifestation ardennaise labellisée « Centenaire 1914-1918 ». Après le dépôt de trois gerbes sur les marches de la chapelle, le poète Pascal Lefèvre de Sarrebourg, déclama  trois sonnets inspirés par lafalaise,chapelle allemande,première guerre mondiale chapelle et  célébrant la Paix. Un aumônier militaire allemand bénit la chapelle. Des enfants (photo ci-dessous) lurent des lettres poignantes  de soldats allemands et français. Bernd Längler (photo ci-contre) rappela la chronologie de l’engagement des réservistes et les travaux qu’ils réalisèrent.  Le professeur Jean-Claude Etienne, natif de Falaise, fit une brillante allocution et rendit hommage aux efforts partagés des Falaîrats et des réservistes allemands. Le Sous-préfet conclut les discours en se félicitant de cette initiative privée au service de la mémoire et du patrimoine et  en célébrant l’amitié entre les peuples et leur aspiration à la Paix.

    René Busquet et Jacques Lantenois, les deux maires qui soutinrent successivement le projet furent chaleureusement remerciés.

    Une dernière cérémonie devant le  monument aux morts de la commune fut suivie par un vin d’honneur.

    falaise,chapelle allemande,première guerre mondiale