Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

turquie - Page 4

  • Hezbollah, Hamas, PKK, vous avez dit terrorisme ?

    Malgré toutes les tentatives faites pour définir "objectivement" ce qu'est une organisation terroriste, la classification ou non d'un groupe armé dans cette catégorie est avant tout une décision politique.

    A l'occasion de la décision de l'Union Européenne de mettre la branche militaire du Hamas sur la liste des mouvements terroristes, on peut s'interroger sur les critères retenus. Ils sont variables d'un moment à l'autre, et d'un point de vue à un autre, comme le démontre de nombreux exemples. En général les rebelles sont plus facilement dénommés terroristes, ils deviennent souvent des combattants de la liberté quand ils sont vainqueurs.

    Dans notre histoire récente, les résistants de la seconde guerre mondiale ou les combattants algériens pour l'indépendance de leur pays sont de bons exemples de cette évolution très subjective.

    Dans "Le Monde Diplomatique", Alain Gresh revient sur d'autres exemples :

    "Ainsi l’Union européenne a-t-elle décidé de placer « l’aile militaire du Hezbollah sur la liste des organisations terroristes » (LeMonde.fr, 22 juillet).

     

    « La décision — un accord politique qui doit être transcrit juridiquement pour entrer en application — a suscité de vifs débats. L’Irlande et Malte ont multiplié les réserves jusqu’au bout. D’autres, comme l’Autriche, craignaient les conséquences d’une telle sanction sur la sécurité des forces de l’ONU implantées au Liban, dans une zone sous contrôle du Hezbollah. Ces derniers jours, le gouvernement libanais a lui-même appelé officiellement à renoncer à une telle décision, en expliquant que l’organisation représentait une “composante essentielle de la société” libanaise. (...).

    Quoiqu’il en soit, la décision est marquée par une forme d’hypocrisie car elle ne précise pas ce qu’est l’aile militaire du Hezbollah, bien difficile à différencier de la politique. (...).

    Il n’y a pas si longtemps, les Etats-Unis, le Royaume-Uni et le gouvernement blanc d’Afrique du Sud 4632_000_ARP3546228.jpgqualifiaient le Congrès national africain (ANC) de Nelson Mandela d’organisation terroriste. Et pourtant, Mandela est devenu aujourd’hui l’un des hommes les plus vénérés de la planète (au risque, souvent, de déformer l’histoire de sa vie (...).

    La Turquie constitue un exemple important de la manière dont on peut traiter du problème du terrorisme.

    « Le chef rebelle kurde Abdullah Ocalan a appelé, jeudi 21 mars, les rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) à déposer les armes et à quitter la Turquie, affirmant que le temps était venu de “faire prévaloir la politique” », écrivait LeMonde.fr le 21 mars (...)

    S’il débouchait sur la paix, cet accord pourrait avoir des conséquences géopolitiques importantes. La Turquie, qui a renforcé ses relations avec le gouvernement du Kurdistan d’Irak pourrait acquérir un statut de protecteur des Kurdes, et renforcer son influence dans toute la région.

    En conclusion, penser régler le problème d’organisations représentatives (hier le Front de libération nationale algérien ou l’ANC, aujourd’hui le Hezbollah, le PKK ou le Hamas) par ce type d’accusation est futile et contre-productif.

    L'histoire redresse parfois les jugements hatifs de politiques, qui utilisent des qualificatifs repoussoirs, afin de faire accepter leurs choix. Ils font le plus souvent preuve d'une hypocrisie totale, "oubliant" de mette sur la liste noire des pays avec lesquels de liens diplomatiques sont jugés vitaux. Bien des dictatures ont benéficié de régime de faveur, depuis les colonels en Grèce, les généraux en Argentine ou plus près de nous Khadafi en Lybie. Les donneurs de leçon de morale ont souvent la mémoire courte et le jugement sélectif.

  • Turquie : qu'est-il advenu des manifestants d'Istanbul arrêtés par la police ?

    Après les arrestations massives survenues dans la nuit à Istanbul, la police turque refuse de reconnaître qu'elle détient des manifestants.(communiqué d'Amnesty International)


    Plus d'une centaine de manifestants auraient été arrêtés dans la nuit du 15 juin dans le quartier de la place Taksim, où se concentraient les manifestations, ainsi que dans les quartiers voisins de Mecidiyekoy et Harbiye.
    L'Ordre des avocats d'Istanbul a dit à Amnesty International avoir connaissance d'environ 70 noms de personnes qui ont été vues aux mains de policiers mais dont le sort ne peut être confirmé pour l'instant.

    Mauvais traitements en détention

    Amnesty International a reçu des informations concordantes et crédibles selon lesquelles, dans le contexte des manifestations qui se déroulent depuis près de trois semaines à Istanbul, des manifestants auraient été frappés par des policiers pendant leur arrestation et leur transfert en garde à vue, et privés de nourriture, d'eau et de toilettes jusqu'à 12 heures d'affilée.
    Le fait que l'on ignore où se trouvent les manifestants arrêtés renforce les craintes qu'ils ne soient maltraités par la police.

    249166_396564753792703_1708294762_n.jpg

    La répression violente continue

    À partir d'environ 20 h 30 heure locale samedi 15 juin, la police est intervenue avec des gaz lacrymogènes, des canons à eau et des grenades incapacitantes contre les manifestants pacifiques de la place Taksim. Andrew Gardner, qui se trouvait sur la place au moment de l'intervention de la police, a confirmé que les manifestants étaient pacifiques et la violence de l'intervention policière injustifiée.

    Le chercheur d’Amnesty International a vu les policiers utiliser des gaz lacrymogènes et des canons à eau pour évacuer le parc Gezi. Des témoins racontent également que la police a utilisé des balles en plastique et arrêté des médecins qui soignaient les blessés dans les hôpitaux improvisés installés sur place

    Des médecins arrêtés pour soigner les blessées

    turkey-protests-medics-14.06.13.jpgLe dimanche 16 juin, alors que les violences policières se poursuivaient de façon sporadique dans différents quartiers de la ville, des témoins ont vu des policiers arrêter des médecins qui soignaient des manifestants blessés dans un hôpital improvisé à l'hôtel Ramada, à Osmanbay, près de la place Taksim. Le ministre de la Santé avait auparavant déclaré que ces hôpitaux étaient illégaux et que les médecins qui y exerçaient risquaient des poursuites.

    Ces événements ont fait suite à un immense rassemblement samedi à Ankara, au cours duquel le Premier ministre Recep Tayyip Erdoğan s'est adressé à ses sympathisants, attaquant les manifestants du parc Gezi et menaçant de recourir à la force pour les évacuer. Un rassemblement similaire est prévu le 16 juin dans l'après-midi à Istanbul. Les manifestants appellent leurs sympathisants à continuer de se rendre sur la place Taksim ce même jour.

    Turquie : halte à la répression violente des manifestations. 
    Message au Premier Ministre Recep Tayyip Erdogan

  • Turquie : OccupyGezi, un test grandeur nature pour la liberté d’expression et l’environnement

    Communiqué de Greenpeace

    « Quand le dernier arbre aura été abattu, la dernière rivière empoisonnée et le dernier poisson péché, alors l’homme s’apercevra que l’argent ne se mange pas »
    Proverbe indien

    En Turquie, le mouvement de protestation qui dure depuis plus de 10 jours a largement dépassé le cadre du parc Gezi – au sens propre comme au figuré. Dans toute la Turquie, les manifestations se sont multipliées. Dans le reste du monde aussi, les initiatives de toutes sortes (comme celle-ci, par exemple) ont fleuri pour soutenir les « Indignés de Gezi ».

    En quelques jours, le rassemblement d’une poignée d’écologistes contre la destruction de quelques arbres est devenu le symbole de la résistance citoyenne pour la défense des droits à la liberté d’expression et de réunion pacifique.

    Le dernier arbre… la dernière goutte d’eau ?
    Malgré cette mobilisation, le gouvernement turc semble déterminé à vouloir poursuivre la destruction de Gezi pour construire un centre commercial. En réalité, le réaménagement du parc fait partie d’une longue liste de projets « environnementicides » conduits ces dernières années dans le pays. En voulant faire disparaître le dernier espace vert d’Istanbul, le gouvernement semble avoir versé la dernière goutte d’eau…

    Face aux brutalités policières : non-violence et réseaux sociaux
    Mais ce qui a fait déborder le vase, c’est surtout la violente répression policière qui s’est abattue sur les manifestants. Face à la violence des forces de l’ordre, les citoyens ont – une fois de plus – su se servir des réseaux sociaux pour faire passer leur message dans le monde entier. Il y a quelques jours, le premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, qualifiait d’ailleurs ces réseaux sociaux de « pire menace pour la société ».

    Depuis quelques jours, les gaz lacrymogènes se sont dissipés sur la place Taksim. Spontanément, les habitants sont venus ramasser les détritus, replanter des fleurs, distribuer boissons et pâtisseries, jouer de la musique, s’échanger des livres… Les citoyens se sont réappropriés les lieux, pacifiquement, mais restent mobilisés.

    GP04LQW.jpg

    photo (c) Volkan Cagali / Greenpeace

    Greenpeace Turquie mobilisée pour soutenir les manifestants et défendre la liberté d’expression
    La promotion de la paix, les principes de non-violence et de solidarité internationale sont des valeurs fondamentales de Greenpeace. Et lorsque les droits à la liberté d’expression et de manifestation pacifique sont en danger, ce sont nos outils de travail qui sont menacés…

    Les bureaux de Greenpeace à Istanbul se situent sur l’avenue principale qui mène à la place Taksim. Dès le départ, nous avons soutenu la mobilisation et ouvert nos portes aux personnes blessées. Nos locaux ont été transformés en infirmerie pour apporter les premiers soins à ceux qui en avaient besoin. Au plus fort de la répression policière samedi dernier, une grenade lacrymogène a été lancée en direction de la fenêtre de nos bureaux turcs. Elle a par chance atterri sur le toit.

    Notre personnel présent sur place témoigne de la solidarité des employés, des bénévoles et activistes, mais aussi de nombreux inconnus qui, ayant entendu parler de l’initiative de Greenpeace, se sont présentés spontanément à nos locaux avec des médicaments ou de la nourriture pour nous prêter mais forte… C’est cette image-là de solidarité que nos collègues turcs souhaitent que l’on retienne du mouvement.

    Et maintenant ?
    Le mouvement de contestation pour protéger le parc et défendre le droit à la liberté d’expression arrive désormais à une étape décisive. Ce qui se passera les prochains jours sera un test grandeur nature pour la Turquie. Les choix qu’elle fera en matière de développement et de protection de l’environnement seront décisifs. Le pays devra choisir entre écouter la voix de quelques promoteurs immobiliers ou celle de millions de citoyens, entre privilégier les intérêts commerciaux ou l’intérêt commun …Un choix qui, malheureusement, trouve un écho familier dans de nombreux pays et ne peut que nous appeler à redoubler de solidarité.

  • Kurdistan : des assassinats contre la paix

    Le conflit au Kurdistan dure depuis des années, le peuple kurde sans état étant partagé entre la Turquie, l'Iran, l'Irak et la Syrie.

    On voit donc que les Kurdes sont sous la domination d'états qui sont ou ont été récemment parmi les pires dictatures de la région. Les dirigeants de ces pays ont d'ailleurs souvent utilisées les Kurdes "étrangers" comme moyen de pression contre leurs voisins, tout en réprimant les Kurdes qui habitent à l'intérieur de leurs frontières.

    La Turquie est le pays qui compte le plus de Kurdes : ceux-ci sont présents  principalement à l'est du pays. Un conflit très dur oppose le gouvernement turc aux opposants kurdes, dont le PKK. Ce parti utilise la lutte armée et a été fondé par Abdullah Öcalan qui purge depuis 1999 une peine de prison à vie. Des pourparlers de paix sont en cours depuis un certain temps et des avancées importantes sont survenues récemment.Voici ce qu'on en sait d'après amenews.com :

    "En vertu du projet d’accord révélé par NTV et Radikal, les rebelles du PKK, une fois suspendues leurs opérations militaires, quitteraient le territoire turc pour l’Irak, avant de déposer formellement les armes si les négociations ont suffisamment progressé.

     

    Parallèlement, le gouvernement turc procéderait graduellement à la libération de centaines de militants kurdes, accusés de collusion avec le PKK, et engagerait une série de réformes reconnaissant en particulier l’identité des Kurdes.

    Toujours selon ces deux médias, Abdullah Öcalan pourrait préciser publiquement ses intentions et sa vision d’une solution du conflit kurde dans des lettres adressées à l’opinion publique turque et à ses partisans."

    Cette possibilité de paix n'est probablement pas du goût de tout le monde, au sein du gouvernementarton86051-421x480.jpg et de l'opposition nationaliste en Turquie, mais aussi au sein du mouvement kurde.

    L'assassinat de trois militantes kurdes à Paris doit être replacé dans ce contexte. Il est trop tôt pour savoir qui sont les commanditaires de cette tuerie.

    Il est certain que les victimes étaient des proches d'Öcalan, une des militantes en était une porte-parole . Voici l'itinéraire militant de Sakine Cansiz (photo ci-contre, à côté d'A.Öcalan) , selon la même source arménienne (armenews.com):

    Cette femme de 55 ans aux cheveux teints au henné, une tradition anatolienne, figurait parmi le petit groupe de jeunes militants de gauche qui a créé le PKK en 1978 à Lice, dans le sud-est turc peuplé majoritairement de Kurdes.

    Six ans plus tard, ce mouvement prenait les armes contre les forces d’Ankara. Depuis 1984, ce conflit a fait plus de 45.000 morts, pour la plupart dans le camp rebelle. Née en 1957 à Tunceli (Dersim pour les Kurdes), Sakine Cansiz a été, dès sa jeunesse, particulièrement active dans les réseaux d’extrême-gauche pro-kurdes. Après la fondation du PKK, elle est arrêtée et emprisonnée à Diyarbakir, principale ville du sud-est anatolien à majorité kurde, où la torture est alors systématique pour les détenus politiques. Selon des sources kurdes, la jeune femme en a été victime.

    Elle n’a retrouvé la liberté qu’en 1991, après plusieurs procès intentés à son encontre. A sa sortie du pénitencier, elle adopte le nom de code “Sara“ et retrouve ses compagnons kurdes. Sakine Cansiz recommence à militer clandestinement et à combattre activement dans les rangs du PKK dans le sud-est de la Turquie.

    Elle fait aussi un passage au camp d’entraînement dont disposait le PKK à l’époque dans la plaine libanaise de la Bekaa.

    En 1992 ou 93, selon les sources, Sakine Cansiz part en Allemagne, où vit une forte communauté de travailleurs turcs, afin d’y organiser les activités du PKK sur les instructions d’Abdullah Öcalan, alors en exil en Syrie.

    carte-gde.jpg


  • Génocide arménien : de la transformation d’un fait historique en argument électoraliste


    Communiqué LDH

    La Ligue des droits de l’Homme, qui a compté à sa direction de grands défenseurs de la cause arménienne, de ses deuxièmes président et secrétaire général, Francis de Pressensé et Pierre Quillard, à Anatole France, entre autres, a fait de la dénonciation des massacres d’Arméniens dans l’Empire ottoman l’un de ses premiers combats au lendemain de sa constitution lors de l’affaire Dreyfus.

    images?q=tbn:ANd9GcRsQhfG6UDBxCQkLvG-7hQKoQn2B1cSml52kNe_ygZ6FYp4_oGoHekQbt3ssgLa Ligue des droits de l’Homme, qui a compté à sa direction de grands défenseurs de la cause arménienne, de ses deuxièmes président et secrétaire général, Francis de Pressensé et Pierre Quillard, à Anatole France, entre autres, a fait de la dénonciation des massacres d’Arméniens dans l’Empire ottoman l’un de ses premiers combats au lendemain de sa constitution lors de l’affaire Dreyfus.

    Aujourd’hui, elle poursuit son action pour la reconnaissance universelle du génocide dont les Arméniens ont été victimes en 1915.

    Mais elle considère comme inopportune la loi votée, suite à la visite de Nicolas Sarkozy en Arménie les 6 et 7 octobre, par l’Assemblée nationale le 22 décembre 2011 et le Sénat le 23 janvier 2012, visant à pénaliser en France toute contestation ou relativisation d’un génocide reconnu par la France. Faut-il le rappeler, iI ne revient pas à l’État d’écrire l’Histoire ni images?q=tbn:ANd9GcS1-tX7Lqxg8JwTJVd73jtJldy7cdKvJq_natYCwtSUZwwtlQJXDAaux lois et aux juges de réprimer les propos sur cette question historique.

    Cette initiative, qui ne répond pas à la nécessité de lutter contre une forme spécifique et déguisée de discours raciste au sein de la société française, mais relève fondamentalement de préoccupations idéologiques et électoralistes, est contre-productive par rapport à l’avancée nécessaire de la reconnaissance des faits.

    L’essentiel est que les historiens puissent œuvrer librement et scientifiquement, en Turquie comme en France.

    Paris, le 24 janvier 2012

  • tu veux ou tu veux pas ?

    tr_turquie_europe.gifLa majorité, profondément divisée, joue une valse-hésitation au sujet de l'adhésion de la Turquie à l'Europe . J. Chirac avait fait adopter un texte qui demandait un référendum pour accepter la Turquie au sein de l'Europe .

    Dans le cadre de la modification de la constitution, le gouvernement avait prévu de renoncer à cette mesure .

    Les députés, entre autres le président de la commission des lois Jean-Luc Warsmann, ont incorporé un amendement . Celui-ci prévoit un référendum pour les pays qui représentent plus de 5% de la population de l'Europe (donc la Turquie)

    Le sénat vient de supprimer cette version, certains trouvant choquant qu'un article de la constitution vise un pays en20070721Turquie.jpg particulier .

    La discussion à ce sujet n'est pas terminée, de part et d'autre des parlementaires en font un cas de refus de vote pour la future modification de la constitution .