Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ZAD de Gonesse : la Confédération paysanne condamne l’expulsion en cours

La Confédération paysanne condamne l'expulsion en cours sur la ZAD du Triangle de Gonesse et rappelle son soutien à la mobilisation de celles et ceux qui s'opposent aux politiques publiques qui gaspillent des terres agricoles.

 

Après la bataille juridique et la mobilisation citoyenne qui ont permis de faire tomber le projet EuropaCity, cette zone de défense sur le triangle de Gonesse s'est constituée comme un dernier rempart pour empêcher la bétonisation de cet espace agricole. L'abandon d'EuropaCity doit signifier aussi l'abandon de tous les projets d'artificialisation des terres agricoles attenantes.

Maintenir un projet de gare du Grand Paris Express, en plein champ, n'a aucun sens, à moins de vouloir préparer une future urbanisation de ces terres, qui ne dit pas son nom.

Persister à vouloir bétonner ces terres fertiles est absurde alors même que la lutte contre le changement climatique, pour la biodiversité et la recherche d'une plus grande autonomie alimentaire sont devenues des priorités absolues.

Des projets existent pour développer ces terres en les déspécialisant, en permettant à plus de paysan.nes de s'installer, sans risquer d'être expulsés ou de se voir grignoter des parcelles, pour permettre de redéployer une ceinture paysanne péri-urbaine, notamment maraîchère, devenue aujourd'hui indispensable.

Alors que les parlementaires s'attèlent au projet de loi Climat, censé permettre de « tendre vers l'objectif d'absence de toute artificialisation nette des sols », il est impensable d'imaginer que les 700 hectares du triangle de Gonesse soient, dans le même temps, livrés à la bétonisation !

collectif-pour-le-triangle-de-gonesse.png

 

Écrire un commentaire

Optionnel