Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Pesticides : tops et flops de ce mois d'avril

Ce mois d'avril 2018 a été chargé en actualité sur le dossier pesticides. Le gouvernement a présenté son « plan pesticide » et le sujet a également été évoqué dans le cadre de la loi alimentation. L'exécutif européen a lui avancé sur le dossier alors que les apiculteurs ont alerté sur l'hécatombe en cours dans les ruches. Que retenir des bonnes et moins bonnes nouvelles du mois ? France Nature Environnement fait le point.

Les tops pour la biodiversité et la santé publique

Du côté de la France

Nouvelle définition des néonicotinoïdes : ces pesticides tueurs de pollinisateurs seront interdits en France à partir du 1er septembre 2018. La nouvelle du mois ? Les députés proposent une nouvelle définition, plus juste, de ces substances. Résultat : davantage de pesticides sont inclus dans l'interdiction, le sulfoxaflor notamment. Reste à voir si cette nouvelle définition plus protectrice sera définitivement adoptée à la fin du mois de mai.

Zones de Non traitement pour protéger les riverains : ces espaces sans pesticides à proximité des habitations sont réclamés depuis longtemps par France Nature Environnement pour protéger la population de l’impact nocif de ces substances sur la santé. Alors que le sujet avait été totalement écarté, c’est le gouvernement qui le remet sur la table. Il s’est ainsi engagé à porter des mesures de protection des riverains dans la future loi et c’est une bonne nouvelle.

Du côté de l'Europe

Interdiction de 3 néonicotinoïdes en Europe : les États membres ont enfin décidé d’interdire 3 des substances les plus dangereuses. Une majorité qualifiée d’États a donc validé la proposition de la Commission européenne. Exit donc clothianidine, imidaclopride et thiamétoxame utilisés en extérieur. Toutes les molécules néonicotinoïdes n’y sont pas, mais c’est un début. À quand un alignement de l’Europe sur l’interdiction française, plus protectrice pour nos abeilles ?

Les flops pour la biodiversité et la santé publique

Du côté de la France

Interdiction du glyphosate : elle a disparu ! Les propositions du gouvernement dans son « plan pesticides » laissent France Nature Environnement sur sa faim. Leur solution ? Faire de nouvelles études pour démonter une nouvelle fois la dangerosité de cette molécule ; aucune interdiction à l’horizon. Alors que certains députés essaient de l’intégrer dans les premières moutures du texte de la loi alimentation, les différentes commissions ont fait disparaître cette interdiction avant le passage en plénière. Pour changer la donne, il faudra que les députés se mobilisent pour réintégrer cette interdiction et tenir les engagements pris par le gouvernement.

Les nouvelles couci-couça

Bientôt fini : les vendeurs de pesticides sont les conseillers des agriculteurs. Résultat : ils n’ont pas forcément intérêt à diminuer l’usage des pesticides. Dénoncé depuis longtemps par France Nature Environnement, cette pratique devrait bientôt prendre fin. Qu’est-ce que ça va changer ? Un conseil agricole plus global et tourné vers la diminution de l’utilisation des molécules dangereuses pour la santé et pour l’environnement. C’est plutôt une bonne nouvelle… mais le bras de fer s’engage : un groupe de travail mêlant industriels, agriculteurs et environnementalistes va réfléchir aux modalités concrètes de cette séparation des fonctions. La bataille n’est pas encore gagnée.

Pesticides dans les cours d’eau : il est interdit d’épandre des pesticides à proximité des cours d’eau. Sauf que depuis environ un an les cartes de ces zones de non traitement à proximité des cours d’eau ont été malmenées. Les préfets ont hérité de la responsabilité de tracer ces cours d’eau. Certains ont maintenu une protection satisfaisante… d’autres pas du tout. C’est pourquoi le mouvement France Nature Environnement se mobilise dans les territoires pour améliorer la situation. Aujourd'hui, le gouvernement a enfin compris qu’il y avait un vrai enjeu de préservation de la qualité de la ressource et des milieux. Mais, plutôt que de récupérer la main et de définir au niveau national les zones à protéger, comme c’était le cas, le gouvernement a demandé ce mois-ci un rapport pour analyser la situation. C’est mieux que rien, mais cela repousse la prise de décision qui s’impose alors que nos cours d’eau sont de plus en plus pollués. Nous avons donc encore besoin de votre aide pour rectifier la situation : signez la pétition.

Et si chacun prenait sa part ?

Pour France Nature Environnement, nous pouvons tous agir ! Nos choix de consommation et donc notre alimentation orientent les modèles agricoles. Il existe des labels officiels, comme celui de l’agriculture BIO ou encore les produits certifiés à Haute Valeur Environnementale, qui garantissent que notre alimentation est produite en utilisant pas ou moins des pesticides. A vous de faire les bons choix !

Vous pouvez aussi agir en arrêtant complètement d’utiliser des pesticides chez vous. A partir du 1er janvier prochain, les particuliers ne pourrons plus acheter de pesticides. Alors pourquoi ne pas anticiper dès à présent cette interdiction ? Jardiner sans pesticides , ne plus désherber chimiquement son allée, autant de geste simple mais extrêmement efficace pour rester #LoinDesPesticides.

2-image-cite-abeilles-1.jpg

Écrire un commentaire

Optionnel