Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Prochain ciné-débat d'ATTAC Ardennes

Communiqué d'ATTAC 08

Le prochain ciné-débat d'ATTAC Ardennes aura lieu le mardi 14 mars 2017 à 20 h au cinéma Métropolis.

Nous avons choisi de projeter le film "On revient de loin - opération Correa épisode 2".

Il s'agit d'un film documentaire de Pierre Carles et de Nina Faura. Il dure 101 minutes et a été réalisé en 2016.


Résumé : "Le 5 juin 2015, le président équatorien Rafael Correa a envoyé à l’Assemblée nationale un projet de loi « pour la redistribution des richesses » taxant à 77,5 % les héritages supérieurs à 849 600 $. Si le projet de loi avait été adopté, les grandes fortunes ne pouvaient plus transmettre à leur enfants la majeure partie de leur patrimoine. Cette mesure visait à mettre fin aux dynasties qui accaparent le pouvoir économique et se le transmettent de génération en génération. Face à la lever de bouclier de la bourgeoisie et des médias proche de celle-ci, Correa a dû reculer.

Des mesures allant à contre-courant de celles prises ces dernières années en Europe ont vu le jour depuis 9 ans en Équateur. La politique hypervolontariste du gouvernement de Rafael Correa en matière de construction de barrages hydroélectriques devrait permettre au pays d’être autosuffisant d’ici un an en production d’électricité renouvelable. Il est possible pour les femmes au foyers de bénéficier à terme à une retraite, comme pour tous les salariés. Mais ces mesures viennent d’en haut. Elles ont été décidées par le pouvoir politique et n’ont pas été forcément réclamées par la base ni conquises à l’issue de luttes ou de mobilisations sociales. Si le gouvernement de Rafael Correa défend l’intérêt général en matière d’éducation (gratuite), de santé (pour tous), de logements (sociaux), etc, il le fait sans mobilisation populaire, sans toujours consulter les citoyens, du moins en dehors des périodes électorales.

Peut-on imposer le bonheur d’en haut ? Peut-on proposer une politique « progressiste » sans l’implication des principaux bénéficiaires ? Notre enquête essaiera d’apporter des éléments de réponses à ces questions.

Pour nous aider à répondre à ces questions, nous aurons la chance d'avoir parmi nous Bernard DUTERME.

Bernard DUTERME est sociologue, journaliste et directeur du Centre Tricontinental.

Le Centre tricontinental (CETRI) est une organisation non gouvernementale fondée en 1976 et basée à Louvain-la-Neuve (Belgique). C'est un centre d’étude, de publication, de documentation et d’éducation permanente sur le développement et les rapports Nord-Sud. Le CETRI a pour objectif de faire entendre des points de vue du Sud et de contribuer à une réflexion critique sur les conceptions et les pratiques dominantes du développement à l’heure de la mondialisation néolibérale. Il s’attache en particulier à la compréhension et à la discussion du rôle des acteurs sociaux et politiques du Sud en lutte pour la reconnaissance des droits sociaux, politiques, culturels et écologiques.

Et pour la petite histoire, Rafael Correa qui a étudié a Louvain-la-Neuve est aussi un ancien résident du CETRI.

ORDL-Affiche-WEB-2.jpg

Écrire un commentaire

Optionnel