Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

naissances

  • Deux mariages et un emballement.

    18% d'augmentation, ce n'est pas rien, surtout sur une année, mais ne rêvez pas ce pourcentage ne représente pas la hausse de vos revenus en 2013.

    Il s'agit en fait de l'augmentation du nombre des mariages célébrés à Vouziers l'an dernier par rapport à 2012. Notre  confrère "L'Union", uni récemment au groupe Rossel pour le meilleur comme  pour le pire, fait ce jour son titre de la page Vouziers avec cette information.

    Il faut lire les premières lignes pour comprendre que les mariages à Vouziers sont passés de 11 en 2012 à 13 en 2013. Deux de plus ! Vue en nombre et non plus en pourcentage, l'augmentation est moins spectaculaire. Peut-on tirer une conclusion suite à ce constat ? Surement pas, car les effectifs comparés sont trop faibles. Comme il est possible de faire presque tout dire aux chiffres, on pourrait aussi écrire que le taux de mariage est passé de  0,26 % (11 sur 4158 en 2012) à  0,31 % (13 sur 4141 en 2013) soit un gain de 0,05 point.

    Il est encore plus surprenant de faire le lien avec le nombre de naissances à venir dans la commune. 71_15666_2_max.jpgDe plus en plus de naissances ont lieu hors mariage, et l'article note que l'âge moyen du mariage est de 35 ans pour les femmes. Le passage devant le Maire représente souvent une régularisation d'une situation de couple avec ou sans enfant, et relativement peu la création d'une union nouvelle avec projet de grossesses plus ou moins nombreuses.

    Deux chiffres sont significatifs pour l'espoir de naissances futures : le nombre de femmes en âge de procréer et l'indice de fécondité (nombre d'enfants par femmes). A Vouziers on constate une baisse régulière des générations les plus jeunes. Le taux de fécondité stagne autour de deux enfants par femme, ici comme pour la France entière. En reliant ces deux tendances, il est difficile de croire à une augmentation prochaine du nombre de naissances dans la commune.