Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

election municipale - Page 3

  • Le FN battu

    Finalement, le FN n'a pas réussi à s'emparer de la mairie de Henin-Beaumont


    Cette élection a été provoquée par les malversations de l'ancien maire PS. Cette situation ajoutée aux divisions locales faisait craindre le gain pour le FN qui avait fait de cette ville un enjeu national.

    Marine LePen voulait prendre appui sur une victoire pour asseoir une crédibilité nationale . On se réjouit donc doublement de cette défaite, qui la décrébilise quelque peu.

     

    Voici les chiffres donnés par le site de FR3:actu-politique-Marine-Le-Pen_articlephoto.jpg


    Le candidat divers gauche devance son adversaire FN de 550 voix.

    Il n'avait rassemblé que 20,19% au premier tour contre 39,34% pour son adversaire Steeve Briois. Daniel Duquenne a réussi son "front républicain" contre le Front National.

    Avec un total de 52,38% des voix, le report des voix de gauche a mieux fonctionné que prévu pour le chef de ville de l'Alliance Républicaine. Steeve Briois rassemble lui 47,62%. Sur l'ensemble de la ville, 550 voix séparent les deux listes. Le taux de participation définitif : 62,38%. Le premier conseil municipal devrait être convoqué dimanche prochain.

     

     


  • Hénin-Beaumont : 100 % contre Le Pen

    Communiqué de la LDH


    Sept ans après le séisme du 21 avril 2002, quatorze ans après Vitrolles, Toulon, Orange et Marignane, la réplique d’Hénin-Beaumont a le goût amer du déjà-vu.

     

    Sept ans après le séisme du 21 avril 2002, quatorze ans après Vitrolles, Toulon, Orange et Marignane, la réplique d’Hénin-Beaumont a le goût affiche_henin_beaumont_pour_vous_steeve_briois_marine_le_pen_500.jpgamer du déjà-vu. Image affligeante du politique, ajout d’une division suicidaire au dégoût devant la corruption : nous ne pouvons pas assister à ce spectacle mortifère en détournant les yeux.

    Au lendemain d’un premier tour catastrophique, la LDH appelle solennellement à l’unité républicaine contre l’extrême droite, sans délais ni prétextes.

    La responsabilité de chacune des deux listes qui peuvent fusionner est à la hauteur de l’enjeu. Relancer l’extrême droite en pleine crise sociale serait la pire des fautes morales et politiques. Il est encore temps de ne pas la commettre.