Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Retirez la PAC : lettre ouverte à la Présidente de la Commission Européenne

Une coalition d'organisations demande à Ursula von der Leyen de retirer la proposition de la Commission Européenne pour la prochaine Politique Agricole Commune qui continue de favoriser l'agriculture intensive, l'une des causes principales de l’effondrement de la biodiversité et de la crise climatique, alors que nous avons désespérément besoin d'une transition écologique agricole.

facebook_2_0.jpg

Madame la Présidente de la Commission,

Objet: retrait de la proposition de la Commission relative à la politique agricole commune pour l'après-2020

Nous vous écrivons pour demander à la Commission européenne de retirer sa proposition sur la politique agricole commune (PAC) afin de sauvegarder son projet phare : le Pacte vert européen.

Les positions sur la PAC adoptées fin octobre par le Parlement européen et le Conseil vont en effet à l'encontre des objectifs du Pacte vert de l'UE, et des stratégies de la ferme à l'assiette et de la biodiversité qui y sont associées :

  • Elles autorisent des milliards de subventions néfastes pour l’environnement, que vous veniez de promettre de supprimer progressivement et qui auraient déjà dû être éliminées avant 2020 conformément aux engagements internationaux de l’UE. Par exemple, les positions remettent gravement en cause le principe de base de «ne pas nuire» (conditionnalité); augmentent les paiements couplés à la production et suppriment des dispositifs de précaution comme pour l'expansion de l'irrigation ;
  • Elles limitent l'ambition en matière de climat, d'environnement, de bien-être animal et de santé publique, permettant ou même obligeant les États membres à consacrer la plupart des fonds à la subvention des pratiques actuelles, voire potentiellement pires ;
  • Elles excluent explicitement tout lien avec les objectifs des stratégies de la ferme à l'assiette et de la biodiversité.

La décennie à venir sera cruciale pour agir afin d’éviter d'atteindre les points de non-retour pour la nature et le climat. Il est impensable de consacrer 387 milliards d’euros de l’argent des contribuables, soit un tiers du budget de l’UE, pour perpétuer la crise plutôt que de la résoudre.

La Commission européenne a conservé la proposition de la PAC de 2018 en pensant que le Conseil et le Parlement ne l'affaibliraient pas. Maintenant que ces deux entités législatives ont considérablement édulcoré l’architecture écologique de la PAC, nous ne pensons pas que les négociations en trilogue pourraient remédier à cette situation. 

La seule option pour maintenir une ambition environnementale élevée conforme au Pacte vert européen est aujourd’hui de retirer la proposition présentée par la Commission précédente et de déposer une nouvelle version dont la priorité sera de soutenir la transition écologique de l'agriculture. 

Les centaines de milliards de la PAC doivent être investis dans des pratiques qui respectent la nature et ses limites, préservent la santé et le bien-être des citoyens et garantissent nos capacités futures à produire leur alimentation. La prolongation pour 2 ans de la PAC actuelle rend cela possible.

L’avenir de nos enfants doit prévaloir sur l’opportunisme politique.

0603698247997-web-tete.webp

 

Écrire un commentaire

Optionnel