Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Climat : Société Générale visée par des actions de “nettoyage” partout en France, et aussi à Vouziers

À l’occasion de la journée de mobilisation pour le climat, 38 actions de “nettoyage” ont été menées dans des agences Société Générale par des groupes des Amis de la Terre et Action Non-Violente COP21. Ils appellent la banque, n°1 des énergies sales, à mettre fin à ses soutiens aux énergies fossiles, et notamment au projet texan de terminal d’export de gaz de schiste Rio Grande LNG.

Dans ce cadre, une action a été menée ce jour à Vouziers. Voici le communiqué qui relate cette mobilisation.

Scène inédite ce matin à l’agence de la Société Générale de Vouziers: 22 membres du collectif citoyen Ardennes ANV-COP21 (Action Non Violente-Cop21) sont entrés munis de seaux, d’éponges et de balais pour faire le ménage de la banque, qui continue d’apporter son soutien aux industries fossiles les plus polluantes et impactantes pour les populations : le gaz de schiste, le charbon, les sables bitumineux, les forages en eaux profondes et en Arctique, les terminaux de gaz naturel liquéfié. Ils répondaient à un appel national à mener des actions pour dénoncer la politique climaticide de la banque Société générale

“Société Générale est la première banque française à soutenir les énergies sales. Elle est même la première banque au monde à soutenir l’exportation et donc l’expansion du gaz de schiste aux Etats-Unis, alors que l’extraction de ce dernier est interdite en France ! Nous avons honte qu’une banque française détienne ce triste palmarès au niveau international, alors que d’autres à l’image de BNP Paribas ont fait le choix responsable de se retirer entièrement de ce secteur. Dans quelques jours, se tiendra justement à San Francisco le Sommet mondial pour l’action climatique : l’occasion pour Société Générale d’annoncer de nouvelles mesures ambitieuses pour un alignement de ses activités avec les objectifs de l’Accord de Paris.” affirme Vincent LOMBARD d’ANV-COP21 Orléans.
En effet, alors que tous les signaux climatique sont au rouge, les financements massifs accordés par une banque française à des énergies fortement émettrices de gaz à effet de serre entre en contradiction avec la volonté affichée de la France de respecter l’Accord de Paris sur le climat. Société Générale fait au contraire le jeu de la politique de l’administration Trump : en 2017, elle a accordé 1,1 milliard de dollars au développement de terminaux d’exportation de gaz naturel liquéfié issu de gaz de schiste en Amérique du Nord .


Si la banque ne saisit pas l’occasion du Sommet de San Francisco pour relever son niveau d’ambition, les militants sont bien déterminés à poursuivre la mobilisation. Ils appellent dès à présent à organiser une opération de nettoyage de grande envergure à l’agence centrale de Société Générale boulevard Haussmann à Paris le vendredi 14 décembre, jour de la fin annoncée de la 24e Conférence des Nations-Unies sur le climat (COP24).

société générale 09.2018.jpg

Commentaires

  • Je suppose que ses personnes n'ont pas de voitures. J’espère aussi que le matériel de nettoyage utilisé ne contiens pas de plastique. J’espère aussi que ses personnes ne commandes rien sur Internet, n'utilise aucun plastique et sont locavores. Ca serait contradictoire sinon

  • Morin, quel rapport entre le mode de vie de ces activistes et le fait qu'une banque française, largement subventionnée par nous, soutienne les développement des énergies polluantes (reconnus par tous comme polluantes)?
    Le niveau d'action de la Socgen est bien au dessus du notre.

  • CAr les voitures consomment des énergies polluantes et le plastique provient de pétrole qui est une énergie polluante. Facile donc de crtiquer cette banque quand soit même utilisons des produits issues des energies polluantes

  • Pardon, mais il y a une marge , si ce n'est un océan, entre les méfaits d'une sale banque, et notre vie quotidienne où l'on ne nous propose aucune alternative crédible au pétrole.
    Par ailleurs, cet article n'évoque pas le pétrole fossilisé, mais bien les pétroles sales.
    Enfin, quant à soutenir une banque qui a plus que triché avec l'affaire Kerviel, puis certains financements libyens...c'est vraiment une banque à proscrire.

Écrire un commentaire

Optionnel