Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Cigeo/Bure - Cession du bois Lejuc : Derrière le vote, la main de l'ANDRA

Les associations appellent à renforcer la résistance contre CIGÉO

Ce 18 mai, le conseil municipal de Mandres-en-Barrois était convoqué pour voter sur le sort du Bois Lejuc, suite à l’annulation par le tribunal administratif de Nancy de la délibération qui s’était tenue le 2 juillet 2015 à bulletins secrets dans des conditions irrégulières. Sous « surveillance » policière massive, la cession du Bois Lejuc à l’Andra a été votée par 6 voix contre 5.

Les associations dénoncent un simulacre de démocratie, la militarisation du territoire et l’action de l’Andra pour acheter les consciences. Des recours sont annoncés pour mettre en lumière les conflits d’intérêts qui affectent plusieurs conseillers municipaux.

Le scrutin a vu le village de Mandres se militariser et se couvrir de barrages anti-émeutes, le nombre de 1494355022-D9s.jpggardes mobiles dépassant celui des habitants. Dans une ambiance tendue, la police a fait usage de gaz lacrymogènes et a chargé violemment des militants à plusieurs reprises. La « protection » des conseillers municipaux n’est qu’un alibi : ce déploiement de force, révélateur de la militarisation du territoire qui accompagne l’implantation de CIGÉO, était avant tout destiné à impressionner les conseillers et dissuader les habitant.e.s et militant.e.s d’assister au vote. Nous saluons le courage de ceux qui ont osé voter contre l’échange du bois dans ce contexte.

Par 6 voix contre 5, le conseil municipal a décidé la cession du Bois Lejuc. Derrière ce vote, il faut voir la main de l’Andra, qui, jouant de la carotte et du bâton, s’est gagné la voix de la majorité des conseillers en octroyant emplois, baux agricoles précaires et baux de chasse. Rappelons qu’au moins cinq membres du conseil municipal, le maire en tête, étaient en situation de conflit d’intérêt en raison des liens directs et indirects qu’ils entretenaient avec l’Andra et n’auraient pas dû prendre part au vote. Cette situation laisse entrevoir de possibles trafics d’influence, qui pourraient faire l’objet de recours pénaux. Les habitants relèvent entre autres la participation au vote d’un conseiller titulaire d’un bail de chasse octroyé par l’Andra, dont la rapporteure publique du tribunal administratif de Nancy avait sous-entendu le caractère intéressé lors de la précédente délibération.

Le projet CIGÉO ne saurait se prévaloir d’une caution démocratique du fait de la maigre majorité obtenue lors de ce vote. Rappelons que la majorité des habitants s’étaient prononcés contre la cession du bois à l’Andra lors d’une consultation en 2013. Depuis plusieurs semaines, de nombreux habitants soulignaient qu’une décision aussi importante ne devait pas être prise par une dizaine de personnes. La consultation menée le 13 mai dans la commune voisine de Doulaincourt-Saucourt sur le projet CIGÉO et d’autres projets nucléaires démontre bien que la majorité des habitants de la région sont opposés à la nucléarisation du territoire.

D’ores et déjà, des habitants annoncent le dépôt de nouveaux recours contre cette délibération, en mettant en lumière la cession du bois à vil prix et les conflits d’intérêt qui sont plus flagrants que jamais. Tant que ces recours n’auront pas été examinés, il serait inacceptable qu’une expulsion ou une reprise des travaux aie lieu. Ils appellent également à la démission du maire, premier concerné par ces conflits d’intérêt et qui fait l’objet d’une plainte pour faux et usage de faux.

Ce vote ne change rien à la détermination des opposant.e.s à protéger le Bois Lejuc de la destruction et à contrer les travaux de l’Andra. Les associations appellent à renforcer la lutte et soutenir les militant.e.s qui occupent actuellement le bois. Ce projet de poubelle nucléaire ne doit jamais voir le jour !

Prochain rendez-vous : les associations appellent à se mobiliser massivement ce week-end à l’occasion des « 300 000 pas vers St Dizier ». Une semaine d’action est également annoncée du 19 au 26 juin.

Communiqué commun du Réseau « Sortir du nucléaire », Bure Zone Libre, BureStop55, Cedra, Eodra, Les Habitants Vigilants de Gondrecourt, Meuse Nature Environnement, MIRABEL - Lorraine Nature Environnement

conseil_municipal_vote_v_1.jpg

Un vote avec 6 voix pour et 5 contre au conseil municipal de Mandres-en-Barrois

Photo de Reporterre

Écrire un commentaire

Optionnel