Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Nucléaire sous perfusion : Greenpeace porte plainte

Greenpeace porte plainte auprès de la Commission européenne contre l’Etat français dénoncer le caractère illégal de l’aide qu’il a octroyée à la société EDF, suite à l'opération de recapitalisation bouclée en mars 2017. Cette aide, qui se chiffre à plusieurs milliards d’euros, vise à financer des projets nucléaires particulièrement risqués pour l’entreprise, dont principalement celui d’Hinkley Point au Royaume-Uni.

Une recapitalisation destinée au financement de deux EPR à Hinkley Point

Au vu des déclarations d’EDF et de l’État de ces 12 derniers mois, ainsi que des documents financiers de l’entreprise, cette augmentation de capital a surtout été orchestrée pour faciliter le financement du projet de construction de deux EPR à Hinkley Point, au Royaume-Uni. Un projet à haut risque, pour lequel l’entreprise devra débourser 16 milliards d’euros alors qu’elle n’a déjà pas les moyens d’investir dans le maintien de la sûreté du parc nucléaire français, ni dans les renouvelables.

Résumons : au lieu de se comporter comme un investisseur avisé, l’État apporte un soutien inconditionnel à EDF et à ses projets nucléaires qui mettent à mal la santé financière de l’entreprise, comme celui d’Hinkley Point. Il n’y a là aucune logique économique.

Une stratégie nucléaire qui plonge EDF dans l’instabilité la plus totale

Avec Hinkley Point, EDF mise sur un projet complètement incertain, tant en raison de la compétitivité des énergies renouvelables qui ne cesse d’augmenter outre-manche qu’en raison des graves difficultés techniques rencontrées sur les chantiers EPR d’EDF et d’AREVA à Flamanville et à l’étranger.

Par le passé, EDF a déjà procédé à des investissements dans des projets nucléaires qui ont creusé sa dette et n’ont pas apporté de richesse : le rachat de Constellation aux États-Unis (acheté 5,3Mds€ en 2008-2009, déprécié de 1,9Md€ depuis) ou encore celui de British Energy au Royaume-Uni (acheté 15,8 Mds€ en 2008, déprécié de 2Mds€ depuis).

Pourtant, les dirigeants d’EDF s’entêtent à investir dans des projets nucléaires, s’accrochant à l’illusion du renouveau de la filière française. Le nucléaire a plombé les finances de l’entreprise qui se trouve aujourd’hui dans une impasse financière avec une dette faramineuse qu’elle ne peut rembourser et un mur d’investissements qu’elle ne peut financer.
A la veille de l’Assemblée générale d’EDF, notre message est clair : l’État ne peut plus cautionner les choix absurdes d’EDF. Quant aux dirigeants du groupe, ils doivent préserver son équilibre financier, les emplois et le service public, plutôt que de tenter de sauver le nucléaire à tout prix.

GP0STQ3DD_Medium_res_with_credit_line-780x518.jpg

La centrale d’Hinkley Point en Angleterre, dans le Somerset (septembre 2016).

Écrire un commentaire

Optionnel