Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

méga-camions

  • Les méga-camions en embuscade à Bruxelles

    Après la campagne de FNE contre les méga-camions, le dossier semblait oublié. A l'occasion de la révision d'une Directive Européenne (96/53), les méga-camions s'invitent à nouveau et essaient de franchir les frontières entre les Etats membres. Explications.

    Bruxelles cède sous le poids des lobbies routiers

    Michel Dubromel, responsable Transports et Mobilité Durables confirme : "L'Union européenne doit réviser la réglementation en autorisant une longueur supplémentaire de 80 cm pour la cabine de façon à améliorer la sécurité mais la capacité de chargement doit rester identique".
    Une partie de la révision de la directive 96/53 envisage une cabine de camion avec une forme plus aérodynamique. FNE soutient  cette propositon : elle se traduirait par une économie de 3 à 5 % de gazole sur les longues distances, une diminution de l'impact lors des chocs frontaux, une amélioration générale de la sécurité.

    Cependant, la face cachée du projet de révision permettrait la circulation de poids lourds jusqu'à 60visuel-mega-camions-2009.jpg tonnes en itinéraires transfrontaliers ou en itinéraires internationaux, ce qui ne manquera pas d'encourager les Etats à "légaliser " ces méga-camions pour les transports intérieurs. Aujourd'hui, comme hier, nous n'accepterons pas la généralisation des méga-camions aussi bien au niveau européen qu'au niveau français. Au niveau national, notre gouvernement a d'ailleurs été un très mauvais élève en généralisant la circulation des camions de 44 tonnes sur notre territoire.

    Ils détruisent les autres modes de transport

    Ces méga-camions à 60 tonnes consommeraient jusqu'à 20% de fioul en moins. Ce qui semble être une performance environnementale se traduit par un avantage économique supplémentaire : une diminution des coûts de l'ordre de 15 à 20%.

    Moins de carburants et des coûts encore plus compétitifs

    Toutes les études confirment que l'introduction des méga-camions et l'augmentation de la charge des camions conduit à un report modal et à une plus forte demande en transports routiers. Le report serait encore plus important depuis le ferroviaire et le fluvial vers le transport routier. Les impacts environnementaux du transport augmenteraient et chaque citoyen aurait l'obligation de payer ces coûts supplémentaires alors que le transport routier n'acquitte déjà pas son coût sociétal.

    Mobilité et transition énergétique

    En cette période de "Débat National sur la Transition Energétique", le secteur des transports est dans le viseur, au même titre que celui du bâtiment. Alors que de nombreuses solutions pour des mobilités alternatives ou des transports plus doux sont proposées, il serait absurde de promouvoir un nouveau développement du mode le plus polluant.

    Bruno Genty, président de FNE : "Alors que des choix importants doivent être faits pour transporter autrement, la France doit s'opposer fermement à toute mesure permettant un développement incontrôlé du transport routier de marchandises dont notre pays, vue sa situation géographique, serait une des principales victimes. Avec ce dossier, la ministre de l'Ecologie et le ministre délégué aux Transports ont l'occasion de mettre en pratique les déclarations faites à l'occasion du dernier congrès de FNE, consacré à la mobilité."

  • Mega camions : du CO2 en plus

    Les méga camions ne sont pas encore autorisés en France, mais le gouvernement prévoit une expérimentation des ces mastodontes routiers.

    Une récente étude montre que cette"solution" entraînera une baisse du coût du transport routier, et bien sûr il en résultera une augmentation de ce moyen de transport. Il est nécessaire de développer les transports alternatifs à la route (rail, voies navigables) qui sont des sources d'économie d'énergie, et de réduction de la production de CO2.

    Voici un communiqué de FNE

     

     

    gigaliner_1.jpg&mask=120x120.pngUne étude récente publiée le 12 Mai par l'Institut allemand Fraunhofer fournit des précisions sur les conséquences à moyen et long terme de l'usage des mégas camions (ces gros camions mesurant 25,25M et pouvant peser jusqu'à 60T et plus).

    Un effet économique rebond réduisant à court terme les coûts de la route entraînerait une pression sur la demande de transport routier à moyen et long terme. Ce serait ainsi 2 millions de tonnes de CO2 en plus chaque année dans l'atmosphère.

    Rappelons que les transports constituent une grande source d'inquiétude dans la perspective d'une lutte efficace contre les changements climatiques. Les émissions de CO2 du secteur sont en effet en constante augmentation. Les scientifiques issus du GIEC ont par ailleurs alerté récemment sur un réchauffement de la planète plus rapide et plus précoce que prévu.

    Dans cette situation, France Nature Environnement s'inquiète de voir la pression des lobbys routiers gagner toujours plus de terrain pour une expérimentation à court terme des Mégas Camions en France et pour une autorisation à plus moyen terme de ces engins à travers toute l'Europe.

  • Méga-camions, la suite

    Suite au communiqué de la FNE(note d'hier sur ce blog),  Doninique Bussereau, secrétaire d'état aux transports a apporté des précisions. Ces propos sont loin d'être clairs, car il déclare s'opposer aux méga-camions, tout en autorisant une expérimentation sur leur usage . Pourquoi tester quelque chose dont on ne veut pas se servir ? Voici l'info donnée par la FNE :

     




    AC20080702-03-bussereau.jpgM. Dominique Bussereau a souhaité préciser :

    Que le Gouvernement s’est opposé aux amendements favorables aux méga camions lors de la discussion parlementaire du projet de loi Grenelle I ;

    Qu’il a lui-même indiqué aux sénateurs qu’il était opposé à la circulation des méga camions ;

    Que le Gouvernement réfléchit à une simple expérimentation de manière à pouvoir répondre aux questions qui se posent sur les conséquences de la circulation des méga camions.

    Dans ce contexte, France Nature Environnement rappelle :

    Qu’elle demeure opposée à toute expérimentation des méga camions dont les conséquences négatives pour la compétitivité du fret ferroviaire sont déjà prévisibles ;

    Que le renforcement de la concertation en format Grenelle sur le dossier du transport routier permettrait d’éviter toute incompréhension entre les acteurs concernés ;

    FNE s’interroge sur les motifs d’une expérimentation, même ciblée, dès lors que le Gouvernement n’entend pas autoriser les 070803_monstertruck_kraufmann.jpgméga camions sur les routes.

    Le message de satisfaction du député défendant les intérêts du «club du 25,25 mètres» qui se félicite de l’expérimentation de ces nouveaux camions «plus gros, plus lourds, donc plus économe en CO2 », conforte FNE dans son opposition à cette opération