Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Tribune libre

En cette période de campagne électorale, nous publions une tribune libre que nous a fait parvenir un lecteur de l'An Vert.

Cette tribune est signée, et le texte proposé n'engage que son auteur.

Sous réserve de ne pas contenir des mentions racistes, xénophobes ou d'exclusion, et d'éviter les attaques sur les personnes, nous publierons d'autres contributions qui nous parviendraient.

 

Suite à l’article paru dans l’édition de l’Ardennais du samedi 21 mai sur la candidature aux législatives dans la 3ème circonscription des Ardennes de M. Jean-Luc Warsmann, je tenais à réagir et faire part de quelques remarques et interrogations personnelles :

Pourquoi je ne peux pas apporter mon vote à Jean-Luc Warsmann, député sortant, candidat à sa réélection dans la 3ème circonscription des Ardennes ( Sans étiquette cette fois : indépendant après 4 mandats sous l’étiquette d’un parti politique ) ?

Il n’est pas question de divergences politiques profondes, voire de sanction sur les mandats effectués, M. Warsmann n’étant certainement pas le député le moins actif, ni le moins capable de proximité avec notre ruralité excentrée.

Mon incompréhension et mes reproches portent sur le choix de son suppléant, et cela pour 2 raisons : en premier il peut paraître surprenant alors qu’on parle de la nécessaire parité en politique, que le choix se soit arrêté sur un homme.

Mais là n’est pas le plus surprenant voire regrettable, je ne comprends pas le choix de M. Villenet, ardennais certes depuis 2016, qui dit vouloir "mettre son expérience au service de la circonscription pour défendre le maintien d’une médecine de proximité" ! ! ! soulève quelques doutes et interrogations de ma part !

Comme il le précise M. Villenet a été délégué territorial de l’ARS des Ardennes pendant plusieurs années et grand maître de la " réorganisation " du secteur médical et des centres hospitaliers du département . Quand j’évoque la réorganisation et la restructuration, les termes de déstabilisation et d’annihilation me sembleraient plus appropriés. Certes il s’est montré rigoureux et efficace dans l’application et la mise en œuvre strictes voire brutales des consignes et préconisations gouvernementales souvent incohérentes et inadaptées au regard des situations locales, laissant peu de place à la concertation et au dialogue avec les professionnels, élus et usagers du secteur ; peut-être écoutait-il par obligeance mais n’entendait certainement pas car il semblait être seul à détenir la connaissance, la vérité et surtout le pouvoir. Chacun a pu constater ce qu’il en résultait de cette incapacité à tenir compte et adapter en fonction des disparités et spécificités locales.

Il faudrait des pages et des pages pour évoquer, pointer du doigt, expliquer et comprendre les dysfonctionnements graves et récurrents qui n’ont fait que s’amplifier, accentués par une tarification à l’acte grand pourfendeur de l’état du système hospitalier actuel. La pandémie a mis en exergue la fragilité et les manques qui ne font qu’empirer quand on constate, entre autre, l’état des urgences mais également celui des autres services dans bon nombre de centres hospitaliers ou pôles de santé.

Pour avoir participé à des instances administratives auxquelles collaborait M. Villenet, avoir échangé avec des médecins, professionnels de santé et hospitaliers qui ne gardent pas un souvenir enthousiaste de son passage, je crois pouvoir dire que ce Monsieur qui veut devenir représentant du " peuple " pour faire remonter les carences et défendre nos besoins spécifiques, s’est montré, me semble-t-il, dépourvu et incapable de le faire dans ses fonctions professionnelles et à cent lieues des réalités du terrain.

Je n’ai pas particulièrement analysé toutes les candidatures aux prochaines législatives mais d’autres incohérences interpellent dans les binômes et démontrent cet " entre-soi !", ce tripotage électoral, ces intrigues et alliances incompatibles et obscures qui président aux nominations, prouvent l’incapacité à garantir ce bon sens, cette simplicité lucide, ce respect loyal, cette efficience dont a besoin le citoyen lambda pour l’inciter à revenir vers les urnes, fondement de la démocratie.

Citoyennes, citoyens reprenez votre destin en main, soyez responsables même si la lassitude, l’incompréhension et l’écœurement à l’égard de la classe politique sensée nous représenter vous gagnent, exprimez vous par le vote, militez pour que l’on reconnaisse le VOTE BLANC, afin que nos élus comprennent et assimilent qu’en étant généralement élus par une minorité des électeurs inscrits, ils ont le devoir d’œuvrer pour tous et qu’il serait temps d’en prendre conscience.

 

Autruche (08240) le 24/05/2022

 

Claude Lambert

5360352601_d770dab182_c.jpg

L'hôpital Manchester (photo l'An Vert, D.R.)

Commentaires

  • Merci d'avoir mis le projecteur sur le suppléant de M. Warsmann ! En le choisissant, celui-ci signe son engagement politique. Ce faisant, il est en accord avec lui-même, partisan d'une économie libérale, opposé à la notion d'Etat protecteur et donc aux services publics.
    Mais ce qui est révoltant, c'est de le voir "récupérer" la manifestation des personnels hospitaliers de Vouziers, occupant la tribune pour annoncer des solutions qui ne sont que des placebos administrés à ce grand malade qu'est l'hôpital public alors qu'il a, durant la trentaine d'années de sa carrière parlementaire, soutenu la casse de notre système de santé. Exactement comme il s'était montré au premier rang des manifestants contre la fermeture du collège de Buzancy quand à l'Assemblée nationale il soutenait la casse de l'Ecole publique.
    Quant à son tract électoral, arrive aujourd'hui dans ma boîte aux lettres, c'est un chef d'oeuvre de cynisme !

Écrire un commentaire

Optionnel