Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

COVID 19: la crise laitière européenne menace l’Afrique de l’Ouest

Communiqué de la Confédération Paysanne le 07.05.2020

Dans de nombreux pays d'Europe tels que la France, des producteurs laitiers ont épandu aujourd'hui de la poudre de lait dans les champs, en signe de protestation contre les mesures prises par l'Union Européenne pour atténuer la crise laitière, mais qui contribuent à la chute des prix. Nos organisations soutiennent cette action et alertent sur la menace que fait planer cette crise sur les producteurs européens, mais aussi sur les filières de lait local en Afrique de l'Ouest fragilisées par un dumping massif des excédents de lait en poudre européens dans les prochains mois.


Les éleveurs laitiers européens sont une nouvelle fois confrontés à une crise grave : les mesures de confinement prises pour faire face au COVID 19 ont conduit à un effondrement du prix du lait dans un contexte de prix déjà tendus par une surproduction structurelle.

La Commission européenne a en effet décidé de privilégier le stockage plutôt que de réduire la surproduction. Or, qui dit « stockage » dit « déstockage ». 

Comme par le passé, celui-ci tirera vers le bas les prix payés aux producteurs européens pendant de longs mois, et favorisera les exportations de poudres de lait bon marché, à un prix significativement inférieur au coût de revient des producteurs locaux, en particulier vers l'Afrique de l'Ouest.

Or, la filière de lait local en Afrique de l'Ouest est déjà fragile, bénéficiant de peu de soutiens publics. La crise COVID-19 aggrave cette vulnérabilité. Les chaînes d'approvisionnement sont perturbées, impactant directement les petits producteurs : les mini laiteries situées dans les villes ferment ou réduisent fortement leurs volumes, car le lait produit aux alentours ne peut être acheminé vers les villes en quarantaine.

(...)

La souveraineté alimentaire en Afrique de l'Ouest et en Europe est prioritaire pour les paysans comme pour les consommateurs pour atteindre plus de résilience, de durabilité et d'équité dans nos systèmes agricoles et alimentaires.

"Déléguer notre alimentation, notre protection, notre capacité à soigner, notre cadre de vie au fond, à d'autres, est une folie", déclarait Emmanuel Macron le 12 mars dernier. Cette folie, les paysans ouest-africains n'en veulent pas.

L'Europe ne doit pas reprendre d'une main ce qu'elle donne de l'autre. La sortie de crise ne doit pas se faire, comme par le passé, par l'exportation des excédents vers les marchés africains. Producteurs ouest-africains et européens partagent des intérêts communs, alors N'exportons pas nos problèmes.

Nous demandons à l'Union Européenne de prendre les mesures nécessaires et solidaires notamment en régulant la production pour limiter les excédents qui font chuter les prix payés aux éleveurs européens et, quand ils sont exportés, concurrencent durement les producteurs ouest africains.

Ces mesures permettront aux producteurs d'Afrique et d'Europe de vivre dignement de leur travail, reconnaissant par là leur rôle en première ligne face à la crise que nous traversons.,union e

Les organisations signataires : Action Aid -PeuplesSolidaires, Agronomes et Vétérinaires sans Frontières (AVSF), Association pour la Promotion de l'Elevage au Sahel et en Savane (APESS), Campagne Ouest Africaine «Mon Lait est Local», Comité Français pour la Solidarité Internationale, CCFD-Terre Solidaire, Confédération Paysanne, ElevagesSans Frontières, GRET, ISF-Agrista, Oxfam France, SOL

MjAyMDA1ZTQ5ZjcwYTY3YWJhMTMzOWM4M2VhZWQzOTExMTdkNzY?width=1260&focuspoint=50%2C25&cropresize=1&client_id=bpeditorial&sign=08ed5fe86b9820258c4dfa66fde022fc65132773fde51d908e6643b91054a4f8

Écrire un commentaire

Optionnel