Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Centrale nucléaire de Penly : Tous les systèmes de secours du réacteur 2 HS

Circuits de refroidissement, circuits d’injection de sécurité, système d’alimentation de secours des générateurs de vapeur... parce que plusieurs connecteurs électriques étaient défaillants, aucun des circuits de sauvegarde du réacteur 2 de la centrale nucléaire de Penly (Normandie) n’aurait fonctionné. D’autres réacteurs sont potentiellement concernés.

Discret communiqué d’EDF publié le 23 décembre 2019 sur sa page de "notes d’informations" et non sur le site de la centrale nucléaire de Penly. Doublé d’un communiqué de presse de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) le lendemain qui en dira beaucoup plus.

Parce que des tableaux électriques ont été équipés de connecteurs défectueux lors de la "maintenance" du réacteur 2 de la centrale nucléaire de Penly faite durant l’été, l’ensemble des systèmes de secours n’aurait pas pu fonctionner. Il aurait été impossible de maintenir le réacteur dans un domaine de fonctionnement sûr, ni de limiter les conséquences en cas d’accident.

Dans une centrale nucléaire, les circuits dont les fonctions sont les plus importantes sont dits redondants. Ils sont composés de 2 voies séparées, l’une pouvant prendre le relai de l’autre en cas de problème ou de dysfonctionnement. C’est le cas des systèmes qui permettent de maintenir le refroidissement, de ralentir la réaction nucléaire, de maintenir de l’eau dans les circuits primaire et secondaire, d’évacuer la puissance du réacteur ... Mais parce que, lors de l’arrêt précédent, une partie de l’entretient n’a pas pu se faire, ce sont les 2 voies de tous les systèmes qui sont concernées par ces "indisponibilités". Étant donné la gravité et les conséquences en situation d’accident, l’évènement vient d’être classé au niveau 2 de l’échelle INES. Mépris des règles, défaut d’analyse, contrôles permissifs, poursuite du redémarrage malgré des séries de dysfonctionnements, détection tardive... Joli petit cadeau de l’exploitant nucléaire en cette veille de Noël.

Ce que dit l’ASN :

Publié le 24/12/2019

Communiqué de presse L’événement intervenu sur le réacteur 2 de la centrale nucléaire de Penly

Le 18 décembre 2019, EDF a déclaré un événement significatif pour la sûreté relatif à des défauts sur des composants de cellules électriques rendant indisponibles des systèmes de secours du réacteur 2 de la centrale nucléaire de Penly.

Dans les centrales nucléaires, les matériels assurant la sûreté de chaque réacteur sont alimentés en électricité par l’intermédiaire de deux tableaux électriques redondants (voies A et B) de 6,6 kV. Ils alimentent en particulier des moteurs actionnant des vannes et des pompes de systèmes de sauvegarde et des tableaux de contrôle-commande du réacteur.

Dans le cadre de l’arrêt pour maintenance programmée et renouvellement du combustible du réacteur 2 de la centrale nucléaire de Penly, qui a débuté le 27 juillet 2019, EDF a procédé au remplacement de contacts d’insertion de contacteurs de ces tableaux électriques. Les travaux ont eu lieu simultanément sur les voies A et B, car ceux-ci n’avaient pas pu être réalisés sur la voie A lors d’un arrêt précédent.

Vingt-huit contacts d’insertion remplacés sur ces tableaux électriques et appartenant à un même lot de fabrication se sont avérés potentiellement défectueux, ce qui conduit EDF à considérer indisponibles les pompes des systèmes de sauvegarde et de refroidissement du réacteur concernées par l’anomalie et alimentées par ces tableaux électriques.

Le rôle des contacteurs des tableaux électriques de 6,6 kV d’alimentation des systèmes de sauvegarde

Les contacteurs sont des parties intégrantes des tableaux électriques de 6,6 kV. Ils permettent la mise en service et la mise à l’arrêt des matériels électriques à partir d’ordres automatiques issus du contrôle-commande, du système de protection du réacteur ou d’ordres manuels émis depuis la salle de commande ou en local.

Un contacteur contient un élément mobile et remplaçable, appelé contact d’insertion, qui permet d’assurer, à l’aide de deux bobines, sa fermeture et son maintien en position fermée. Le contact d’insertion des contacteurs concernés présente un défaut qui conduit à ce qu’ils puissent se bloquer en position ouverte, les empêchant alors de jouer correctement leur rôle.

Les contacts d’insertion concernés sont fabriqués par Schneider Electric et appartiennent au même lot de pièces.

Les systèmes du réacteur concernés par l’événement

Les systèmes qui étaient concernés par des contacteurs potentiellement défectueux sont des systèmes de sauvegarde et auxiliaires du réacteur, notamment chargés d’assurer son repli dans un état sûr en cas d’incident ou d’accident :

  • le système d’eau brute secourue (SEC) qui prélève de l’eau en mer ou dans un cours d’eau afin de l’acheminer pour refroidir le circuit de refroidissement intermédiaire. Il contribue ainsi au refroidissement des matériels importants pour la sûreté du réacteur ;
  • le système de réfrigération intermédiaire de l’îlot nucléaire (RRI) qui permet le refroidissement des matériels importants pour la sûreté du réacteur ;
  • le système de refroidissement du réacteur à l’arrêt (RRA), qui assure l’évacuation de la puissance résiduelle du réacteur lorsqu’il est à l’arrêt ;
  • le système d’injection de sécurité (RIS) qui permet d’injecter de l’eau dans le cœur du réacteur en cas d’accident afin de le refroidir le combustible et d’empêcher sa fusion ;
  • le système d’alimentation de secours des générateurs de vapeur (ASG), qui permet l’alimentation en eau des générateurs de vapeur en situation d’accident, afin d’assurer le refroidissement du réacteur ;
  • le système de contrôle chimique et volumétrique (RCV) qui permet en fonctionnement normal d’injecter et soutirer de l’eau du circuit primaire afin d’ajuster la concentration en bore, d’assurer des caractéristiques chimiques adéquates pour le réfrigérant et de maintenir constant son volume ;
  • le système d’aspersion d’eau dans l’enceinte de confinement (EAS), qui permet de condenser la vapeur d’eau libérée dans l’enceinte en cas d’accident, pour réduire la pression dans ce bâtiment, réduire les fuites à l’extérieur de l’enceinte et de rabattre les gaz radioactifs.

Penly-EDF-5-854x569.jpg

 

Écrire un commentaire

Optionnel