Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Des écailles et des hommes

Guy Pleutin est venu à Vouziers ce vendredi 15 novembre pour tenir une conférence sur l'ardoise à Rimogne. ardoisière,ardoise,guy pleutin,aspv,conférence,rimogneC'est à l'invitation de l'Association pour la Sauvegarde du Patrimoine Vouzinois (ASPV), que ce spécialiste de la question a rencontré le public argonnais, plus habitué à la gaize qu'au schiste.

Le conférencier a développé brièvement un rappel géologique et géographique, mais son propos a plus particulièrement porté sur les hommes. Scailleteux est le nom donné à l'ouvrier des ardoisières dans les Ardennes, rappelant l’écaille de pierre qu'il tire de la masse rocheuse.

Cette extraction est très ancienne, et a connu un développement aux 18e et 19e siècles et jusqu'au début du 20e. Les encyclopédistes, avec Diderot et d'Alembert, ont consacré un article aux ardoisières, reposant en partie sur l'étude du site de Rimogne (voir ci-dessous)

Ce rude métier s'exerçait en grande partie sous terre, avec tous les dangers liés à l'obscurité, à l'étroitesse des galeries, à la présence des poussières de schiste et à celle de l'eau qu'il fallait pomper en continu.

Guy Pleutin a pu rencontrer les derniers survivants de ce monde particulier, qui laisse encore des traces profondes dans le paysage et dans la mémoire des hommes. Il a pu, grâce à son expérience de spéléologue, parcourir des galeries encore accessibles, avec l'autorisation des propriétaires, mais à ses risques et périls.

L'exploitation souterraine a cessé depuis 1971, seule persiste une mine à ciel ouvert qui alimente une usine où l'ardoise est broyée pour la transformer en poudre et paillettes à l'usage de l'industrie chimique.

Voici des extraits de l'encyclopédie de Diderot et D’Alembert sur les ardoisières au 18e siècle.

 

Ardoisière.jpg

PLANCHE III.

Fig. 1. Plan & coupe d'une culée entierement foncée, & d'une autre à foncer ensuite ; on s'est contenté de ponctuer celle-ci.

2. Plan & élévation d'un crabotage. r plan d'un pain de nœuds. S le même pain vû de face.

3. Ouvrier qui travaille dans un crabotage de côté. b c perche sur laquelle il appuye son pié pour ne pas glisser.

4. Ouvrier qui travaille dans le fond d'un crabotage de derriere. a chandelle fixée dans un morceau de terre grasse.

5. Plan & élévation d'un ouvrage composé de trois longuesses H, I, L. a b taille de devant marquée d sur l'élévation. e D taille de derriere marquée s à l'élévation. e a taille de côté. C tailles en travers. S manotte.

6. Plan & coupe d'une manotte marquée S sur cette figure comme sur la fig. 5. a coins placés dans leur tenure.

Ardoisière b.png

PLANCHE IV.

1. Cette figure représente la vue en perspective d'une culée & de ses sept longuesses A, B, C, D, E, F, G ; on a marqué sur la longuesse de devant G, les manottes qu'il faut faire pour placer & battre les coins qui doivent détacher la piece.

H Ouvrier qui travaille à une taille de côté de la longuesse B ; il est assis sur un étapliau dont la queue est retenue contre le devant de la longuesse A, par le moyen de la cheville n.

I Ouvrier qui travaille à faire une tenure sur le devant de la longuesse A, il est assis sur un chevalet dont on voit le pié m.

L Ouvriers qui frappent sur les coins placés au-devant de la longuesse D, afin de la faire lever. o perche sur laquelle l'ouvrier appuye un de ses piés afin de ne pas glisser.

M Ouvrier qui frappe sur une étendelle pour la refendre suivant lá ligne c k, & en détacher par ce moyen un faix ; on ne peut pas voir le coin de fer placé entre cet étendelle & l'intérieur environ à six pouces de leur devant.

(...)

2. Cette figure représente la coupe d'une galerie inclinée, dont la partie c g h d supposée pratiquée dans de mauvaise terre, a le ciel & les côtés entierement revêtus en charpente. La partie l n f e taillée dans le grais se soutient seule.

a Ouvrier chargé d'un faix & qui monte le long de l'échelle f e.

b Autre ouvrier qui fourre le bout de son faix sous un des boursons de l'échelle c d, afin de se garantir de quelque chose qu'il entend tomber au-dessus de lui.

Commentaires

  • C'est un texte compliqué destiné probablement à des spécialistes.

    Je dois avouer que certains termes me sont relativement étrangers, par exemples les mots suivants : culée, crabotage, pié, longuesse, manotte, tenure, étapliau, étendelle, grais, boursons...

    Au dictionnaire !

    Daniel

  • Le texte tiré de l'Encyclopédie a été rédigé par C M. Vialet, Ingénieur des ponts & chaussées de Caen, nommé à cette fonction en 1765. Il serait assez difficile de lui demander une réécriture de son exposé. Pour voir la page complète :
    http://enccre.academie-sciences.fr/encyclopedie/planche/v27-x30?p=v27-g254&vp=y&

Écrire un commentaire

Optionnel