Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Argonne ardennaise : des délégués toujours aussi peu nombreux à être motivés.

Le conseil de communauté du 3 juillet a été reporté, faute de quorum. La réunion du 10 juillet n'a pas attiré plus de délégués : ils étaient moins de 50 présents lors de ce deuxième round. Heureusement que le quorum n'était plus exigé ce soir-là.

Toutes les explications peuvent être données, l'exemple fourni par les absents est dommageable pour la démocratie. Les délégués communautaires ont été élus pour 6 ans en 2014, pour gérer une collectivité qui voit ses compétences prendre de l'ampleur au fil des ans.

Les prochaines élections sont fixées aux 23 et 30 mars 2020. Comment motiver les électeurs si les élus ne montrent pas plus d'enthousiasme à les représenter ?

Les présents n'ont pas vraiment montré un grand intérêt pour les questions débattues, les votes se faisant pratiquement toujours à l'unanimité, et souvent sans débat ou questionnement. Il faut dire que certains points étaient de pure forme, ainsi les votes concernant le Plan Local d'Urbanisme de Vouziers. Le Président Signoret a pu déclarer : "Si la ville concernée l'approuve, je ne vois pas de raisons de le rejeter". Si cette remarque semble de bon sens, on ne voit pas plus de raisons d'en débattre en conseil de communauté, si ce n'est de cocher une case au contrôle de légalité.

Quelques points à l'ordre du jour présentaient pourtant un certain intérêt :

On retira donc la validation de la première phase de mise en œuvre des sentiers de randonnée.

L'adhésion à l'entente intercommunale "Nous Argonne" a été validée, cette entente ne constitue pas une nouvelle structure, elle coordonne les actions argonnaises des communautés de communes concernées.

Le rapport du délégataire de la piscine communautaire n'a pas soulevé de remarque. Par contre, le conseil est revenu sur la tarification imposée au club nautique. Celui-ci se voyait facturer les lignes d'eau utilisées, pour un montant moyen de 35 000 € par an. Cet état de fait a mis le club devant des difficultés financières insurmontables, et a créé une distorsion de traitement avec les autres clubs sportifs. Le conseil a donc voté une participation de 50 % de la communauté, dans la limite de 21 000 €. Le club pourra ainsi poursuivre son activité au sein de l'équipement communautaire.

P1450430.JPG

Commentaires

  • La communauté de commune a de plus en plus de responsabilités et les élus sont de moins en moins présents. Ca ne présage rien de bon. Le beau temps, les récoltes ne sont que des excuses, en se faisant élire, ils savaient à quoi s'attendre. Si le barbecue est prioritaire face aux responsabilités, qu'ils démissionnent et ne se représentent pas !

Écrire un commentaire

Optionnel