Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Patrick Kabré est de retour dans les Ardennes

L'artiste burkinabé Patrick Kabré est de retour dans les Ardennes pour quelques jours. Nous organisons un concert dans un endroit "bio" à Bar lès Buzancy: La Fontaine qui Bruit!

Il aura lieu ce vendredi 19 août à 18h00 dans ce lieu magique.

Un fléchage est prévu.

N'hésitez pas à en parler autour de vous !

La fluidité du cours d'eau, la voix de l'artiste et la sérénité de l'endroit seront en harmonie...

Si vous avez besoin de bonnes énergies, n'hésitez pas ! Tous les éléments seront rassemblés.

La rémunération de l'artiste se fera au chapeau.

 

 

Face à une société en quête de stabilité sociale, il est nécessaire d’impliquer le jeune public dans le processus de lutte contre l’extrémisme violent. La musique, symbole de liberté et d’émancipation, en est le parfait support.

C’est pour cela que Patrick se déplace dans des écoles, au Burkina Faso ou en Europe, pour parler de tolérance et d'humanisme, mais aussi raconter le quotidien des personnes réfugiées . Objectif : faire prendre conscience aux plus jeunes qu'ils sont les acteurs de demain.

patri

En 2016, Patrick Kabré se rend dans le camp de réfugiés de Mentao (au nord du Burkina), où vivent plus de 10 000 Maliens (sur les 30 000 que compte le pays). Il y réalise un concert pour le jeune public. Cette expérience et les conditions de vie de ces populations vont le marquer profondément.

Soucieux d’apporter son aide, il cherche à développer des projets culturels afin d’interpeller l’opinion publique.

Cette même année, il rencontre Sidi, chanteur et danseur qui a fui le Mali pour trouver refuge au Burkina Faso. Il lui parle de son envie d'une création en hommage aux réfugiés. Il décide de l'intégrer dans le projet qui compte déjà des musiciens, des journalistes, des spécialistes, tous unis pour porter le message de cette cause universelle, pour changer, aussi, le regard sur les Touaregs, de plus en plus stigmatisés dans notre société.

 

Écrire un commentaire

Optionnel