Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le nord de l’Inde écrasé par des chaleurs inhumaines

Extraits de l'article de "Reporterre" publié le 29.04.2022 (signé par Côme Bastin)

La vague de chaleur qui frappe le pays depuis mars dévaste les récoltes et paralyse les grandes villes. Conséquence directe du changement climatique, de telles canicules vont devenir la norme en Inde, alertent les experts.

Encore plusieurs jours à tenir. Le département météorologique indien (IMD) a prédit que la vague de chaleur qui frappe actuellement le nord de l’Inde est partie pour durer. Les températures pourraient même « augmenter d’environ 2 °C dans la plupart des régions du nord-ouest de l’Inde, avant de chuter ».

Depuis deux mois, le thermomètre monte de façon anormale dans tout le nord de l’Inde. Le mois de mars a été le plus chaud enregistré depuis 122 ans. Il fait 45 °C dans l’Uttar Pradesh (240 millions d’habitants), dans le Madhya Pradesh (80 millions d’habitants) et dans le Rajasthan (70 millions d’habitants), une température record pour le mois d’avril de 48 °C a été relevée.

(...)

De tous les 50 ans à tous les 4 ans

Bien que plus supportable pour les habitants, la vague de chaleur frappe très fortement les régions himalayennes, laissant craindre en retour des inondations liées à la fonte des glaciers dans les prochaines semaines.

Longue et précoce, cette vague de chaleur est cependant loin d’être un phénomène exceptionnel en Inde. « Avant que les activités humaines n’augmentent les températures mondiales, nous aurions vu ce type de chaleurs en Inde une fois tous les 50 ans », détaille Mariam Zachariah, chercheuse au Grantham Institute de l’Imperial College de Londres. « Maintenant, nous pouvons nous attendre à des températures aussi élevées tous les quatre ans. »

« Si l’on continue sur cette trajectoire d’émission de gaz à effet de serre, il ne faudra plus parler d’adaptation mais d’acceptation du changement climatique », redoute Aditya Valiathan Pillai. « D’ici quelques décennies, une grande partie du nord de l’Inde pourrait devenir proprement inhabitable, provoquant une migration de centaines de millions de personnes à laquelle personne ne sait comment nous ferons face. »

ashwini-chaudhary-monty-ujzd7uq3pgs-unsplash.jpg

De jeunes pousses de canne à sucre sur une terre craquelée par la chaleur dans l’Uttar Pradesh. Unsplash / Ashwini Chaudhary

Écrire un commentaire

Optionnel