Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Résultats du premier tour des présidentielles à Vouziers

Comme dans les Ardennes, Marine Le Pen arrive en tête à Vouziers, avec un score impressionnant à Vrizy.

Macron et Mélanchon sont en dessous de leur score national.

Pécresse et Hidalgo ont des résultats très faibles, c'est l'effondrement des deux partis qui ont dirigés la France ces dernières décennies.

Le deuxième tour s'annonce serré, nous y reviendrons ultérieurement.

 

SDF

Bellevue

Chestres

Condé

Tourelles

Blaise

Vrizy

Terron

Total

Inscrits

651

504

147

128

849

92

253

99

2723

Votants

429

364

113

88

624

84

190

84

1976

Blancs

3

3

0

1

7

2

3

2

21

Nuls

5

6

0

1

6

1

1

1

21

Exprimés

421

365

113

86

611

81

186

81

1934

Arthaud

6

7

2

1

5

0

3

0

24

Roussel

11

11

5

4

20

1

4

1

57

Macron

100

89

25

16

165

31

50

31

507

Lassalle

14

10

3

6

13

4

7

4

61

Le Pen

150

131

41

27

184

18

76

18

645

Zemmour

22

24

12

13

26

10

14

10

139

Melanchon

56

40

17

10

104

9

14

9

259

Hidalgo

7

5

0

3

15

0

3

0

33

Jadot

12

10

3

2

17

3

2

3

52

Pécresse

25

17

4

1

41

3

7

3

101

Poutou

9

2

0

1

8

1

0

1

22

Dupont-Aignan

9

9

1

2

13

1

6

1

42

 

VOUZIERS

Pourcentage

Inscrits

2723

 

Votants

1976

72.5 (des inscrits)

Blancs

21

1  (des votants)

Nuls

21

1 (des votants)

Exprimés

1934

98 (des votants)

Nathalie Arthaud

24

1.2

Fabien Roussel

57

2.9

Emmanuel Macron

507

25.6

Jean Lassalle

61

3.1

Marine Le Pen

645

32.6

Éric Zemmour

131

6.6

Jean-Luc Mélenchon

259

13.1

Anne Hidalgo

33

1.7

Yannick Jadot

52

2.6

Valérie Pécresse

101

5.1

Philippe Poutou

22

1.1

Nicolas Dupont-Aignan

42

2.1

Commentaires

  • Le premier tour des élections présidentielles a désigné les mêmes candidats qu'en 2017.
    La question se pose de savoir quel pourrait être un bon choix lors du second tour.
    Je poste ici mes réflexions pour les soumettre aux avis de celles et ceux qui pourraient en avoir.
    Je précise que ma pensée chemine et que je ne sais pas encore ce que je déciderai le 24 avril.
    Il faut constater d'abord qu'un mouvement d'ampleur porte l'extrême droite à des scores jusqu'ici jamais atteints. L'addition des 3 candidatures de ce bord politique en fait la principale force politique du pays, c'est un fait durable que nul ne peut désormais considérer comme un soubressaut.
    Les partis historiques de gauche comme de droite sont anéantis.
    La gauche toutefois, si l'on rassemble tout ce qui s'y apparente est à un niveau équivalent au centre droit.
    Dans quinze jours, quatre options seront possibles : l'abstention, le vote Macron, le vote Le Pen et le vote blanc.
    Je crois à la valeur du vote, même si les candidatures ne sont pas celles de mon choix. J'élimine donc l'abstention.
    Le vote Macron signifie un acte II, très vraisemblablement renforcé par une majorité parlementaire importante. Les transfuges des Républicains vont être nombreux. Ils sonnent déjà à la porte.
    Dans cette perspective, la désaffection des citoyennes et des citoyens devant les affaires publiques risque de s'accroître. La gauche plus divisée que jamais va d'abord perdre du temps à chercher des responsabilités avant de constater sa totale impuissance. Les 30% des votantes et votants qui ont choisi l'extrême droite auront le choix entre le désespoir et la colère.
    Le vote Le Pen est seulement cité pour mémoire.
    Reste le vote blanc, s'il est massivement utilisé, sans réserve de voix, les deux candidats resteront au coude à coude.
    Si E. Macron l'emporte, son assise personnelle sera faible et l'on peut espérer qu'il en tire les conséquences et se montre moins « jupitérien », il sera plus difficilement perçu comme le rassembleur des droites. C'est l'hypothèse aujourd'hui la plus probable.
    Si c'est Le Pen qui l'emporte, les législatives qui suivront lui donneront très difficilement une majorité stable. L'extrême droite ne dispose pas des cadres qui lui permettrait aussi rapidement de présenter des candidatures crédibles à l'Assemblée Nationale. Elle aurait le choix entre gouverner par ordonnances ou composer avec l'Assemblée dans une politique de compromis à l'allemande. Gauche et droite se retrouveraient dans l'opposition, ce qui peut être une chance d'opérer une recomposition du paysage politique avec la nécessaire coopération que ces forces devraient mettre en œuvre au cours du mandat.

    J'attends vos réactions.

  • C'est déjà très difficile d'envisager un acte II de Macron, d'autant que le climat n'attend pas. Mais je n'ai pas envie de prendre le risque d'avoir l'extrême droite au pouvoir, même si le parlement peut lui mettre des bâtons dans les roues. A contre coeur, encore une fois, je mettrai un bulletin Macron dans l'urne. Et je continuerai à militer contre les atteintes aux droits, contre une politique libérale assumée (Macron ne subit pas les lobbies, il est des leurs), contre ses projets nucléaires, pour les libertés.

  • J'assume pleinement de contribuer à faire barrage à l'extrême droite en "votant" pour Macron, même si au regard de l'avance de ce dernier prévue par les sondages je pourrais éviter de me "compromettre" en espérant que d'autres le feront à ma place. Quant à jouer les apprentis sorciers en pariant sur le peu de cadres RN pour les législatives, c'est extrêmement risqué si l'on prend ne serait-ce que le seul exemple du vote des Ardennais au premier tour des présidentielles. Je ne ferai pas l'erreur d'analyse politique de mettre sur le même plan mon refus du libéralisme et celui de l'extrême droite (qui est d'ailleurs également libérale).

Écrire un commentaire

Optionnel