Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Et si l’on changeait de société ? Le collectif Plus jamais ça ! propose un « plan de rupture »

Extraits de l'article de Reporterre

Entre revendications sociales et écologiques, le plan de rupture présenté par le collectif Plus jamais ça, le 25 août à Nantes, comprend trente-six mesures pour une « transformation profonde de la société ».

C’est un plan de rupture en trente-six mesures qu’a présenté mercredi 25 août le collectif Plus jamais ça, à l’occasion de l’université d’été des mouvements sociaux organisée à Nantes du 24 au 28 août. Ce collectif regroupe une quinzaine d’organisations environnementales comme Greenpeace, France Nature Environnement (FNE), les syndicats CGT, Solidaires et la Fédération syndicale unitaire (FSU), mais aussi Oxfam, Attac ou la Confédération paysanne. L’objectif de Plus jamais ça, né dans la foulée du mouvement des Gilets jaunes, est « de donner à voir que l’écologie et le social sont une seule et même question » et que « les intérêts des travailleurs, des militants syndicaux et écologistes sont les mêmes », a rappelé Benoît Teste, secrétaire général de la FSU, lors d’une conférence de presse mercredi 25 août.

Plus d’un an après sa création, Plus jamais ça entend continuer à peser dans les débats nationaux et internationaux, avec en ligne de mire la COP26 , mais aussi les élections présidentielle et législatives . « Nous pensons qu’il est important de ne pas laisser l’extrême droite capter le débat avec ses thèmes sécuritaires et appuyer sur le malaise pour attiser les peurs », a expliqué Marie Buisson, secrétaire générale de la Fédération de l’éducation, la recherche et la culture de la CGT. Pour la présidentielle, Plus jamais ça a précisé ne pas souhaiter rencontrer chaque candidat ni « noter chaque programme », préférant « interpeller l’ensemble du monde politique ».

Les thématiques balayées dans le plan sont assez transversales, notamment la santé, les droits des femmes et celui des étrangers, le travail, l’agriculture ou encore la solidarité internationale. Alors que la crise liée au Covid-19 semble s’éterniser, les deux premières mesures de ce plan de rupture sont particulièrement d’actualité : la levée des brevets sur les vaccins et un plan d’urgence pour l’hôpital public et contre les déserts médicaux.

(...)

Les organisations réunies au sein de Plus jamais ça reconnaissent ne pas être d’accord sur tout. Dans un rapport intitulé Pas d’emplois sur une planète morte, elles avaient mis en avant, en complément des propositions communes, celles qui font l’objet de débats. Le nucléaire en particulier ne fait pas consensus au sein du collectif, de même que le revenu universel.

Mais cela ne les empêche pas de vouloir peser ensemble sur des dossiers où elles peuvent s’accorder. Par exemple, cette année, elles se sont mobilisées conjointement pour défendre la papeterie Chapelle-Darblay (Seine-Maritime) ou encore contre le plan de conversion ni social ni écologique de Total à Grandpuits (Seine-et-Marne). Ces derniers mois, une trentaine de collectifs locaux Plus jamais ça ont été créés un peu partout en France. « On ne l’avait pas prévu au départ et on est ravis aujourd’hui que ces collectifs nous nourrissent », s’est réjouie Aurélie Trouvé, porte-parole d’Attac. Elle a encouragé les participants de l’université d’été des mouvements sociaux et des solidarités à faire de même.

arton23398-7b3af.jpg?1630060465

Écrire un commentaire

Optionnel