Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sortir des pesticides, c’est possible !

Communiqué de la Confédération paysanne : Sortir des pesticides, nous, nous disons que c’est possible !

La Confédération paysanne réaffirme qu'il y a urgence à sortir des pesticides qui, années après années font mourir les paysannes et paysans et continuent de creuser le fossé entre notre profession et le reste de la société. Le Président Macron a déclaré hier, dans un exercice de communication d'autopromotion, que ce ne sera pas possible, finalement, de sortir à 100% du glyphosate en trois ans, à cause… des importations. Nous, nous lui disons que c'est possible ! Il suffit que le Président se saisisse des propositions de la Confédération paysanne pour permettre la sortie des pesticides et abandonne les outils de communication tel le « contrat de solutions » co-signé par les principales firmes phytopharmaceutiques qui vivent de la vente de ces pesticides.

Depuis des années, des pratiques de l'agriculture paysanne, de l'agroécologie, des techniques de désherbage mécaniques, les rotations de cultures, l'usage des préparations naturelles peu préoccupantes (PNPP*)… bref l'agronomie, sont utilisées, expérimentées, transmises entre paysan-ne-s lors de formations et d'échanges, au quotidien, portés par la Confédération paysanne pour réduire l'utilisation des pesticides de synthèse.

 

La généralisation de l'usage des pesticides est le symptôme d'un modèle agricole fondé sur le libre-échange, entraînant une compétition acharnée sur les coûts et les prix et donc une grande difficulté pour les paysan-ne-s à obtenir un revenu juste et stable. Sortir des pesticides présuppose donc une transformation de la condition économique faite aux paysan-ne-s, qui fait des pesticides une béquille au revenu.
C'est pourquoi, en parallèle de ces pratiques agronomiques, la Confédération paysanne revendique la fin des accords de libre-échange, la mise en place de clauses de sauvegarde et l'application de prix minimum d'entrée pour les fruits et légumes importés. C'est cet ensemble de propositions qui permettront, via la transition agricole permise par la PAC* et des politiques publiques volontaristes inscrites dans la durée, une réelle sortie des pesticides.
Les paysan-ne-s n'ont pas besoin de coup de com' ou de pseudo contrat de mauvaises solutions mais de véritables engagements politiques, économiques et agronomiques qui les accompagnent financièrement pour envisager et s'engager dans la sortie des pesticides. L'urgence de la réconciliation du monde paysan et des citoyen-ne-s, la reconquête de prix rémunérateurs, la meilleure qualité de vie des paysan-n-es méritent mieux que des écrans de fumée, destinés à masquer l'incapacité des pouvoirs publics et les manœuvres des tenants du système de dépendance des paysan-ne-s à l'agro-industrie. Il est temps d'ouvrir de nouveaux horizons pour notre métier !

Illsutration_pesticides.JPG

Écrire un commentaire

Optionnel