Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Bilan RTE 2017 : stabilité de la consommation d’électricité mais hausse des émissions de CO2

Communiqué de l'ALE 08

Alors que la consommation d’électricité est stable, que la production d’énergie renouvelable augmente et que des centrales thermiques ferment, les émissions de CO2 liées à la production électrique sont en hausse.

En 2017, pour la 7ème année consécutive, la consommation d’électricité, corrigée des aléas climatiques, est stable à 475 TWh (hors secteur de l’énergie).

Pourtant, la production d’électricité s’est accompagnée d’une hausse des émissions de CO2 de 20,5 %.

Dans son bilan annuel, le RTE (Réseau de Transport de l’Electricité) en donne les raisons :

- une forte baisse de la production hydraulique
- une sollicitation de centrales thermiques fossiles pour répondre à la pointe hivernale
- une légère baisse de la production d’origine nucléaire

La baisse des productions hydraulique et nucléaire n’a fait qu’accentuer les effets de la pointe hivernale liée au chauffage électrique qui reste le véritable problème (NDLR).

1-7.png?docid=1967&doctype=

Ainsi, bien que les moyens de production d’énergie renouvelable soient à la hausse, notamment l’éolien et le solaire, la part de la consommation d’électricité qu’ils couvrent a baissé de 6,6 %.

Le taux de couverture de la consommation électrique par les énergies renouvelables passe ainsi de 19,7 % en 2016 à 18,4 % en 2017. Pour rappel, la loi de transition énergétique d’août 2015 a fixé les objectifs pour ce taux à 40 % pour 2030.

Efforçons nous d’économiser l’électricité et d’accentuer le développement de l’électricité renouvelable.

 

Note additionnelle de l'An Vert : il faut cependant relativiser les variations mentionnées ci-dessus. Par exemple l'augmentation de 45% de la part du fioul représente 1,3 TWh , alors que la baisse de 1,3% du nucléaire représente 4,9 TWh.

D'autre part, la baisse de la production de la part hydraulique est conjoncturelle (année de sécheresse), et ne représente donc pas une tendance sur le long terme.

 

Energie produite TWh Variation 2017/2016 Part de la production
  Production nette 529,4 -0,4% 100,0%
  Nucléaire 379,1 -1,3% 71,6%
  Thermique à combustible fossile 54,4 +20,0% 10,3%
  dont charbon 9,7 +33,1% 1,8%
  dont fioul 3,8 +45,3% 0,7%
  dont gaz 40,9 +15,4% 7,7%
  Hydraulique 53,6 -16,3% 10,1%
  dont renouvelable 48,6 -18,0% 9,2%
  Eolien 24,0 +14,8% 4,5%
  Solaire 9,2 +9,2% 1,7%
  Bioénergies 9,1 +4,1% 1,7%
  dont renouvelable 7,0 +5,4% 1,3%

 

Écrire un commentaire

Optionnel