Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les traditions doivent-elles se perpétuer ?

Une activité traditionnelle n'est ni bonne ni mauvaise du simple fait qu'elle existe depuis des générations. Maintenir une pratique ancestrale ne peut se justifier que si elle représente un intérêt culturel ou économique, et qu'elle se trouve compatible avec les valeurs éthiques actuelles.

L'exemple récent d'un massacre de masse de dauphins illustre tragiquement le non-sens d'une tradition maintenue coûte que coûte. Voici la réaction de Lamya Essemlali, présidente de Sea Shepherd France à cet événement :

"Le massacre innommable de la nuit dernière est un crime contre le Vivant et une honte pour l'Humanité."

Hier soir, un super pod de 1428 dauphins à flancs blancs a été repéré au large de l’archipel. Le responsable local des grinds en charge d’autoriser ou non les chasses n’a pas été informé. C’est donc sans son accord qu’un autre responsable, pourtant non habilité à permettre ce grind, a donné l’autorisation d’encercler puis de faire parcourir plus de 40 kilomètres à ce groupe de 1428 dauphins pour les rabattre sur une plage et les tuer sans en épargner un seul dans un chaos sans pareil.

Il s’agit du pire massacre documenté aux îles Féroé. Certains dauphins ont été broyés par les pales des bateaux, d'autres ont été découpés vivants...

Un massacre effroyable qui a poussé des locaux à dénoncer le responsable de ce massacre qui a coûté la vie à 1428 dauphins. Des voix commencent à s’élever sur ces îles où très peu s’exprimaient sur ce sujet jusqu’à maintenant.

Le responsable local a annoncé qu’il n’aurait jamais autorisé ce grind s’il avait été mis au courant.

Depuis 2016, les navires de Sea Shepherd sont interdits dans les eaux des îles Féroé. En 2014 et 2015, nous avons réussi à sauver de nombreux groupes de dauphins en les repoussant vers le large avec nos bateaux. Des frégates militaires du Danemark sont alors intervenues pour nous maintenir à distance et nous empêcher de faire sortir les dauphins des fjords, leur épargnant une mort atroce.
Le Danemark est pourtant signataire des conventions de protection des mammifères marins et tuer un dauphin volontairement dans les eaux danoises est illégal. Pourtant, la Communauté européenne continue de fermer les yeux sur ces actes criminels.

Grindcouvsite.jpg

Commentaires

  • Un mal qui répand la terreur, (...) faisait aux animaux la guerre.

  • Les "traditions" ont bon dos. Ces pratiques doivent cesser ! Go Sea Sheperd !

Écrire un commentaire

Optionnel