Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Russie : Alexeï Navalny, prisonnier d’opinion après son arrestation à Moscou

Le 17 janvier, Alexeï Navalny a été interpellé par les autorités russes dès son arrivée à l’aéroport de Moscou. L’opposant russe revenait de plusieurs mois passés en Allemagne, où il avait été soigné à la suite d’un empoisonnement. Il a été placé en détention provisoire pendant 30 jours.

Militant politique, à l’initiative de la Fondation anticorruption et auteur de nombreuses investigations, Alexeï Navalny a dénoncé la corruption qui règne parmi les hautes sphères du pouvoir en Russie. Il y a 5 mois, il a failli mourir. Il a survécu à un empoisonnement - ce qui a depuis été confirmé de manière indépendante - effectué à l’aide d’un agent neurotoxique de type Novitchok, le 20 août 2020. Après avoir reçu des soins à Berlin, il a décidé de revenir à Moscou, malgré le risque d’une arrestation. A son arrivée à l’aéroport, il a été immédiatement arrêté.

Acharnement

Les autorités russes ont orchestré une campagne impitoyable contre Alexeï Navalny. Un acharnement pour réduire au silence une voix importante de l’opposition. Alors qu’il était en convalescence en Allemagne, les services pénitentiaires russes ont exigé qu’il soit emprisonné pour violation d’une condamnation pénale fondée sur des accusations à caractère politique. Le 17 janvier, il a été arrêté pour des accusations de fraude forgées de toutes pièces. Une arrestation motivée politiquement.  

L’arrivée d’Alexei Navalny à l’aéroport de Moscou a été gérée comme une opération de sécurité de grande envergure : des centaines de policiers étaient mobilisés pour procéder à son arrestation. Les autorités sont même allées jusqu’à détourner son vol vers un autre aéroport. Les forces de sécurité russes ont aussi arrêté ou délogé les partisans d’Alexeï Navalny ainsi que des journalistes présents.   

Placé en détention pendant 30 jours

Au lendemain de son arrestation, un juge a été conduit au poste de police où il se trouvait pour se prononcer sur la détention d’Alekseï Navalny. On lui a refusé l'accès à son avocat et aucun média indépendant ou membre du public n’était présent pour assister à cette « audience ». Le juge a décidé de le placer en détention provisoire pendant 30 jours. Une parodie de justice. 

Prisonnier d'opinion

En arrêtant l’opposant du Kremlin, les autorités russes cherchent à réduire Alexeï Navalny au silence.  A cause de son militantisme politique pacifique, Alexeï Navalny est privé de son droit à la liberté d’expression. L’arrestation arbitraire d’Alexei Navalny fait de lui un prisonnier d’opinion.

Nous demandons sa libération immédiate et appelons une nouvelle fois les autorités russes à ouvrir une enquête sur l’empoisonnement dont il a été victime. Les autorités russes doivent mettre un terme à leur campagne d’intimidation et de répression contre les opposants politiques.

file7bywtu11l8lwxbinke.jpg

Écrire un commentaire

Optionnel