Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L’ancien président Lula vient d’être libéré

Extraits de l'article de  Guy Pichard, Rachel Knaebel

C'était la fin de l’après-midi au Brésil quand Lula, l’ancien président brésilien, a été libéré de prison ce 8 novembre à Curitiba (en photo ci-dessus avec, à droite, sa nouvelle compagne, la sociologue Rosângela da Silva). Il était incarcéré depuis avril 2018, suite à une condamnation à 12 ans de prison pour des accusations de corruption largement contestées. Sa condamnation avait été prononcée sur la base de preuves relativement fragiles. Le juge, Sergio Moro, qui a condamné Lula, l’empêchant de se présenter à l’élection présidentielle qui a suivi, est devenu quelques mois plus tard le ministre de la Justice de Jair Bolsonaro, le président d’extrême droite élu.

(...)

Incarcéré, Lula n’avait pas pu concourir aux élections présidentielles d’octobre alors qu’il était largement favori dans les sondages. C’est finalement le candidat d’extrême droite Jair Bolsonaro qui a été élu président. Bolsonaro a ensuite nommé comme ministre de la Justice le juge Sergio Moro, celui-là même chargé de l’enquête impliquant Lula. En juin, le site d’informations The Intercept Brasil a révélé des conversations du juge Moro sur Telegram qui étayent largement l’hypothèse d’une manipulation politico-judiciaire pour exclure l’ancien président de gauche de la scène politique.

Samedi, Lula se rendra au siège du syndicat des métallurgistes de la banlieue de São Paulo pour prononcer un discours. C’est là qu’il a commencé sa carrière politique, à la fin des années 1970. C’est là qu’il avait passé 24 heures entouré de milliers de soutiens avant d’être envoyé en prison. Des procès impliquant Lula et des responsables de son ancienne administration sont toujours en cours.

arton7565.jpg?1573299756

1-12.jpg?1573261795

Les milliers de personnes venues accueillir Lula à sa sortie de prison le vendredi 8 novembre à Curitiba, dans le sud du Brésil. ©Guy Pichard

Écrire un commentaire

Optionnel