Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Projet commercial : on prend les mêmes et on recommence

Une impression de déjà vu se dégageait lors des débats du conseil municipal de ce mardi, pendant la discussion sur l'implantation d'un projet commercial en périphérie. Le 26 février dernier, les élus avaient étudié un dossier présenté par investisseur, qui prévoyait de créer plusieurs cellules commerciales près du supermarché Aldi. Il avait été décidé de saisir la commission départementale d'aménagement commercial (CDAC) afin de rassembler des arguments précis sur les conséquences de cette arrivée sur le commerce de centre-ville.

Mais cette saisie a été faite hors délai, et le porteur de projet a modifié sa demande de permis.

La question est donc revenue sur le devant de la scène, avec la même interrogation sur le bien-fondé de cette arrivée.

Le projet n'a pas été présenté en détail, mais il apparaît que la nouvelle version compte le même nombre de cellules commerciales, mais que la surface de plancher a été divisée par 3. Le retrait d'un projet de pharmacie et d'un restaurant expliquerait cette distorsion.

Le Maire et son équipe municipale souhaitent saisir à nouveau la CDAC, mettant en avant le risque de "mettre en péril le tissu commercial existant du centre-bourg, des grandes surfaces à proximité immédiate et des communes avoisinantes". C'est presque mot pour mot l'argumentaire utilisé en février dernier.

De son côté, Frédéric Courvoisier-Clément a repris également son raisonnement, en doutant de la pertinence de l'analyse de la CDAC. Il réitère son interrogation antérieure sur l'intérêt de créer une zone puis de décourager le premier investisseur qui se présente pour s'y implanter.

Finalement, l'appel à la CDAC a été validé à la grande majorité avec 3 votes en abstention.

Parmi les autres points à l'ordre du jour, on retiendra :

L'information donnée par le Maire sur les rentrées scolaires de septembre et de novembre, cette dernière se faisant au nouveau pôle scolaire. Les modalités de transports et de restauration ont été précisées.

La modification du périmètre de protection pour l'église Saint-Maurille .

Le marché de la rue de Prague à Terron est attribué à l'entreprise SADE pour 409 840 €.

Les travaux de la mairie devraient être terminés en juillet prochain.

Les subventions aux associations sportives ont été votées.

Un règlement a été validé pour le marché hebdomadaire.

P1440078.JPG

 

 

Commentaires

  • Il me semble intéressant de revenir sur deux éléments de ce dernier conseil municipal :

    Tout d’abord, par rapport au projet pour la zone commerciale, si le conseil municipal a eu à nouveau à se prononcer sur la saisie de la Commission Départementale d’Aménagement Commercial, c’est parce que le premier permis de construire qui a été déposé a été retoqué du fait qu’il ne respectait pas les règles en matière d’accessibilité (propos du maire). Je pense que cela démontre qu’il serait intéressant d’avoir à Vouziers une structure pour accompagner juridiquement et administrativement les porteurs de projets.
    Sur le fond de ce sujet, c’est assez délicat. En effet, ce n’est pas tous les jours que nous avons des potentiels investisseurs sur Vouziers. De plus, cela peut permettre la création d’emplois. Cependant, il est prévu que ce bâtiment accueillerait une boulangerie. Or, a-t on vraiment besoin d’une boulangerie supplémentaire à Vouziers ?

    Le deuxième point que je trouve intéressant d’aborder, c’est l’intervention de l’un des élus de la majorité qui a évoqué qu’il était dommage que les dossiers « soient bouclés » avant même d’avoir été mis à la connaissance des conseillers municipaux ainsi que du manque de concertation avec la population.
    C’est ici la question démocratique qui apparaît. Force est de constater que la population n’a pas été beaucoup associée aux prises de décisions ces six dernières années, notamment pour le projet de la commune nouvelle ou du pôle scolaire. Pourtant, de nombreux outils existent : permanences des élus, réunions publiques, conseils de quartier, budget participatif, … . Cette question devra, à mes yeux, être abordée lors des prochaines municipales …

Écrire un commentaire

Optionnel