Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Contre le G7, les altermondialistes organisent un sommet « démocratique et ouvert »

Extraits de l'article de "Reporterre"

(...)

La côte basque se prépare à une fin de mois d’août inhabituelle. Pour l’accueil des sept chefs d’État, Biarritz sera rendue inaccessible à qui ne détient pas le précieux sésame, un badge délivré par les autorités. La ville sera divisée en deux zones : la rouge, dans laquelle les habitants ne pourront pas laisser de véhicule garé ni se déplacer autrement qu’à pied ; et la bleue, dans laquelle seules les voitures ayant passé une fouille pourront entrer. Les personnes souhaitant manifester leur opposition au sommet et les touristes qui voudront déplier leurs serviettes sur la plage seront priés de le faire ailleurs.

Trump, Merkel, Macron, Trudeau, Conte, Abe et le nouveau Premier ministre anglais, Boris Johnson, se réuniront dans la cité balnéaire basque du 24 au 26 août. « Derrière son charme suranné, le G7 est une arme de séduction massive pour imposer idéologiquement un capitalisme de plus en plus brutal, ont dénoncé de nombreux opposants dans une tribune publiée par Reporterre. Tous s’accordent sur l’essentiel : perpétuer un système au service des plus riches et des multinationales, se nourrissant de l’exploitation du travail et du vivant. »

La thématique retenue pour cette édition 2019 — « La lutte contre les inégalités » — est perçue comme une provocation par les opposants, pour qui le système défendu par les sept chefs d’État est « de plus en plus injuste et destructeur du vivant ». Aurélie Trouvé, représentante de l’association altermondialiste Attac, déplore le « cynisme » des dirigeants : « Nous refusons les deux aspects du rouleau compresseur du G7, avec d’un côté les politiques néolibérales incarnées par Macron, et de l’autre les politiques racistes que prônent Trump ou Salvini. » Laurent Thieulle, membre de la plateforme G7 Ez ! (Non au G7 !, en basque), est de cet avis : « C’est hallucinant qu’un chef d’État misogyne comme Trump puisse se targuer de discuter de l’égalité homme/femme ou que Macron, qui dégrade le Code de l’environnement et ne respecte pas l’Accord de Paris, veuille donner des leçons d’écologie. Nous sommes là pour affirmer que ceux qui ont des solutions à ces problèmes ne sont pas dans les gouvernements. »

(...)

« La construction d’un autre monde est possible et urgente », revendiquent de concert les deux plateformes. Le contre-sommet a été pensé comme une vitrine pour présenter des solutions et s’ouvrira sur un « village des alternatives », du 21 au 23 août. Au programme : plus de 70 conférences, ateliers et activités culturelles axées sur sept thématiques centrales des luttes. Les opposants seront accueillis dans un ancien centre de vacances, sur la corniche d’Urrugne, à quelques encablures du centre d’Hendaye. Le campement pourra héberger jusqu’à 10.000 personnes.

Alternatives G7 et G7 Ez ! revendiquent plusieurs modes d’action, tous pacifistes : le débat d’idées et la proposition d’alternatives, l’organisation de manifestations de masse, et des actions de désobéissance civile. Les organisateurs du contre-sommet appellent ainsi à une grande manifestation à Hendaye, le samedi 24 août. Pour le lendemain, des lieux de rassemblement nommés « zones arc-en-ciel » ont été définis à proximité de l’épicentre du sommet, afin d’enserrer les zones de sécurité bleue et rouge instaurées par les services de l’État. Les points choisis sont situés dans la zone d’interdiction de manifester établie par la préfecture, mais les rassemblements ne tombent pas sous le coup de la loi.

Une initiative parallèle, G7 blokatu, appelle à des actions de désobéissance civile dans le but de perturber le déroulé du sommet par des actions de blocage. Et un autre acteur s’ajoute, cette année, aux organisations de gauche et altermondialistes habituées des contre-sommets : les Gilets jaunes. Certains ont intégré la plateforme locale et un appel à tous les Gilets jaunes de France a été lancé pour leur proposer de rejoindre les manifestations.

(...)

r_p1000927-76b10.jpg?1563809945

La tête de la manifestation contre le sommet du G7, samedi 13 juillet.

Écrire un commentaire

Optionnel