Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Muriel Pénicaud, directrice de l’OIT ?

Publié par "Politis" le 06.10.2021

Le gouvernement a annoncé le 30 septembre la candidature de Muriel Pénicaud à la direction générale de l’Organisation internationale du travail (OIT). L’ex-ministre du Travail, de mai 2017 à juillet 2020, s’est illustrée par un détricotage en règle duthumbnail_wide_medium-43643.jpg code du travail, un rétrécissement sans précédent des droits syndicaux, le plafonnement des indemnités pour licenciement abusif aux prud’hommes et la baisse drastique des allocations-chômage pour les travailleurs précaires. La France voit donc en elle le profil idéal pour diriger le vaisseau de l’ONU chargé de défendre les droits des travailleurs et œuvrer à « la construction d’un nouveau contrat social » à l’échelle planétaire.

Ironie de l’histoire, Muriel Pénicaud fait l’objet d’une plainte déposée par des syndicats d’inspecteurs du travail, devant le bureau international du travail, l’organe permanent de l’OIT, pour des accusations d’entrave à leur indépendance pendant la première vague de covid. Elle avait multiplié les pressions pour que l’activité se poursuivre dans les entreprises malgré la pandémie, en demandant aux inspecteurs de mettre en sourdine leur mission de protection. Ses services sont allés jusqu’à mettre à pied un inspecteur du travail, coupable d’avoir saisi la justice à propos de l’absence de protection dans une association d’aide à domicile. La candidature de Mme Pénicaud a donc été accueillie comme « une nouvelle provocation » par la CGT du ministère du Travail. Le vote doit départager les 4 candidatures déposées, en mars, au sein du conseil d’administration de l’organisation.

thumbnail-34274.jpg

Politis  1674 du 06/10/2021

 

Écrire un commentaire

Optionnel