Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

SOS Stocamine – Héritage empoisonné !

Article publié le 16.08 sur le site de Bure 

Stocamine, c’est :

- 42 000 tonnes de déchets ultimes contenant de l’arsenic, du cyanure, des pesticides et probablement des déchets radioactifs.
- une réelle menace pour la nappe phréatique qui alimente des millions de personnes en Alsace, en Allemagne et en Suisse. Les études montrent qu’elle sera gravement polluée d’ici 70 à 300 ans.
- un passage en force de la ministre de l’écologie pour sceller la mine plutôt que d’extraire les déchets afin de les traiter en surface ! La plupart des élu.e.s alsacien.ne.s étant opposé.e.s à l’enfouissement définitif.
- une urgence de se mobiliser car tout est en place pour le bétonnage en septembre !

Pour ça, RDV aux rayonnantes à Bure lundi 23 août à 10h pour en savoir plus ! 

Dans le sud de l’Alsace, à Wittelsheim près de Mulhouse, 44000 tonnes de déchets toxiques ont été enfouis à la fin des années 90 dans le site Stocamine. Les industriels ont creusé de nouvelles galeries sous les cavités des anciennes mines de potasse d’Alsace afin de se débarrasser de déchets ultimes contenant de l’arsenic, du cyanure, du mercure, des pesticides… Certains contiendraient même probablement des déchets radioactifs d’après Cécile Germain-Ecuer, élue à la Région Grand Est. Cet enfouissement était censé être provisoire. En effet, le préfet du Haut-Rhin, en 1997, avait signé un arrêté stipulant que « l’autorisation est accordée pour une durée maximale de 30 ans et qu’à l’expiration de cette durée, les déchets doivent être retirés ».

Puis un dangereux incendie s’est déclaré en 2002 occasionnant la fermeture du site. Entre 2014 et 2017, 2000 tonnes de déchets mercuriels ont été déstockés, ramenant la quantité de déchets actuels à 42000 tonnes.

Le 18 janvier dernier, la ministre de l’écologie Barbara Pompili a décidé de sceller la mine, condamnant ainsi la nappe phréatique à une pollution d’ici 70 à 300 ans d’après des études d’hydrogéologie. Cette réserve d’eau alimente des millions de personnes en eau en Alsace, en Suisse et en Allemagne.

Le 12 juillet dernier avait lieu la réunion du Comité de Suivi de Site (CSS) à laquelle un nombre limité de militant.e.s a pu participer. Les autres restant devant la salle avec banderoles et sous surveillance de la gendarmerie ainsi que des services de renseignements. Le préfet n’a « pas souhaité la présence de la presse pour avoir un débat apaisé sans effet de manche ». Pourtant l’objectif d’une CSS est de « Promouvoir l’information du public sur les conséquences en matière d’environnement et de santé humaine » ! Les élus pro enfouissement et le préfet ne veulent donc pas que ce dossier soit médiatisé… Cette réunion composée du vice-président de la région, du préfet, du sous-préfet, des assos environnementales et de la directrice de Stocamine a abouti à la conclusion que la mine va être scellée…

D’après des infos, le chantier pour sceller la mine doit avoir lieu en septembre et durer 6 mois. Sur le site, aujourd’hui, l’entreprise Bouygues – qui a remporté le marché – est en train de monter la centrale à béton, afin de couler 130 000 m3 de béton qui serait produit sur place.

Mais le béton n’est pas encore coulé ! Et le projet n’est même pas approuvé par la Région Grand Est, la Collectivité Européenne d’Alsace et la majorité des élu.e.s alsacien.ne.s ! La ministre et son bras armé le préfet veulent passer en force mais nous ne les laisserons pas faire ! Il faut que l’Etat prenne ses responsabilités et organise le déstockage de ces déchets afin de les traiter en surface et ainsi protéger la réserve d’eau souterraine.

signal-2021-08-05-190225-3-3cc5c.jpg?1629048666

Écrire un commentaire

Optionnel