Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les feux autour de Tchernobyl pourraient menacer le dépôt de déchets radioactifs

Publié par Reporterre le 14.04.2020.

Le feu continue à parcourir la « zone interdite » autour du réacteur de Tchernobyl, accidenté en 1986 et à l’arrêt depuis 2000. Un haut responsable des services d’urgence a déclaré qu’il n’y avait « aucune menace » pour la centrale ou ses installations de stockage, tandis que le vice-ministre de l’intérieur Anton Gerashchenko a insisté : « Tout ira bien ».

Mais il est à craindre que les incendies aient pris une ampleur considérable. Greenpeace Russie a déclaré que l’un d’entre eux se trouvait à un kilomètre de l’usine elle-même. La branche russe de l’ONG, citée par Reuters, a déclaré que le plus grand incendie couvrait 34.000 hectares, tandis qu’un second incendie, à un kilomètre seulement de l’ancienne usine, avait une superficie de 12.000 hectares. Bien que les incendies soient fréquents dans la région, Greenpeace a déclaré que cela pourrait être le pire depuis des décennies.

Les services d’urgence continuent de lutter contre l’incendie. L’Ukraine a envoyé des centaines de pompiers ainsi que des avions et des hélicoptères.

Les responsables à Kiev affirment qu’il n’y a pas lieu de s’alarmer. Dans un post sur Facebook, M. Geraschenko a appelé au « calme, seulement au calme », insistant sur le fait que l’énorme structure en béton construite pour recouvrir l’ancien réacteur nucléaire - appelé « sarcophage » - était sûre et qu’il n’y avait « aucun changement » dans les niveaux de radiation.

arton20156-fb623.png?1586852179

Les efforts pour contenir l’incendie sont compliqués par la catastrophe, a-t-il dit. Les pompiers ne peuvent pas creuser de tranchées profondes dans le sol pour les coupe-feu car des particules radioactives pourraient être exposées, mais les avions ont plutôt largué d’énormes volumes d’eau sur les incendies.

« La tâche des sauveteurs est d’empêcher la propagation du feu aux infrastructures critiques. Et ils s’acquitteront de cette tâche ! » a écrit M. Geraschenko. « S’il vous plaît, n’interférez pas avec leur travail. Ne répandez pas de faux, de mensonges et d’absurdités. Tout ira bien. »

Mais d’autres observateurs disent que la situation est bien pire. Sergiy Zibtsev, chef du Centre régional de surveillance des incendies en Europe de l’Est, a déclaré à l’agence de presse AFP que l’incendie était devenu « super-nuageux » et « imprévisible ».

Le tour-opérateur local Yaroslav Emelianenko a déclaré qu’un incendie avait atteint Pripyat, qui desservait la centrale. Il a déclaré qu’il n’était plus qu’à 2 km de l’endroit où étaient stockés les déchets les plus dangereux de l’usine. « La situation est critique », a-t-il écrit sur Facebook.

M. Emelianenko a également déclaré que si le feu s’étendait à Pripyat, ce serait un désastre économique, car les visites touristiques supervisées fournissent des revenus précieux.

En 2018, plus de 70 000 personnes ont visité la ville. L’année dernière, ce chiffre était encore plus élevé, après le succès d’une mini-série de HBO sur la catastrophe.

- Source et photos : BBC

le_re_acteur_vu_du_ciel_v_1-4a30d.png?1586852151

Le réacteur recouvert de son sarcophage, au milieu de la zone interdite. Image prise avant les feux qui ont commencé le 4 avril.

Écrire un commentaire

Optionnel