Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Contre les moustiques, faites une place aux hirondelles !

logo_lpo.svgUne seule hirondelle peut en manger 3000 par jour ! Découvrez quelques gestes pratiques pour faire (re)venir chez vous ces oiseaux menacés.

En France, on trouve cinq espèces d’hirondelles, toutes migratrices : celles que vous reconnaitrez le plus souvent sont l’Hirondelle rustique et l’Hirondelle de fenêtre, à ne pas confondre avec le Martinet noir, un peu plus grand et entièrement noir. Vous êtes désormais nombreuses et nombreux à laisser une place chez vous à ces voltigeuses, une simple planchette posée sous le nid suffisant à éviter les salissures.

Que ce soit par amour de la nature, pour faire découvrir à vos enfants le spectacle comique des jeunes hirondelles sortant la tête du nid, ou encore par fascination pour le ballet gazouillant des adultes au crépuscule, les raisons de l’aider sont multiples.

Mais les hirondelles sont aussi des insectivores voraces, en particulier quand elles ont une niché à nourrir ! Elles réduisent donc les populations de mouches, moustiques, taons, pucerons…

En France, on trouve cinq espèces d’hirondelles, toutes migratrices : celles que vous reconnaitrez le plus souvent sont l’Hirondelle rustique et l’Hirondelle de fenêtre, à ne pas confondre avec le Martinet noir, un peu plus grand et entièrement noir. Vous êtes désormais nombreuses et nombreux à laisser une place chez vous à ces voltigeuses, une simple planchette posée sous le nid suffisant à éviter les salissures.

Que ce soit par amour de la nature, pour faire découvrir à vos enfants le spectacle comique des jeunes hirondelles sortant la tête du nid, ou encore par fascination pour le ballet gazouillant des adultes au crépuscule, les raisons de l’aider sont multiples.

Mais les hirondelles sont aussi des insectivores voraces, en particulier quand elles ont une niché à nourrir ! Elles réduisent donc les populations de mouches, moustiques, taons, pucerons…

En favorisant la venue des hirondelles, Bègles fait le choix d’une solution écoresponsable

C’est fort de ce constat que la mairie de Bègles (en Gironde), en collaboration et avec les conseils de la LPO Aquitaine, va installer une centaine de nichoirs pour les hirondelles et les chauves-souris. Une aide à l’achat est aussi prévue pour les habitants volontaires, qui pourront ainsi s’équiper d’un nichoir à prix réduit. Des corridors de biodiversité seront également recréés, le milieu urbain en manquant souvent.

Les proliférations de moustiques que connait la ville devraient bientôt être un mauvais souvenir, sans avoir eu à épandre un gramme de produits phytosanitaires ! C’est une très bonne chose, ces produits étant l’une des principales causes de disparition en France des oiseaux ces trente dernières années. D’ailleurs, cette tendance se poursuit-elle cette année ?

Les hirondelles reviennent effectivement moins nombreuses

On constate depuis le suivi régulier des populations d’hirondelles du territoire un effondrement similaire à celui des oiseaux des champs. Les causes ? Avant tout, l’usage intensif de pesticides (les hirondelles sont insectivores) et la perte de sites de nidification, dû à l’absence d’anfractuosité dans les bâtiments (neufs comme anciens) et aux destructions des nids. Le remembrement a aussi un impact négatif : supprimant haies et roselières, il détruit des zones riches en insectes et prive les hirondelles de la possibilité de venir boire dans les roselières.

Le bilan du suivi des populations d’hirondelles d’Aquitaine vient d’ailleurs d’être publié, les tendances de l’année dernière vont-elles se confirmer ? L’Hirondelle de fenêtre avait réussi à maintenir ses effectifs, mais l’Hirondelle rustique avait occupé moins d’un nid sur cinq !

Face à ce triste bilan, chacun peut agir.

Comment venir concrètement en aide aux hirondelles ?

Vous pouvez commencer par découvrir comment se passer des pesticides dans nos fiches « Zéro-phyto » : plus d’insectes, c’est plus de nourriture pour les hirondelles et leurs nichées !

Dès leur retour, les hirondelles mâles cherchent d’ailleurs le meilleur lieu pour nicher, le mieux étant de réutiliser un nid de l’année précédente qui a fait ses preuves ! Il ne faut donc pas détruire les nids, même après le départ des hirondelles : ce geste grave à l’encontre d’une espèce protégée est d’ailleurs puni par la loi (article 411-1 du Code de l’Environnement, aux sanctions prévues par l’article 415-3). Contactez plutôt votre LPO locale, qui saura vous aidez à concilier la présence de ces charmants volatiles avec vos activités, des travaux par exemple. Si vous êtes propriétaire, gestionnaire HLM ou constructeur, n’hésitez pas à consulter nos publications pour une intégration astucieuse de la biodiversité à votre bâti.

Le couple va ensuite construire le nid ou renforcer celui de l’année précédente, et a alors besoin de boue, de pailles, de plumes… Pourquoi ne pas lui laisser un coin de terre argileuse mouillée, voire investir dans un bac à boue ? Vous aurez alors le plaisir de les voir faire soigneusement des petites boulettes de terre, parfois mêlées d’herbes sèches que vous pouvez disposer non loin.

Vous avez les moyens et l’envie d’investir pour les hirondelles ?  Achetez un nid pour Hirondelle rustique sur notre boutique : simple de pose et d’entretien, vous évitez aux hirondelles qui viennent de rentrer de migration d’avoir à dépenser leurs forces à la construction d’un nid. Elles pourront nicher plus tôt donc plus longtemps, et auront plus d’énergie à consacrer à leurs petits !

Vous habitez en ville et n’avez qu’un balcon à disposition ? Vous pouvez toujours entretenir une vasque d’eau peu profonde (une soucoupe de pot de fleur fait l’affaire). Les oiseaux pourront ainsi se désaltérer, se nettoyer et rafraichir leur couvée en cas de fortes chaleurs.

Besoin de plus de conseils, vous avez une question près de chez vous ?

Contactez votre LPO locale ! Par téléphone ou par mail, nous serons à votre écoute au plus près de chez vous. Peut-être l’occasion d’en savoir plus sur l’activité de ces passionnés de nature, et découvrir notre action locale pour la vie sauvage. N’hésitez plus, appelez-nous !

hirondelle_fenetre1060587_fabricecroset_650.jpg

Hirondelle de fenêtre (Delichon urbicum) - Crédit photo : Fabrice Croset

Écrire un commentaire

Optionnel