Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Affaire Pegasus : quelles avancées depuis le scandale des révélations ?

L’affaire Pegasus a été un événement majeur au début de l’été : une semaine de révélations, d’une ampleur mondiale, sur un système de cybersurveillance ciblée. Depuis, que s’est -il passé ? Des mesures ont-elles été adoptées ? Quelles sont les réponses apportées par les Etats ? Y-a-t-il eu de nouvelles révélations ? Décryptage.

 

Fin juillet 2021, le Projet Pegasus dévoile un scandale de surveillance numérique ciblée mondiale : le logiciel de pointe de la société israélienne NSO Group, a été vendu à des Etats qui ont utilisé Pegasus pour cibler illégalement des journalistes, des militants, des avocats ou des responsables politiques. Un outil théoriquement prévu pour la lutte contre le terrorisme et le crime organisé, mais détourné pour espionner. Parmi les clients de NSO Group, figurent des Etats comme l’Arabie saoudite, la Hongrie, ou encore le Maroc, dont les bilans en matière de droits humains sont extrêmement préoccupants.

Au vu de l’ampleur des révélations faites par le consortium de journalistes - piloté par Forbidden Stories et auquel nous avons apporté notre expertise technique - il est nécessaire de faire part des suites du Projet Pegasus. Car, rappelons une chose : si l’alerte a été lancée par les enquêtes des journalistes, elle doit aujourd’hui être suivie d’effets. Ces révélations doivent permettre d’œuvrer à des changements réels pour réguler le secteur de la surveillance numérique. Sans l’établissement d’un cadre conforme aux droits humains, les conséquences de la cybersurveillance ciblée continueront d’être désastreuses.

Retour sur les temps forts de l’affaire Pegasus ces derniers mois.

Un écho médiatique sans précédent  

18 juillet 2020 : les enquêtes des médias du consortium de journalistes commencent à publier les révélations. Le travail d’enquête a été mené par plus de 80 journalistes de 17 médias dans 10 pays : Le Monde, Radio France, Le Washington Post, The Guardian… Pendant une semaine et de manière coordonnée, ces médias révèlent des noms de personnes ciblées ou potentiellement ciblées par le logiciel espion. Parmi eux, des journalistes, des défenseurs des droits humains, des chefs d’Etats…

Ces révélations provoquent une onde de choc mondiale et permettent de mettre en lumière les dérives et les dangers de l’utilisation de logiciels espions ultra puissants comme Pegasus. 

(...)

Article-image-Pegasus-05-aout.jpg

 

Écrire un commentaire

Optionnel