Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lactalis : hors la loi et prédateur de la valeur

Communiqué de la Confédération Paysanne le 22.10.2020

lactalis2.pngLe géant laitier est sous le feu des projecteurs. Une enquête d'investigation met en avant ses abus, exercés depuis plusieurs années en toute impunité, au détriment des paysan.nes, des consommateur.trices et de l'environnement. Il n'y a pas de petites économies : non content de pressurer les paysan.ne.s en imposant des prix bas, le groupe économiserait en réutilisant les eaux de rinçage dans les produits vendus et ne traiterait pas correctement ses eaux usées. L'enquête donne des chiffres vertigineux sur la pollution de l'eau sur 38 sites alors même que le géant laitier reçoit des subventions publiques à ces fins, estimées à près de 40 millions d'euros depuis 2002 !

Malgré l'accumulation des scandales (mouillage du lait, salmonelle, évasion fiscale...), l'Etat fait une application à géométrie variable du droit. Nous constatons avec colère que les paysan.ne.s ne bénéficient pas de la même clémence des pouvoirs publics quand une petite erreur administrative s'est glissée dans leurs demandes de mesures agroenvironnementales (MAEC).

La Confédération paysanne n'a jamais cessé de se battre et alerter sur les agissements du groupe Lactalis qui ne revalorise pas à sa juste hauteur le prix du lait pour rémunérer le travail paysan. Nous avons manifesté devant leurs usines, sur les salons d'élevage, devant les tribunaux, nous avons déposé plainte pour extorsion, obtenu la publication des comptes du groupe après assignation et transmis au Parquet national financier des éléments attestant un mécanisme d'évasion fiscale à l'échelle du groupe.

Dans un contexte où les fermes laitières disparaissent à grande vitesse (plus d'un tiers en 10 ans), le monopole de grands groupes laitiers sans morale - comme Lactalis - met en péril l'équilibre et l'avenir de la filière laitière. C'est donc effarant de constater que, pendant que le gouvernement parle chaque jour de souveraineté alimentaire, L'État, complice, piétine l'intérêt général et se désintéresse du sort des paysan.nes.

lactalis-afp1.jpg?itok=UnZkoIah

Écrire un commentaire

Optionnel