Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

En Allemagne comme en France, les zadistes font de la résistance

Extraits de l’article de Deutsche Welle

Ils refusent de voir la nature détruite pour de grands projets d'aménagement et occupent des zones naturelles, rebaptisées "Zones à défendre". Coup de projecteur sur deux "ZAD", en France et en Allemagne : Notre-Dame-des-Landes, où un projet d'aéroport a été abandonné en 2018 après un demi-siècle de lutte. Et la forêt de Hambach, provisoirement à l'abri du déboisement.

"Cela veut dire que jusqu'à l'automne 2020, la forêt de Hambach ne sera pas déboisée. À partir d'aujourd'hui il y a un moratoire pour la forêt de Hambach... Et à cet égard, je demande maintenant à tous les occupants de la forêt de quitter ce lieu." 

550 hectares de forêt restent encore à sauver

Armin Laschet, le ministre-président du Land de Rhénanie du Nord-Westphalie, le 20 février dernier.

Devant le parlement régional, il annonce fièrement l'accord passé avec l'entreprise d'énergie RWE, qui exploite la plus grande mine de lignite à ciel ouvert d'Europe, au sujet du déboisement de la forêt de Hambach.  

Hambach, c'est un petit morceau de forêt bordé par un immense désert entre Cologne et Aix-la-Chapelle, dans l'ouest de l'Allemagne. Autour d'elle, d'énormes machines creusent le sol pour en extraire de la lignite.

En quarante ans, l'exploitation du "charbon brun" par l'entreprise d'énergie RWE a grignoté peu à peu les villages, les champs et les forêts pour laisser la place à de gigantesques trous qui s'étendent à perte de vue.

La forêt de Hambach s'étend aujourd'hui sur 550 hectares - elle était vingt fois plus grande il y a 40 ans. Depuis la même époque, les associations environnementales essaient de stopper le déboisement par des recours juridiques. (...)

Dirk Jansen montre les quantités de charbon encore disponibles hors de la zone de Hambach

En peu de temps, la forêt de Hambach, affectueusement renommée "Hambi", est devenue un symbole, explique Dirk Jansen. Il est directeur général de l'organisation de protection de la nature BUND pour la Rhénanie du Nord-Westphalie.

"Cette intervention exagérément brutale de la police dans la forêt envers de jeunes manifestants, pacifiques pour la plupart... mais aussi des militants qui n'avaient pas peur de recourir à la violence, ce que nous condamnons, mais qui bien sûr ont fourni des images médiatiques... tout cela a contribué à ce que la forêt de Hambach devienne un symbole du tournant énergétique de l'Allemagne."
  
Le 5 octobre, le tribunal de Münster a ordonné l'arrêt des travaux. Le lendemain, 50.000 personnes étaient réunies à l'appel de BUND dans la forêt de Hambach. Une victoire médiatique de taille, en attendant celle des autres plaintes déposées par l'organisation. 

(...)

DSC7474-1024x683-1024x683.jpg

Écrire un commentaire

Optionnel