Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les impacts dramatiques de la culture du soja en Amérique latine

Une nouvelle enquête internationale, « Quand la déforestation s’invite à notre table », menée par Mighty Earth, Rainforest Foundation Norway et Fern, révèle que la production mondiale de viande entraîne en Argentine et au Paraguay une déforestation massive, des atteintes à la santé ainsi que des violations des droits humains. Mighty Earth, France Nature Environnement (FNE) et Sherpa interpellent 20 entreprises de l’industrie agroalimentaire et de la grande distribution française sur les conséquences désastreuses du soja utilisé dans l’alimentation des animaux d’élevage et les rappellent à leur « devoir de vigilance » sur leurs sources d’approvisionnement.

Un an exactement après l’adoption de la loi sur le devoir de vigilance des maisons mères, nos associations interpellent des entreprises de l'industrie agroalimentaire et de la grande distribution pour les prévenir que leurs chaînes de production pourraient contenir du soja produit au détriment de l’environnement et des droits humains. Auchan, Bigard, Carrefour, Casino, Cooperl, LDC, Lactalis, Sodexo et Super U et onze autres entreprises devraient demander à leurs fournisseurs de cesser immédiatement de s’approvisionner, directement ou indirectement, auprès des producteurs de soja responsables de la déforestation.

Publié ce jour, le rapport « Quand la déforestation s’invite à notre table » révèle la déforestation massive menée par les producteurs de soja dans le Gran Chaco (Argentine-Paraguay) destiné à nourrir les animaux d’élevage dans le monde entier. En 2016, la France a importé 3,9 millions de tonnes de produits à base de graines de soja, dont la majorité provenait d’Amérique Latine. Ce soja a servi à nourrir poulets et cochons élevés localement.

« Le nombre de zones ayant été détruites est stupéfiant. Nous avons vu des bulldozers raser de larges forêts et prairies jusqu'alors intactes, ainsi que de gigantesques incendies saturant l'air de fumée », dit Anahita Yousefi, directrice de campagnes chez Mighty Earth. « Si le Gran Chaco a traditionnellement toujours été moins surveillé que d'autres biomes en Amérique Latine, comme la forêt amazonienne, c’est un écosystème extrêmement important, et il n’existe aucune raison de le détruire. »

L’enquête révèle que les sociétés américaines Cargill et Bunge sont les plus grands acheteurs, et revendeurs, de ce soja. Contactées par Mighty Earth, ces sociétés n'ont pas été en mesure de fournir des informations concernant le niveau de traçabilité de leur chaîne de production.

L’enquête révèle également que l'industrialisation de la production de soja entraîne des effets dévastateurs sur la santé publique et génère des conflits sociaux. Un grand nombre des communautés vivant à côté de plantations de soja, ainsi que des populations autochtones dépendant entièrement de la forêt, ont vu ces plantations empiéter sur leurs terres et ont été forcées de les quitter. En outre, ces communautés ont été frappées par une nette augmentation de problèmes de santé liés à l’usage intensif de pesticides.

Il y a un an, la loi sur le devoir de vigilance des sociétés mères était adoptée par le Parlement français. Les grandes entreprises implantées sur le territoire français ont depuis une obligation légale d’identifier et de prévenir les atteintes graves aux droits humains et à l’environnement dans leurs chaînes de valeurs. Ces entreprises doivent rendre compte de façon transparente des mesures prises à cette fin dans un Plan de Vigilance rendu public. Les manquements à cette obligation peuvent entraîner des conséquences judiciaires pour les entreprises concernées.

Dans des courriers adressés à Auchan, Bigard, Carrefour, Casino, Cooperl, LDC, Lactalis, Sodexo et Super U et onze autres entreprises, Mighty Earth, Sherpa et France Nature Environnement appellent ces entreprises à demander d’étendre immédiatement le moratoire en place depuis 10 ans en Amazonie brésilienne, à l’ensemble de l’Amérique du Sud, pour exclure des circuits commerciaux les fournisseurs cultivant du soja sur des zones de déforestation.

Nous appelons l’industrie agroalimentaire et la grande distribution française à faire la lumière sur les conditions de production du soja présent directement ou indirectement dans sa chaîne de valeur, en fournissant des informations sur la traçabilité des produits et les mesures qu’elles envisagent de prendre pour limiter les impacts négatifs de la production de soja.

chacosojaargentine_0.jpg?w=700&h=395

Écrire un commentaire

Optionnel